Évangéliser les aréopages contemporains

Le Blog et l’Admin.

« Nimugende na mwebwe mu mizabibu yanje ». Umukama ashaka ko twese turonka Ubuzima.

Bavukanyi, turarengutse uyu musi imbere y’Umukama yadutumiye kandi akaba ari we aturungika na twebwe ngo tugende mu mizabibu yiwe. Ico tuzi twese kandi tubwirizwa kumenya, ni uko twese twitavye ubutumire bw’umwe, tuvuye mu mihingo itandukanye, tuvuye mu mirimo itandukanye yaturanze muri iyi ndwi. Ko tuvuye ahatari hamwe kandi mu mibereho atari imwe, ivyo ntivyotuma turabana ribi, ngo hagire n’umwe arara abusa kandi natwe tumerewe neza kuko twaronse icorirenza. Hari igihe twohava turabana ribi tugatangura kugira duti: mbega na we uri ng’aha?…. N’ibindi bisa n’ivyo! Twese rero duhamagariwe kwakira uwo muhamagaro wa nyene kudutumira, kuko ari we nyene azi ico aturindirije.

Bavukanyi, Ijambo ry’Imana twumvise uyu musi rishobora kuduhungabanya, kuko riri n’ico rishaka kudushikanako n’aho ryoduhungabanya nyene mu vyiyumviro vyacu.

Mu gisomwa ca mbere, abany’Israyeli bari mu buja i Babiloni, harageze igihe biyumvira kandi bakemeza ko atacovamwo, atakagishoboka kuko babona ko bidashoboka ko basubira iwabo no mu twabo, bituma ivyiyumviro nk’ivyo bibakwegera mu nabi batikwiyumviriye. Mu Kirundi agi « ntawutanga Imana kwihebura ». Iyo umuntu ata na kimwe abona akirindiriye mu buzima, aba akaga, akaruha kandi akaruhisha n’abo Umukama amuhaye ngo bafatanye urugendo. Ico gihe aba agiriye ku vyiyumviro vyiwe nyene, aho atera ikibazo akaba ari we aciyishurira. Ngira ngo mu buzima bwa misi cose nk’ivyo bibaho. Duti n’aho noja kumusaba uru ruhusha ndazi ko atarumpa. None rero aho gusaba urwo ruhusha, mpisemwo kubiheba. Gutyo tugaca twiha twebwe inyishu.

Muri ico kiringo rero twumvise, Imana yatumye Izaya twumvise mu gisomwa ca mbere iti: « erega ivyiyumviro vyanje si co kimwe n’ivyanyu kuko uko mufata kandi mwiyumvira bifatiye ibintu hasi caaane! Nk’uko ijuru rirengeye isi, ni ko n’amayira yanje arengeye ayanyu, ivyiyumviro vyanje bigaha ku mash ivyanyu! Ico gihugu c’Imana rero kiriko gitumirirwa kwugurura amaso, kikugurura umutima ngo gishobore kwisunga ivyo vyiyumviro bishasha, bisanzwe bidahuye n’ivyo bamamwo. Harageze rero ko bemera kwinjira mu mugambi w’Imana w’ukubacungura, kandi bagacungurwa BOSE, bo hamwe n’abo nyene babacura bufuni na buhoro.

Bavukanyi, iryo Jambo riragoye cane, kuko gusangira ivyiza n’uwo mutahora musangira bitoroshe. Ni navyo twazirikanye ku musi w’Imana uheze aho Mwene Siraki yateba akabona ko Imana ishakira urukiza bose, ko itazoza irigita abanyakabi nk’uko bari barindiriye ko izoza kubahōra. Uyu misi rero natwe harageze ko duhindura ivyiyumviro, tukavyerekeza ku Mukama we ashakira ineza bose. Ni navyo twumvise mu Nkuru Nziza.

Bavukanyi, nk’uko natanguye ndabivuga, Yezu ashimye kuduhungabanya mu mitwe, kuko twama twiyumvira ko hari ico twimariye, cane cane twigereranije n’abandi, kandi tutazi n’ibanga bashinzwe kandi rigoye. Hari igihe twibaza ko urukiza ari « Cash » kubera ivyo twakoze vyoba bisa n’uguhembwa ibijanye n’ico tumaze kwegeranya n’ivyo tumaze gukora, canke nyene tukiraba ingene twavutse, uko twavutse canke ivyo twavukiyemwo, maze tukagira ngo tweho nawe nu turi ahagana! Tugira duti: nawe nu ntiwotugereranya na twebwe tumeze uku canke twiriwe muri ibi na biriya!

Kugira dutegere uwu mugani Yezu aduciriye, twobanza n’ukuraba igihe canke aho awudushikiririje. Uri mu kivi c’ibigabane vya 18 na 20. Muri ivyo bigabane, Yezu yagumye atumirira abamugendanira ngo bahindure ivyiyumviro, na cane cane ivyo bari bamwitezeko nka Messiya. Yarabahungabanije mu mutwe nyene! Ati « muragabe kuko abambere bazoba abanyuma »; « mudahindutse ngo mumere nk’abana bato…. » (18,3); « intama imwe itakaye irusha agaciro intama 99 » (18,13); « nomurekurira kangahe? Gushika ku ndwi? Sinkubwiye gushika ku ndwi, ariko gushika kuri 70 ku 7 » (twarabizirikanye ku musi w’Imana uheze); urukundo rugenza ukundi n’aho twohemukirwa (19,3-15 mu vy’ukwahukana); ivy’uguheba amatungo (19, 16-29) gushika aho abari aho bagira bati: none ni nde azorokoka. None uyu musi turumvise ibijanye n’ukwakira ivyo Imana iduha nk’ingabirano duhabwa tutanakwiye (19,30-20,16), kandi no ku w’Imana uza bizobandanya aho dusanga abo twari tuzi ko ari ba « Ruhebwa » ari bo bagabana ivy’Imana, kuko turavye nabi « abanyakabi n’abatozakori bazodutanga mu Bwami bw’ijuru ».
Ivyo vyose biratweraka ko hageze ko ivy’ibiharuro vyacu tuvyigiza kure, tukakira ingendo nshasha Yezu yaje kutwinjizamwo.

Bavukanyi, uyu musi rero, tumaze kwumva ivyo vyose, dutegere ko tudafise ikibazo c’imisahara, kuko batanguye batubwira bati: « ubwami bw’Imana busa na nyen’urugo… ». Ni ng’aho rero twubwirizwa gufatira ngo dutegere ivyo turimwo.
Uwo nyen’urugo aguma asubira kw’irembo incuro zitanu zose, ni uko afise umwitwarariko w’abatagira iteka kuko badafise ico biha n’ico baha abo bashinzwe. Kukaba nkako, ntibafise aho bakūrá. Ni co gituma abarungitse mu mizabibu yiwe, kandi muri we bose baranganya iteka kuko barungitswe na Shebuja umwe, kandi bakarungikwa hamwe. None abarungitswe kw’isi uyu musi, ko uno muzabibu ari isi (raba Izaya 5,1-7; Yeremiya 2,21; Ezekiyeri 17,6; Hoseya 10,1; Zabuli 78,9-16), abo bose ntibanganya agaciro?Ariko data (mama) wanje, hari abo duca ducira urubanza ngo ntibafise ico bamaze, mbere tukabona ko vyoba vyiza tubakuye kw’isi twībáza kó baruhíyéko, ariko ari twe turiko turirondera, tukabasabira urupfu twita rwiza (euthanasie), abaje tutabashaka tukabakuraho kuko tugira duti baje tutabiteze (imbanyi tutipfuza duca túzīkīngiza, mbere tukazikurayo nk’uko umenga twivuza ikivyimba mu nda!). Ivyo bicumuro biratera induru igashikira Imana!!!). Bavukanyi, ni Matayo yaba adushikirije iri jambo, ntabuze kwiyumvira Abayuda bakiriye Imana ubwa mbere, bakibwira ko bandi ari bā-Nyagupfa, ariko Kristu akarungika bose, uri abo bumvikanye umushahara uzwi, n’abo ataco bavuganye kiretse ko ababwiye ko ahaha ivyo abona ko bazoba bakwiriye kuronka. Nkako, ubutungane bwacu bwisunga ivyo umuntu akwiriye kuronka, yaciye (yamyokeye). Ariko ubutungane bw’Imana bwisunga ivyo umuntu akeneye ngo abeho. Twebwe duhagaze he? Imana ntidusavye ngo turinde kubitegera, ishaka ko dutangarira ubwo bwiza bwayo, Yo igenza ivyayo uko ishaka kuko idukunda twese: « ewe koraniro ry’itunga n’iry’ubwitonzi n’iry’ubumenyi vy’Imana! Ese ukuntu ingingo zayo atawoshobora kuzitohoza n’ukuntu inzira zayo atawoshobora kuzitegera! Ni nde yoba yaramenye iciyumviro c’Umukama? Canke ni nde yoba yaramubereye umuhanuzi? (…) Nkako vyose biva kuri We, kandi vyose bibeshwaho na We, kandi vyose birora kuri We. Naninahazwe mu maya yose. Amen! » (Raba Abanyaroma 11, 33-36).
Bavukanyi, uwu nyene gutanga akazi asavye ko bahērá kubaje ubwa nyuma kugira ngo bose babone ibibaye, kandi bahindure ivyiyumviro, binjire mu ntumbero (vision) nshasha. Nta banga rero! Aba nabo baciye batangura kwidoga. Ibi bitwibutswa imyidogo yacu n’ishari tugira, tukidogera Imana, tukidogera abo Imana ihezagiye, tugira ngo baradúkiranye, mu kivi na twebwe nyene tuba twaronse ivyo twabwirizwa kuronka.
Twokwibwiye ko tubonye uwuronse ubuzima, twese vyoduteye akanyamuneza, ariko umengo si uko bimeze!Dushaka guha icigwa Imana n’ukuyicira akayira, ngo tuyereke ko yabwirizwa kubigenza. Ariko ku vy’ukuri, aba bari biriwe barakora, aho baboneye n’abanyuma baronse ibibatunga, bari kugira bati: erega bwa bundi ntitwayaze amasigaracicaro, wa muntu araduha ivyo twasezeranye ko abihaye n’aba baje mu nyuma! Tweho bite? Uyu musi si ikibazo c’imisahara, ni ikibazo c’uguhindura ingene tubona kandi twakira ibintu. Tubibona dutyo, nk’uko Imana ibibona?

Si quelqu’un n’a pas de pitié pour son semblable, comment peut-il supplier Dieu pour ses propres fautes?(Ben Sirac le Sage)

Aux yeux du sage qui s’exprime dans la première lecture, il existe un lien étroit entre le pardon humain et le pardon divin : «Si un homme nourrit de la colère contre un autre homme, comment peut-il demander à Dieu la guérison ? » Cette logique, Jésus la prend pleinement à son compte dans l’évangile de Matthieu. Alors que Pierre pensait faire preuve d’une grande magnanimité en évoquant un pardon renouvelé sept fois, Jésus demande à ses disciples la démesure et l’excès. Pourquoi ? Parce que telle est l’attitude de Dieu envers nous. La parabole du serviteur impitoyable est un commentaire dramatique de la demande du Notre Père : «Remets-nous nos dettes comme nous-mêmes avons remis à son débiteurs. » Je ne puis invoquer le pardon de Dieu si je poursuis mon frère de ma vindicte.

Dans la première lecture, Ben Sirac le Sage insiste sur le fait que la norme de la conduite humaine c’est d’abord jugement de Dieu : l’homme sera jugé avec la mesure qu’il aura utilisée pour ses frères. S’il se venge, s’il entretient sa rancune, s’il n’a pas de pitié, comment peut-il espérer le pardon et la guérison de ses fautes ? Mais la norme de la conduite du peuple élu est surtout l’Alliance du Seigneur. Parce qu’il a choisi Israël pour son peuple, qu’il lui a commandé de vivre dans l’amour fraternel, qu’il lui est resté fidèle malgré toutes ses incartades, Dieu s’est révélé Père pour son peuple : comment pourrait-il accepter que ses enfants s’entre-déchirent ? Puisque Dieu nous jugera de la manière dont nous avons jugé nos frères, quel jugement nous préparons-nous ? Autrement dit, quelle est notre mesure de bonté, de dévouement, de disponibilité pour les autres ?

La deuxième lecture abonde dans le même sens en nous rappelant que nous devons vivre les uns pour les autres si nous nous déclarons chrétiens, disciples du Christ. Notre existence ne nous appartient pas, pas plus que notre mort, puisque nous reconnaissons Jésus Christ comme notre Seigneur, celui qui mobilise nos forces, notre cœur et notre intelligence à son service, celui qui donne sens et consistance à notre vie, à nos joies, à nos peines, à nos souffrances, à notre mort. Nous lui appartenons comme des serviteurs de son amour. Dès lors, nous le reconnaissons comme notre Maître à penser, comme le modèle de notre action, comme le terme de notre espérance par-delà la mort. Pour ce motif, Paul dénie à quiconque le droit de juger ses frères ou de condamner ceux qui pensent ou agissent d’une manière différente de la sienne.
Oui, aucun de nous ne vit pour soi-même. Suis-je capable d’énumérer ceux et celles pour lesquels je vis, puisque vivre pour l’autre, c’est déjà vivre pour le Seigneur ?

« Soixante-dix fois sept fois » : Si tu aimes Dieu, tu cesseras de compter.

Nous avons lu, dimanche dernier, que Jésus confiait à la communauté tâche de réconcilier les chrétiens pécheurs. Combien de fois ? demande Pierre, qui propose même un chiffre : sept fois. Pierre pense exagérer du moment que dans la théologie hébraïque, Dieu pardonne le même péché trois fois. Un hébreu observant devait imiter Dieu et saisir la justice à la 4ème fois. Une leçon de patience ! Les Burundais n’y arrivent même pas (« kabiri karazirwa », « inyama mbísi ivyūra iyŭmye », « igíti ntíkigukora mu jîsho kabiri » etc.) et les Français vont jusqu’à trois fois : « une fois passe, deux fois lassent, trois fois cassent ». Jésus corrige cette image de Dieu en révélant qu’il pardonne toujours, invitant ses auditeurs à se syntoniser à la même longueur d’ondes. La calcul difficile, sinon impossible de « soixante-dix fois sept fois » veut couper court avec notre instinct naturel de compter et de réagir par conséquent.

Miséricorde reçue, miséricorde vécue et donnée.

Au temps de Jésus, il n’était pas permis de vendre des gens ni torturer les insolvables. Pour cela, nous comprenons que le roi dont il est question est un païen, qui a pourtant pitié de celui qui le supplie. Qu’en est-il de moi qui me déclare chrétien ? Concentrons surtout notre attention sur le serviteur impitoyable. Il a supplié le roi, celui-ci n’a pas seulement patienté en attente du remboursement de la dette : il la lui a remise tout simplement. En effet, il n’était pas capable de la rembourser. Ce dernier ne sent même pas le besoin de reconnaissance envers son maître. Son cœur n’a pas été capable de reconnaître et accueillir cette compassion et cette miséricorde. C’est pourquoi il est incapable de compatir et aimer l’autre. Il est seulement facile d’aimer pour celui qui a expérimenté l’amour, il est possible de pardonner si on à soi même expérimenté le pardon. Il est impossible de comprendre la fragilité de l’autre du moment qu’on ne l’aime pas.

C’est pour cela que la Parole de Dieu de ce jour nous invite a parcourir le chemin de l’amour et de la miséricorde : d’abord la miséricorde que nous recevons de Dieu, et puis celle que devons offrir au prochain. Aucune communauté humaine ne peut exister ou résister sans le pardon réciproque, à plus forte raison la communauté ecclésiale. C’est en ce sens que notre psalmiste élève cette hymne (Psaume 103) à la miséricorde qu’il reçoit de Dieu. Il se fait porte-parole de son peuple pour louer Dieu qui pardonne et rends grâces parce qu’il a fait expérience de l’amour et la miséricorde de Dieu. Il est donc à mesure de la partager, puisqu’on ne peut donner que ce que l’on a. Simple ! Il faut néanmoins dire une chose : semble-t-il qu’il est quelque fois facile de pardonner plutôt que demander pardon ! Peut-être que nous sommes de la mentalité ce ceux/celles qui ont toujours quelque chose à pardonner aux autres ! Et de ma part ? Seul celui qui a l’humilité (et pourquoi pas l’humiliation) de demander sincèrement pardon à Dieu et au prochain sera capable de pardonner les offenses encaissées. Vis-à-vis Dieu, nous sommes tous dans la situation de ce serviteur qui doit à son maître une somme fantastique. Par un amour incompréhensible Dieu nous a remis notre dette. Comment dès lors pourrions-nous avoir envers un compagnon de service une rigueur extrême et mesurer notre patience à pardonner ?

La conclusion de Jésus est un chef-d’œuvre d’art pédagogique : après nous avoir porté à partager l’indignation des amis de ce serviteur impitoyable, il nous pousse à regarder en nous-mêmes pour voir si nous sommes différents de ce dernier. Point n’est besoin de nous y méprendre : l’unique chemin du salut de chacun et de tous (comme communauté), c’est l’imitation de la miséricorde de Dieu.

Dieu saint et juste, devant toi nous sommes tous insolvables. Nous croyons que tu es un Père miséricordieux, et non un maître mesquin et sourcilleux. Tu veux que nous pardonnions à autrui comme tu nous pardonnes à nous-mêmes, sans réserve et sans mesure. Que ton Esprit efface nos rancunes et rende notre cœur semblable à celui de ton Fils. Béni sois-tu, Seigneur, pour ton excès d’amour.

Dieu veut sauver tous les peuples. Être catholique, c’est confesser cette vérité et essayer d’en vivre.

Abbé Lambert RIYAZIMANA.jpgDans la vie, il y a (eu) toujours quelqu’un ou quelque groupe social, religieux… qui se croit être supérieur aux autres, et d’avoir plus de droits. Ceci arrive non seulement pour les affaires temporels, mais aussi pour des questions spirituels. Dieu est miséricordieux envers moi, envers nous, mais il doit être juste, justicier envers les autres, les méchants, nos ennemis,…. L’Eglise a eu cette mission de porter la Bonne Nouvelle à tous puisqu’elle confesse un Dieu Père de tous, et par conséquent, tous deviennent frères/sœurs en Lui.

En ce 20ème dimanche du temps ordinaire, la succession chronologique des trois lectures est pleine d’enseignements qui nous demandent de revoir notre façon de considérer les personnes qui ne sont pas de nos cercles, de nos milieux. L’oracle prophétique qui nous est d’abord rappelé devrait irriter, sinon choquer les Juifs après l’exil. Voilà un peuple qui avait une conscience de son élection et qui venait de subir les pires outrages de la part de ses ennemis et auquel le prophète annonce que le Dieu d’Israël accueillera dans on Temple les étrangers qui seront devenus ses serviteurs. Après l’exil, Israël veut recouvrer son identité en prenant distance des autres peuples, mais elle se rend compte progressivement que si Dieu est Unique, même les étrangers lui appartiennent. Le trito-Isaïe montre clairement que Dieu veut sauver tous les peuples. Ceux-ci peuvent rendre grâce au Seigneur, comme le chante le psaume 66 (67) (psaume responsoriale) que nous prenons aujourd’hui comme notre réponse à la Parole de Dieu.

Un demi millénaire plus tard l’apôtre des Gentils (païens) Paul mettra en garde les chrétiens de Rome contre le complexe de supériorité que pourrait leur inspirer leur conversion à l’Evangile, comparée à la « désobéissance des fils d’Israël ». Et le tout s’illumine d’une lumière nouvelle dans l’Evangile où Jésus exauce la prière d’une cananéenne, descendante de ceux qui voulaient empêcher au peuple de Dieu de s’établir dans la terre promise, et ainsi Jésus ouvrant une brèche que l’Eglise apostolique ne cessera d’élargir. En effet, (suite…)

Sinogenda ntashimye

Ndarengutse, ntuma

UMVIRIZA. RIRIMBA

Prier l’Office divin

%d blogueurs aiment cette page :