Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Parole de Dieu (en Kirundi) » Dimanches » IDOMINIKA YA 11 YO MU MWAKA C

IDOMINIKA YA 11 YO MU MWAKA C

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


IGISOMWA CA MBERE

Ivyo dusoma mu gitabu ca kabiri ca Samuweli 12, 7-10.13

(Dawudi agaya igicumuro ciwe Imana ikamugirira ikigongwe)

Dawudi amaze gucumura, Umukama yamutumyeko umuhanuzi Natani. Ashitseyo, aramubarira ati : “Ng’iri iriyazwe n’Umukama Imana y’Israeli : naragusize amavuta, nkugira umwami w’Israeli, naragukijije Sauli, ingabo z’umwansi wawe narazigutsindiye, (abagore ba shobuja narabaguhaye), naraguhaye ingoma ya Israeli n’iya Yuda. Ni vyaba bidakwiye nzokwongera ibindi. None ni kuki wakengereye Umukama ugakora ibimushavuza? Warakubise Uriya wo mu bahititi, araryama, umugandaguza inkota y’Abamoniti, umugore wiwe na we uramwitwarira. None rero, inkota ntizova mu muryango wawe, kuko wankengereye ugatwara muka Uriya, Umuhititi, ukamugira umugore wawe.”

Dawudi araheza abwira Natani ati : “Nacumuye ku Mukama!”

Natani aramwishura ati : “Noneho Umukama arakurekuriye igicumuro cawe, ntuzopfa.”

 

IZABURI 31 (32), 1-2.5.7.11

ICIT : Undekurire, Mukama, ikibi nakoze.

Hahiriwe uwarekuriwe igicumuro,

uwakize akabi kiwe;

hahiriwe urya Umukama ataco yagiriza.

 

Navuze nti : “Ngiye gutumbera Umukama,

nirege ibicumuro nakoze.”

Nawe, Mukama, warandekuriye ikibi nakoze.

 

Ni Wewe mahungiro yanje,

urankiza amarushwa;

wongere unkikize impundu z’uko ndokotse.

 

Nezerwa, himbarwa n’Umukama,

mwa bantu b’intungane;

mutambe, mutarike,

mwebwe mufise umutima ugororotse.

 

 

IGISOMWA CA KABIRI

Ivyo dusoma mw’ibaruwa Umutumwa Paulo yandikiye Abagalati 2, 16. 19-21.

(Ukwemera Kristu nikwo kwadukijije)

Ncuti zanje,

Kuko tuzi ko umuntu ataba intungane kubera ibikorwa vy’Ibwirizwa ry’Abayahudi, ariko amuba kubera ukwemera Yezu Kristu, natwe twaremeye Kristu Yezu, kugira ngo tube intungane kubera ko twemera Kristu, atari kubera ibikorwa vy’Ibwirizwa. Na kare, Ibwirizwa ni ryo ryantumye guheba Imigenzo y’Abayahudi, ngo mbe muzima mu Mana.

Nabambanywe na Kristu : ninaba ndi muzima, sije ndi muzima, ni Kristu ari muzima muri jewe. Ivyo nkora ubu nkiri mu kamere y’umuntu, ndabikora mu kwemera Umwana w’Imana yankunze akanyigura. Simpfisha ubusa ingabirano y’Imana, kuko ni bwaba ubutungane bwavuye kw’Ibwirizwa, Kristu azoba yapfiriye ubusa.

INKURU NZIZA

Alleluya, alleluya.

Imana yaradukunze, irarungika Umwana wayo kuba iciru c’ibicumuro vyacu.

Alleluya.

Ivyo dusoma mu Njili nyeranda yanditswe na Luka 7, 36-8,3.

Umunsi umwe, umwe mu Bafarizayo yari yatumiye Yezu ngo amuzimane; Yezu rero arinjra mu nzu iwe, araheza aricara ngo afungure. Haza umugore yigenza nabi muri ico gisagara ; yari yamenye ko Yezu yatumiwe mu nzu y’Umufarizayo, araheza azana agacupa k’ibimoga neza, aja inyuma yiwe hafi y’ibirenge vyiwe, ararira amutonyangiriza amosozi ku birenge, abihanaguza imishatsi yo ku mutwe wiwe, aja arabisoma kandi abisiga ibimoga neza.

Wa Mufarizayo yamutumiye abibonye, yibwira ati : “Iyo uyu muntu aba yari umuhanuzi, yari kumenya uyu mugore amukorako uwo ari we n’ingene agenze, ko ari umunyabicumuro.”

Yezu na we amubwira ati : “Simoni, hari ico ngomba kukubaza.”

Na we ati : “Yaga, Mukama.”

Yezu aramwishura ati : “Habaye umuntu yari afise abamufitiye imyenda babiri : umwe yari amufitiye amadenariyo amajana atanu, uwundi mirog’itanu. Babuze ico bishura, abarekurira bompi. None, muri bompi, uwuzomukunda kuruta uwundi, ni nde?”

Simoni aramubwira ati : “Ngira ngo ni uwarekuriwe umwenda munini.”

Yezu aramubwira ati : “Waharashe !”

Ahindukiye araba wa mugore, abwira Simoni ati : “Uyu mugore uramubona ? Ninjiye mu nzu yawe, ntiwansuka amazi ku birenge ; ariko we, kuva aho yinjiriye, yabibombekesheje amosozi yiwe, abihanaguza imishatsi yiwe. Ntiwansomye ; ariko we, kuva aho yinjiriye, ntiyigeze ahengeshanya gusoma ibirenge vyanje. Umutwe wanje ntiwawusize ; ariko we, ibirenge vyanje yabisize ibimoga neza. Ni co gituma ndabikubwiye, ibicumuro vyiwe vyinshi biragiriwe ikigongwe, kuko yerekanye urukundo rwinshi ; ariko uwo barekuriye bike, yerekana urukundo ruke. »

Araheza abwira wa mugore ati : “Ibicumuro vyawe biragiriwe ikigongwe.”

Abo bari kumwe ku meza batangura kwibwira bati : “Uyu muntu arekura ibicumuro ni umuntu nyabaki ?”

Yezu rero abwira nya mugore ati : “Ukwemera kwawe kwagukijije, genda amahoro.”

(Igisomwa kigufi giherera ngaha)

Hanyuma rero, Yezu agenda mu bisagara no mu mihana, amenyesha Inkuru Nziza y’Ubwami bw’Imana. Bamwe cumi na babiri bari kumwe ; n’abagore bamwe yari yakuyemwo imitima mibi akabakiza n’ubundi bumuga, bari inyuma yiwe : Mariya ari we Magdalena (yari yakuyemwo amashetani indwi), Yohana umugore w’icariho ca Herodi, Suzana n’abandi bagore benshi bama babafashisha ivyabo.


Un commentaire

  1. Abbé Lambert RIYAZIMANA dit :

    “ Celui à qui il a remis davantage l’aimera le plus. »

    Il me semble que le thème de l’amour comme réponse à l’amour de Dieu traverse les trois lectures que nous méditons en ce dimanche, en particulier la première et la troisième. Ce qui n’est pas peut-être évident, c’est qu’on ne sait pas si c’est notre amour envers le Seigneur qui attire sa compassion et sa miséricorde envers nous, ou bien s’il n’est qu’une réponse au pardon reçu. En effet, les deux visions sont touts présentes. Par exemple il est dit : si ses nombreux péchés sont pardonnés, c’est à cause de son grand amour ». Où devons-nous alors nos situer ? C’est sûr, du côté de la gratuité de l’amour de Dieu qui fait toujours le premier pas et auquel on ne peut que répondre par l’action de grâce, par exemple, en célébrant ou en participant à la messe qui est EUCHARISTIE : action de grâce. Dès lors, on comprend que notre participation à la prière n’est pas en premier lieu un marchandage pour recevoir des grâces divines.

    Arrêtons-nous un peu sur le comportement de cette femme. Que fait-elle ? Pour des personnes qui serait mal intentionnées, elle fait des gestes qu’elle a toujours fait avec ses « clients » (je me l’imagine !) et les pharisiens le remarquent et s’en indignent. Ne veut-elle pas séduire aussi ce Maître qui a eu sa renommée dans la région ?

    Ou bien, pour une autre vision moins négative, mais également erronée, n’est-elle pas en train de poser de grands gestes d’amour pour gagner la miséricorde et le pardon de ses péchés ? En effet, sa vie de prostituée est comparable à cela : elle manifeste des gestes d’un amour (qui n’en est pas un !!!) pour gagner quelque chose de la part de celui qui la visite. A la fin, elle le répète pour les autres en cherchant de toujours perfectionner ses gestes afin d’être la plus visitée. En cela, nous pouvons nous aussi concevoir nos actes de prière et de dévotion comme un certain marchandage : Seigneur, tu vois toi-même comment je me fais « violence pour t’aimer : tu ne peux que me combler ! Quel est le sens de notre prière ? notre dévotion ? nos actes de charité ? Ne pensons-nous pas en retirer en échange de la grâce divine ? Si cela n’est pas mauvais, je considère que c’est un peu à côté.

    Quel doit être notre attitude ? En visitant la première lecture et surtout en continuant à lire la suite de ce que présente le lectionnaire, nous nous rendons compte que David pose des gestes de pénitences pour s’attirer le pardon de Dieu. Mais hélas, bien que David ne meure pas, le fruit de son union avec la femme d’Urie ne peut pas ne pas mourir. J’ose imaginer que c’est parce qu’il n’est pas le fruit d’un amour vrai avec la femme. Après la mort du soldat, David continuera à avoir des relations avec la femme et de cela naîtra Salomon, dont la descendance nous donne le Messie.

    De ce point, je retourne vers le comportement de la femme pour tirer la conclusion suivante : la femme, parce qu’elle est pardonnée, doit abandonner ce qui meut ses gestes pour en donner une nouvelle orientation. Je m’imagine alors que ses gestes ne sont plus, dans leur « essence », ce qu’elle faisait pour ces amants. Ceux qui le voient de l’extérieur pensent encore à son passé. David ne s’approche plus de Bethsabée comme il l’avait fait : ainsi, le fruit de leur union peut demeurer et en porter davantage à son tour. La femme de l’Evangile en portera assez parce qu’elle aura été une occasion offerte à Jésus pour donner sa catéchèse. La femme adultère, parce qu’elle se sent déjà soulagée et guérie, elle peut tout faire pour remercier, allant même à se passer des qu’en-dira-t-on si je me permets de tels gestes au milieu de tous les commensaux. Elle peut aller à contre-courant parce qu’elle mue de l’intérieur par le pardon et la miséricorde de Dieu. On retrouve le cercle fermé (pour ne pas dire « vicieux ») de cette dynamique :
    – L’amour est la conséquence du pardon : plus on est pardonné, plus on est porté à aimer.
    – L’amour est la cause du pardon : « ses péchés sont pardonnés à cause de son grand amour ».

    Comme conséquence pratique de vie chrétienne, nous sommes appelés à changer de vision pour nos actes extérieurs qui manifestent ou voilent notre intériorité. Ce n’est pas d’abord ce que je fais qui me mérite le pardon, mais la gratuité de la miséricorde de Dieu. Pourtant, cela ne peut pas me laisser indifférent. Je me sens dans l’obligation d’y répondre par un grand amour, qui n’a même pas peur d’aller à contre-courant pour manifester combien je suis aimé. La logique change de l’intérieur, quand bien même cela n’ serait pas perceptible pour qui me « juge » de l’extérieur.
    Ceci doit et peut alors transformer, dans le sacrement de la réconciliation, la valeur que je donne à la pénitence. Est-ce en premier un acte de remerciement (non seulement de réparation !) à la gratuité du pardon reçu ?

    Saint Augustin dit : « La confession des péchés n’est chrétienne que si elle s’inscrit dans une confession de louange ». Confesser ses péchés, c’est confesser d’abord l’amour de Dieu pour nous.

    J'aime

Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :