Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Parole de Dieu (en Kirundi) » Dimanches » IDOMINIKA YA 14 YO MU MWAKA

IDOMINIKA YA 14 YO MU MWAKA

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


IGISOMWA CA MBERE

Ivyo dusoma mu gitabu c’Umuhanuzi Izaya : 66, 10-14a

Urweze rwo kuronka Umukiza.

Nimunezerwe hamwe na Yeruzalemu, tambe mutarike, mwebwe abayikunda mwese ; nimwigine hamwe na yo, mwebwe mwahora muyigandariye ! Kugira ngo muze mwonke muhage, muhozwe n’ibere ryayo, musoserwe n’ubuninahazwa bwayo.

Nkako, ng’iri iriyazwe n’Umukama : Nzoyironsa amahoro atemba nk’uruzi, iteka ryayo mu makungu ringane n’uruzi rwasheshe. Imicuko yayo izorerurwa, bazoyisimbagiza. Kurya umuvyeyi ahoza umwana wiwe, niko nanje nzobahoza, mugahozwa muri Yeruzalemu. Nimwabibona, agahimbare kanyu kazoba kose, umubiri wanyu uzototahara nk’ubwatsi buremvye. Umukama azokwimenyesha abasavyi biwe.

IZABURI 65 (66), 1-3a. 4-5. 6-7a. 16.20

ICIT : Bantu muri kw’isi yose, shimagize Imana.

Bantu muri kw’isi yose, shimagize Imana,

Muririmbire izina ryayo rininahaye,

Muhimbaze ishimagizwa ryayo !

Mubwire Imana muti : « Ibikorwa vyawe ni agahambaye !»

 

Abari kw’isi yose baricisha bugufi imbere yawe,

bakayaga, bakaririmba izina ryawe !

Nimuze, mwirabire ibikorwa vy’Imana,

ibitangaza yagiriye abantu ni agahambaye.

 

Yarahinduye ikiyaga ahumutse,

abantu barijabukiye uruzi, ibirenge bidakandagiye amazi.

Aho ni ho dukura akanyamuneza kacu,

kuko ategekana ububasha imyaka n’imyaka.

 

Abubaha Imana mwese,

nimuze mwumvirize ivyiza yangiriye.

Imana n’ishimagizwe, Yo itirengagije igisabisho canje,

ntinyime urukundo imfitiye.

 

IGISOMWA CA KABIRI

Ivyo dusoma mw’ibaruwa Umutumwa Paulo yandikiye Abagalati : 6, 14-18

Umusaraba wa Yezu ni wo umukristu yishimiriza

Ncuti zanje,

Ese icompa ntihagire ikindi kintuma nishimiriza, ndetse umusaraba w’Umukama wacu Yezu Kristu !

Kuri jewe, ni wo watumye ivy’isi bibambwa, nanje nkaba uwabambwe kuri ivyo. Na none, ukugenyerwa canke ukutagenyerwa nta kamaro ; igishemeye ni ukuba ikiremwa gishasha. Abazokurikira iryo teka bose, ndabipfurije amahoro n’ikigongwe, ndavyipfurije kandi Israeli y’Imana. Kuva ubu, ntihagire uwucirirwa arangora, kuko ntwara mu mubiri wanje inkovu za Yezu. Benewacu, muramane mu mutima wanyu inema y’Umukama wacu Yezu Kristu. Amen.

INKURU NZIZA

Alleluya, alleluya.

Amahoro ya Kristu n’ahangame mu mishaha yanyu, kandi mwamane ijambo ryiwe ribuzuzamwo ivyiza vyose !

Alleluya.

Ivyo dusoma mu Njili Nyeranda yanditswe na Luka : 10, 1-12. 17-20 (igisomwa kigufi: 10, 1-9)

Intumwa mirongo indwi na zibiri zija kubura urweze rw’Ubwami bw’Imana

Umunsi umwe,

Umukama yatoye abandi bigishwa mirongo indwi na babiri, arungika babiri babiri ngo bamutange imbere mu bisagara no mu bigwati vyose aho yagira ngo aje hose.

Arababwira ati : «Ivyimburwa ni vyinshi, yamara abakozi ni bake. Sabe rero nyen’umurima, arungike abakozi benshi mu murima wiwe. Gende, ndabarungitse nk’intama mu mfyisi. Ntimutware umufuko w’amahera canke isaho canke inkweto, no mu nzira ntihagire uwo muramutsa. Inzu yose muzokwinjiramwo, ubwa mbere muvuge muti : ‘Amahoro muri iyi nzu !’ Na ho nihaba hari umuntu akwiye amahoro, amahoro yanyu azomujako ; ahandi ho, azobagarukako. Iyo nzu nyene muze muyigumemwo, murya kandi munywa ivyo basanganywe, kuko umukozi aberwa n’impembo ; ntimute umuhana mutora uwundi. Ikigwati cose muzokwinjiramwo bakabakira, murarya ivyo babazimanye ; kandi muhakirize abarwaye, mubabwire muti : ‘Ubwami bw’Imana burabegereye.’

(Igisomwa kigufi giherera aha)

Na co ikigwati cose muzokwinjiramwo ntibabakire, muraca muhava, mugeze ku nama, muvuge muti : ‘N’uyo mukungugu twahanduye turawubakunkumuriyeko, ariko mubimenye : Ubwami bw’Imana bwashitse.’ Ndabibabwiye n’ukuri : umusi uri izina, Sodoma izogirirwa ikigongwe kuruta ico kigwati.»

Abigishwa mirongo indwi na babiri bagaruka banezerewe bati : « Mukama, n’amashetani twayirukanye kw’izina ryawe ! » Yezu arababwira ati : « Nabonye shetani ikoroka iva mu kirere nk’inkuba ! Raba, ndabahaye ubukuru bw’ukuzokandagira inzoka, utumina n’ububasha bwose bw’umwansi ; ntihagire n’ikibabera nabi. Ariko rero ntimikihaye ngo n’uko imitima yabagamburukiye: nimunezerwe nyabuna kuko izina ryanyu ryanditswe mw’ijuru. »


Un commentaire

  1. Joannes Claudius Manariyo dit :

    Chers frères et sœurs dans le Christ,

    Encore aujourd’hui, le Seigneur nous donne sa Parole. Centrons notre méditation sur ces thèmes :

    – La joie apportée par le Règne de Dieu.
    – La fierté du Chrétien est la croix du Christ
    – Le Seigneur choisit d’autres missionnaires

    Dans la première lecture, le prophète Isaïe demande aux Israélites de se réjouir avec Jérusalem, car le Seigneur vaincra les nations païennes unies contre son peuple et par la suite il les sauvera et les réunira à son peuple nouveau. Cet oracle est adressé aujourd’hui à nous. Il y a vraiment un motif de se réjouir parce que l’unité se compose entre nous et Dieu et ainsi nous sommes dans le Règne d’amour, de vérité, de justice et de paix. Pour les Israélites, il s’agissait de la victoire sur les ennemis terrestres et le rétablissement de Jérusalem. Pour nous aujourd’hui, il s’agit de la victoire sur le péché. Avec le péché, il n’y pas de paix. Mais avec la grâce, la paix est parfaite.
    C’est pour cette raison que saint Paul nous dit que la fierté du chrétien est dans la croix du Christ. Parmi les Galates, il y avait des chrétiens venus du Judaïsme qui obligeaient les autres de se faire circoncire selon la rescription de la Loi juive. En cela, saint Paul voit un double danger : le fait d’oublier que le Salut est gratuit et le fait de se faire élite intellectuelle. L’homme ne peut pas être sauvé par l’observance extérieure de la Loi, mais par la foi au Christ (Ac 4, 17). Par ses propres efforts, il ne peut rien faire qui lui mériterait le Salut. D’autre part, le fait de se faire élite intellectuelle par l’étude de la Loi au milieu de l’Empire romain pourrait étouffer l’appartenance à un Christ crucifié, et ainsi on aurait perdu l’entrée dans le Royaume de Dieu.
    Dans l’évangile, nous voyons Jésus qui choisit soixante-dix (ou soixante-douze) autres disciples pour leur donner une mission après celle des douze. En quoi consiste leur mission ? Jésus leur a dit : « Guérissez leurs malades et dites- leur : ‘Le Royaume de Dieu est maintenant tout proche de vous !’ (v.9). Le chiffre de soixante-dix (ou soixante-douze) a une valeur symbolique. Il se rapportait aussi aux nations païennes comme aux soixante-dix anciens associés à la mission de Moise (Nb 11, 16-17). Cette mission préfigure donc la tache de l’Eglise jusqu’à la fin du monde : évangéliser toutes les nations (Mt 28, 19). Qui (qu’est-ce que) est l’Eglise ? C’est nous-mêmes. C’est nous qui devons donner la guérison de l’âme à ceux qui n’ont pas encore découvert que le Royaume de Dieu et sa miséricorde leur sont proches. En rendant visite aux malades physiques par exemple, nous manifestons ainsi que nous formons avec eux une famille qui s’occupe d’eux, et incarnons l’amour de Dieu pour eux. Certes, nous ne devons pas remplacer les médecins dans les hôpitaux, même si ceux-ci doivent soigner les malades avec un esprit chrétien. Mais quand nous rendons visite aux malades, nous contribuons à leur guérison, car le découragement et le désespoir qui accablent certains, ne sont pas moindres comme maladie. Les médicaments qu’ils reçoivent à l’hôpital leur font du bien, mais à eux seuls, ne suffisent pas. Je dialoguais un jour avec des médecins et ceux-ci me disaient qu’on peut bien faire le diagnostic d’une maladie et prescrire les soins qu’il faut, et que même le malade peut observer soigneusement ce qu’a dit le médecin. Pourtant, poursuivaient-ils, malgré les effets curatifs des médicaments, il peut ne pas guérir de sa maladie, si le médecin l’a mal accueilli au premier contact. Ce ne sont pas seulement les malades physiques que nous devons approcher, mais aussi les malades mentaux, et toute personne en situation de détresse. Étant créé corps et esprit, chacun a besoin de l’affection des autres. C’est nous qui devons nous occuper de ce domaine affectif par la charité que le Christ nous a enseigné en se sacrifiant lui-même pour nous. En témoignant de notre foi par les œuvres de charité, nous manifesteront le Royaume de Dieu parce que nous n’agissons pas seuls, mais Dieu agit en nous. Les démons seront chassés, notre nom sera inscrit dans le livre de la vie et heureux serons-nous.

    J'aime

Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :