Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Actu-Analyse » Points de vue » Sœur Cristina : L’Esprit Saint aime parfois s’amuser ! – Aleteia

Sœur Cristina : L’Esprit Saint aime parfois s’amuser ! – Aleteia

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


De Giuseppe Savagnone.
Comme Soeur Cristina, laïcs et religieux doivent eux aussi porter le Christ là où il ne pénètre jamais.

Suor Cristina Scuccia

Suor Cristina Scuccia

De temps à autre, le Saint-Esprit se plaît à jouer avec les mécanismes de la société médiatique, si souvent utilisés à mauvais escient. Et il les transforme à ses propres fins, juste pour prouver qu’ils ne sont pas mauvais en soi, et qu’ils peuvent même être une ressource pour les hommes, comme pour Dieu.

C’était déjà le cas pour le Pape François ; mais apparemment  l’Auteur de cette première, immense surprise y a pris goût et a l’intention de ne pas s’arrêter là. Et c’est maintenant le cas avec ce succès inattendu, incroyable, de Sœur Cristina Scuccia, une petite religieuse sicilienne de 25 ans, originaire de Comiso, de la congrégation des Ursulines de la Sainte Famille, qui vit et remplit sa mission de religieuse à Milan.

Face au doute, formulé par certains, que son initiative puisse être appréciée dans le milieu ecclésiastique,  elle a dit : « Je m’attends à un coup de fil du Pape François. Parce qu’il nous invite à sortir, à évangéliser. A dire que Dieu n’enlève rien, et qu’au contraire il nous donne encore plus. Et je suis ici pour ça!». Quelques mots seulement, mais le public est sous le choc. Ils l’ont dit et répété à plusieurs reprises ; ils n’en croyaient pas leurs yeux. Une sœur comme ça! Qui aurait pu l’imaginer ?

Le plus beau, c’est que cette stupeur est allée bien au-delà des limites de l’émission. Retransmise sur YouTube, la scène tout entière– la chanson et le dialogue qui a suivi –a déjà été visionnée trente millions de fois dans le monde entier, a été reprise et commentée dans le Huffington Post, a fait l’objet d’un tweet dela célèbre actrice américaine Whoopi Goldberg, la star du film Sister Act, où elle joue le rôle d’une religieuse.

Inutile de dire que, à côté de l’approbation et les félicitations, les protestations indignées n’ont pas manqué. Une religieuse n’aurait-elle pas dû laisser  à d’autres, à des laïcs, la tâche de témoigner du Christ en montant sur les planches ? (accusation de cléricalisme subtil). Se fait-on religieuse pour se produire ainsi à la Tv? (accusation d’exhibitionnisme). Et puis, aurait-elle jamais été sélectionnée pour un tel spectacle si elle n’avait  pas été une religieuse? (accusation d’instrumentaliser  l’habit pour faire carrière). Et aussi, convient-il  qu’une religieuse  chante une chanson avec ces paroles? (accusation de céder à la mode, ou de compromission avec la pansexualité dominante).

Je commence par la dernière accusation, la plus insidieuse pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas l’anglais. Je suis allé vérifier sur Internet. Le refrain, répété plusieurs fois, traduit en français dit grosso modo ceci : « Personne, personne, personne ne peut comprendre ce que je ressens pour toi, toi, toi, personne, personne, personne ne peut comprendre ce que je ressens pour toi. Quand la pluie tombe et que mon cœur va souffrir, tu seras toujours là, cela je le sais  sûrement ».

Sauf à interdire aux sœurs de lire et de diffuser le Cantique des Cantiques, où il y a beaucoup plus d’érotisme que dans ce texte (là il est question de corps de la femme et de l’homme sans beaucoup de réticences!), je ne vois pas pourquoi une religieuse ne pourrait pas chanter ces choses. Serait-ce qu’on devient religieuse parce qu’on est dépourvue de passion humaine. L’éros n’est pas seulement le sexe.  Personne ne devrait imaginer un consacré ou une consacrée comme des personnes qui ont renoncé à l’éros, ni croire que leur sexualité est accidentelle. Comme s’il s’agissait d’un habit superficiel, superposé à la personnalité de l’extérieur. Ce sont des hommes et des femmes, même dans l’âme.

Une religieuse est une femme pour l’éternité. Et je suis content que Cristina, dans sa modeste robe de nonne, sans tomber ne serait-ce qu’un instant dans des poses faussement érotiques de mauvais goût, ait témoigné non seulement de sa foi, mais aussi de sa consécration, de sa féminité et de sa passion de femme pour le Seigneur.

Lisez la suite sur:
Sœur Cristina : L’Esprit Saint aime parfois s’amuser ! – Aleteia.


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :