Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations » Homélies » Joseph, modèle de l’apôtre qui expérimente et annonce le Règne de la paix.

Joseph, modèle de l’apôtre qui expérimente et annonce le Règne de la paix.

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


Joseph-sold-slaveryEn ces jours, l’Eglise nous présente l’épisode de Joseph dans son long voyage depuis le chapitre 37 du livre de la Genèse. Nous appuyant sur les lecture de ce jour (14ème jeudi du T. ordinaire), nous pouvons le prendre comme modèle d’un apôtre de la paix et cela à plus d’un titre. Il a fait une expérience de Dieu comme un pèlerinage de justice, dans l’espérance, espérance considérée comme un amour qui crée et donne la paix.

Les apôtres sont envoyés pour proclamer que le règne de Dieu est au milieu des gens. Il s’agit d’un royaume de paix. La mission commence par le souhait de la paix. Les premières paroles de Jésus à ses apôtres après sa résurrection sont « la paix soit avec vous ». Ne vous laissez pas intimider par votre passé, votre fuite devant le scandale de ma mort, dépassez votre trahison à mon égard,… leur signifiait Jésus. Puis, il les envoie en mission. L’apôtre annonce la Bonne Nouvelle de la paix qui, dans le Nouveau Testament, représente le salut : « C’est lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, Israël et les païens, il a fait un seul peuple ; par sa chair crucifiée, il a fait tomber ce qui les séparait, le mur de la haine, (…) en sa personne, il a tué la haine. Il est venu annoncer la bonne nouvelle de la paix, la paix pour vous qui étiez loin, la paix pour ceux qui étaient proches. » (Ep 2, 14-17) Ainsi, annoncer la paix c’est annoncer le Christ Sauveur, cela implique de s’engager résolument en faveur de la paix. Laissons-nous guider par l’expérience de Joseph.

Dans la globalité de son histoire, nous nous rendons compte d’un certain refrain : « Dieu était/est avec Joseph. » Nulle part nous le voyons parler avec Dieu comme il en avait été le cas pour Abraham, Isaac et Jacob. En ceci, Joseph nous est plus proche, nous qui ne sommes pas témoins des manifestations éclatantes (théophanies) de Dieu. Il est proche de notre histoire, ou mieux, son histoire c’est notre histoire. Même si certains moments pourraient militer en faveur du contraire, Joseph sent la présence de Dieu. Ainsi devrions-nous expérimenter sa présence. Jésus ne nous a-t-il pas dit qu’il est avec nous tous les jours, jusqu’à la fin des temps ? Avons-nous la certitude que Jésus est avec nous dans sa Parole, dans les sacrements….? Ainsi, convaincus de la présence de Dieu dans notre vie (c.à.d. de la présence de son règne), nous serons capables de le proclamer.

Ensuite, l’expérience de l’espérance de la vocation de Joseph nous enseigne son réalisme optimiste : il a les pieds sur la terre. « Gloire à Dieu, au plus haut des cieux et pieds sur la terre aux hommes qu’il aime ». Ce réalisme le rend vrai : la femme de non prochain n’est pas la sienne ! Ses frères restent ses frères même quand ils l’ont trahi et vendu ! Le bien de l’Egypte est un bien qu’il doit servir et promouvoir même s’il est étranger ! Rien n’est contre moi puisque Dieu est avec moi (Rm 8,35). Ce réalisme doit alors animer les apôtres qui ne doivent pas avoir d’illusion puisque « toutes les villes n’accueilleront pas leur propositions de paix », ni se décourager face aux échecs. Ils devront continuer leur chemin et leur mission.

Last but not least, Joseph est quelqu’un qui ne résout pas les problèmes des autres sans les y impliquer. Inspiré par la logique de la pédagogie de Dieu, il oblige ses frères à parcourir de nouveau leur cheminement pour résoudre, non le problème de la faim, mais le sérieux problème de l’amour trahi. Ils doivent se rendre compte des bienfaits du Seigneur qu’ils n’ont pas su percevoir dans leur vie (comme nous y invite le psaume responsorial). Ceci portera tous les protagonistes à un vrai pardon qui n’éclipse pas l’offense, mais le dépasse en ré – unissant toute la famille brisée par le péché. L’apôtre de la paix est donc celui qui aide les personnes à cheminer vers l’unité, une unité qui n’ensable pas le passé, mais l’affronte et parvient à un rassemblement des fils de Dieu dispersés par le péché. C’est cela sa récompense !

Que notre Seigneur nous aide à être de véritables témoins de la paix pour notre temps. Cela demande de la patience et aussi beaucoup de courage. Cela demande parfois d’aller à l’encontre de certaines vues de notre monde en secouant la poussière de nos sandales. En tout cas, la paix de l’évangile ne saurait aller à l’encontre de la vérité. Comme nous le rappelait Jean-Paul II : ‘Font œuvre de paix ceux qui, dans le respect d’autrui et dans la charité, recherchent et proclament la vérité.’ »


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :