Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations » Homélies » Dans son Royaume, les pauvre, les humbles et les faibles ont la prédilection de Dieu.

Dans son Royaume, les pauvre, les humbles et les faibles ont la prédilection de Dieu.

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


The SermonPeu de temps avant l’exil, le prophète Sophonie lance un pressant appel à ses compatriotes : «Cherchez le Seigneur, pratiquez la justice et l’humilité !» Le message sera reçu par le «Reste» d’Israël, demeuré fidèle au Dieu de
l’Alliance. Ainsi, quand le destin politique du peuple juif semble déjà fort compromis malgré les visées encore ambitieuses de ses chefs, le prophète Sophonie montre quelle est la vraie raison d’être du peuple de Dieu dans le monde. Non pas chercher un rôle de prestige, ni intervenir dans le jeu politique des grandes nations, encore moins dominer culturellement le monde, mais témoigner d’un nouveau sens de l’homme et de la société ; devenir un peuple où le pauvre sera respecté, où la justice aura force de loi, où la tromperie et le désir de dominer ne seront plus la base des rapports entre les hommes. Avec Sophonie, le sens du mot « pauvre » change se signification. Alors qu’il signifiait avant des hommes malheureux, qu’on aurait dit « maudits par le sort », il se réfère désormais à tous ceux qui comptent sur Dieu et réalisent sa volonté. C’est l’invitation du psaume responsorial qui appelle ceux qui souffrent à compter sur Dieu qui est fidèle et prend soin de tous ses enfants. C’est toujours la mission de l’Église au service du monde.

À son tour, Paul fait remarquer aux chrétiens divisés de la ville de Corinthe qu’il se trouve parmi eux fort peu de sages et de puissants. Quelle est l’échelle es valeurs qui préside habituellement à nos choix et à nos projets ?  Chercher le Seigneur, c’est rechercher la justice et l’humilité, c’est renoncer à la distorsion du droit, au mensonge et à la tromperie. Sur quoi insister pour être des points de repère auprès de ceux qui cherchent Dieu autour de nous ? En invitant la communauté de Corinthe à reconnaître dans les faits qu’elle n’est ni l’élite intellectuelle, ni la fraction dirigeante de la société, ni des personnages de haut rang, mais qu’elle se compose en majorité de petites gens, Paul veut lui faire toucher du doigt le mystère de l’action de Dieu dans le monde. Alors que nous sommes toujours tentés de miser sur la puissance économique, politique ou intellectuelle des hommes, Dieu croit à la force des pauvres et des petits, eux qui justement apparaissent sans puissance. C’est un non-sens ! Non, puisque c’est en eux que la toute-puissance de Dieu est à l’œuvre pour contester et sauver une société qui cherche son assurance dans argent, la science, la domination des forts, et non d’abord dans l’amour fou de Dieu pour les hommes. Mesurons-nous l’impact de l’Eglise dans le monde d’abord en fonction des gestes ou des déclarations spectaculaires qu’elle peut faire ? Et si elle se voulait d’abord Église de pauvres ? Et si nous voulions être de ces pauvres ?

Dans la ligne de la prédication prophétique, les Béatitudes de Matthieu disent le bonheur du «peuple petit et pauvre » qui répond à l’attente de Dieu. Un bonheur que l’on découvre en s’engageant dans la vie de pauvreté, de la compassion, de la justice, de la miséricorde, de la droiture, de la paix et du témoignage rendu à Jésus.? Cet évangile est celui de la joie : « Heureux… réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse… » La raison de cette joie, c’est le Royaume des cieux ». « …car le Royaume des cieux est à eux », dit Jésus, après la première et la dernière béatitudes.

Si nous demandons : « Qu’est-ce que le Royaume des cieux » ?
Les autres béatitudes nous diront que c’est Dieu lui-même. Oui, Dieu lui-même, à l’action dans la vie des hommes, quand il réconforte les affligés, comble l’espérance des affamés de justice, pardonne à ceux qui ouvrent leur cœur à la misère de leurs frères, se laisse trouver par ceux qui le cherchent d’un cœur sincère, et reconnaît pour ses fils les bâtisseurs de la paix. Mais, pour faire cette expérience de l’action de Dieu dans sa vie, il faut se compromettre pour la non-violence, pour fa justice et la bonté, pour la paix et pour la pureté de ses intentions. Il faut avoir affronté les insultes et les moqueries, avoir risqué la persécution et la calomnie. Le Christ reconnaît pour siens tous ceux-là qui se seront ainsi compris : « A cause de moi», dit-il. Ce sont ceux-là que nous fêtons aujourd’hui.

Jésus ne vient pas s’opposer aux puissants. Il vient leur/nous révéler la vérité de Dieu pour que nous nous convertissions, pour que nous changions nos manières de voir les choses. Ainsi, notre pouvoir de domination se changera en service afin que nous puissions regarder les pauvres avec le regard de Dieu. Avant de choisir de façon dictatoriale la première béatitude, qui constitue la clé le premier article de la Constitution du Règne de Dieu que Jésus vient inaugurer au milieu de nous, il faut noter que toutes les béatitudes sont énoncées au pluriel. En effet, qui souffre seul n’est pas loin du désespoir. Dans a souffrance, seule la communion avec les frères et sœurs, dans une communauté vive, apporte soulagement et espérance.

« Bienheureux serai-je si je suis pauvre en esprit » : Oh fièvre satanique des richesses, à quels délires tu nous conduis! Les riches comme les pauvres. Le riche qui vit pour son or, idole infâme de son esprit en ruines. Le pauvre qui vit de la haine qu’il a pour le riche qui possède l’or, et même s’il ne se rend pas matériellement homicide, il proclame ses anathèmes contre les riches, leur souhaitant toutes sortes de maux. Il ne suffit pas de ne pas commettre le mal, il faut encore ne pas désirer le faire. Celui qui maudit en souhaitant malheurs et mort ne diffère pas beaucoup de celui qui tue matériellement, car il a en lui le désir de voir périr celui qu’il hait. En vérité je vous dis que le désir n’est qu’un acte que l’on retient, comme le fruit d’une conception déjà formé mais non expulsé. Le désir mauvais empoisonne et corrompt, car il dure davantage que l’acte violent. Il s’enracine plus profondément que l’acte lui-même.

Celui qui est pauvre en esprit, s’il est matériellement riche ne pèche pas à cause de l’or, mais avec son or il réalise sa sanctification parce qu’il en fait de l’amour. Aimé et béni, il est semblable à ces sources qui sauvent les voyageurs dans les déserts et qui se donnent sans avarice, heureuses de pouvoir se donner pour soulager ceux qui désespèrent. S’il est réellement pauvre, il est joyeux dans sa pauvreté et trouve son pain agréable. Il est joyeux car il échappe à la fièvre de l’or, son sommeil ignore les cauchemars et il se lève bien reposé pour se mettre tranquillement à son travail qui lui est léger parce qu’il le fait sans avidité et sans envie.

L’homme peut être riche matériellement avec l’or, moralement par ce qu’il affectionne. Sous le nom d’or, on comprend non seulement les ressources pécuniaires, mais les maisons, les champs, les bijoux et le maquillage, les meubles, les troupeaux, tout ce qui en somme donne l’aisance à la vie. Les richesses morales consistent dans: les liens de parenté ou de mariage, les amitiés, les richesses intellectuelles, les charges publiques. Comme vous le voyez, pour la première catégorie le pauvre peut dire: « Oh! pour moi, il me suffit de ne pas envier celui qui possède et je me contente de la situation qui m’est imposée »; pour la seconde, celui qui est pauvre doit encore se surveiller car le plus misérable des hommes peut devenir coupable si son esprit n’est pas détaché. Celui qui s’attache immodérément à quelque chose, celui-là pèche. Faisons donc attention.

Seigneur Jésus, notre Sauveur et notre frère, Libère-nous de notre cupidité et de nos mesquineries, toi, le pauvre venu pour être le serviteur de tous. Guéris notre arrogance et nos duretés, toi, le compagnon doux et humble de cœur. Prends pitié de ceux qui subissent l’oppression et la calomnie, toi, l’innocent persécuté et supplicié. Regarde les familles divisées et les peuples en guerre, toi qui nous donnes la paix de Dieu. Béni sois-tu, avec le Père et l’Esprit Saint !

 


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :