Évangéliser les aréopages modernes.

Accueil » Méditations » Homélies » Nuit de Noël: Joie de la consolations pour les Saints, joie du pardon aux pécheurs, joie de la vie pour les païens

Nuit de Noël: Joie de la consolations pour les Saints, joie du pardon aux pécheurs, joie de la vie pour les païens

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


Crèche à la Place St Pierre (Rome 2013)

Quand on pense à notre temps et qu’on écoute ce qu’on en dit, on souligne le fait qu’il est devenu trop dur, que les temps anciens étaient plus beaux, plus paisibles, calmes… Peut-être qu’on ne s’arrête pas pour bien y penser. Saint Luc, au moins, y a pensé et nous a fait un récit, (dans un cadre, vraiment pas beau!!!) de Noël : un pays sous occupation romaine, une famille d’immigrés qui doivent se rendre dans leur terre pour se faire recenser, ce même recensement qui vise à bien compter les personnes et leurs biens patrimoniaux pour maximiser les taxes,…

En outre, nous sommes devant un Dieu déconcertant qui rompt tous les protocoles en naissant fragile, mendiant notre attention comme le fait tout nouveau-né qui ne peut rien de lui-même, un Dieu en dehors des schèmes mentaux de la puissance comme celle d’un empereur qui se fait proclamer divin ( « Augustus » = Sebastos en grec= digne d’adoration) et qui, pourtant, a peur qu’on lui usurpe le pouvoir tel que sont ceux qui ont le pouvoir cherchent à tout prix à s’y maintenir,… De tout ceci et bien d’autres choses encore, comment ne pas dire que la Parole de Dieu est toujours actuelle, qu’elle a quelque chose à nous dire, quiconque que nous soyons, de conditions aisées (les occupants des hôtels de Bethléem qui prennent toutes les chambres) ou modestes (la jeune famille de Joseph et Marie qui n’a pas eu droit aux soins les plus élémentaires)?

Et pourtant, le ciel et la terre se sont donnés rendez-vous chez eux et chez nous, dans une telle situation. Les cieux se déchirent et la gloire du Seigneur illumine la nuit d’une Palestine ainsi meurtrie pas une situation socio-politique non différente de nos pays. Dieu a fait irruption dans notre histoire, la gloire de Dieu habite notre terre. Oui, tout ceci est pour moi, tout ceci est pour toi. Reprenons les mots merveilleux de Saint Léon le Grand et faisons-les nôtres : « exulte le saint puisque la récompense est proche, jubile le pécheur parce que le pardon lui est offert, et que le païen reprennent courage parce qu’il est appelé à la vie ». Cette théophanie est pour toi, qui te reconnais en ces personnes. Y a-t-il encore doute?

Mais alors pour qui les Anges se sont-ils déplacés ? Pour nous!

On ose à peine le dire : pour porter un message à « des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux ». Quand on pense à la réputation de ces hommes frustrés et peu versés dans les Ecritures, on croit rêver. Dieu s’adresserait-il en premier à ces gens qui ne respectent même pas le sabbat (puisqu’ils sont toujours derrière leur troupeau), ces gens qui sont méprisés de tous, ces marginaux qui ne savent pas ce qui se passe dans la société, ces gens aux mœurs peu louables, ces pécheurs? Si encore les Envoyés du Très Haut venaient les reprendre sur leur manque de piété ou de fidélité à la Loi ; mais il n’en est rien : les bergers sont choisis pour accueillir de la part de Dieu une « bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur ». Nous ne mesurons sans doute pas ce que cette situation a de choquant : non seulement le ciel ne respecte ni la hiérarchie ni le protocole, mais il s’adresse à des gens de croyance et de mœurs douteuses pour annoncer l’avènement du Messie !

Dieu a clairement choisi son camp. Entre les grands de ce monde qui déploient insolemment leur luxe et exercent orgueilleusement leur pouvoir, et les petits qui sont privés de l’hospitalité élémentaire et sont obligés de chercher un abri au milieu des animaux, il n’hésite pas. Dans sa liberté souveraine, le Sauveur du monde a voulu naître d’une jeune fille de modeste condition, donnée en mariage à un artisan d’un village inconnu de Galilée appelée Nazareth. C’est dans ce foyer apparemment quelconque, que « la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes ». Nous sommes avertis : si le Seigneur est venu pour « nous apprendre à rejeter le péché et les passions d’ici-bas », il faut s’attendre à ce qu’il bouscule nos habitudes et nos façons trop humaines de penser.

A vrai dire, c’est à une nouvelle naissance qu’il nous invite, afin de « vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux ». L’aventure qui commença cette nuit-là risque donc de nous entraîner très loin, si du moins nous persévérons à la suite de cet « enfant qui nous est né, de ce fils qui nous est donné ». Car « pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien », le « Prince de la paix » n’hésitera pas à « se livrer pour nous, afin de nous purifier et de nous racheter de toutes nos fautes ». « Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers » pour ceux qui accueillent la Révélation déconcertante de sa gloire dans un petit enfant.

Cette nuit-là, le Seigneur est venu et a planté sa tente au milieu de son peuple, prêt (puisque la tente suggère la mobilité, le toujours provisoire) à se mouvoir avec nous sur nos routes quotidiennes ; « sur ceux qui habitent le pays de l’ombre, sur l’humanité qui marche dans les ténèbres, une lumière resplendit ». Saurons-nous la discerner et l’accueillir ? Notre temps est donc le temps favorable, et il n’est jamais tard pour l’accueillir afin qu’il illumine nos ténèbres, nos zones les plus obscures de notre vie. Je prends du temps pour penser à mes bassesses. Suis-je prêt(e) à les lui montrer? Et à accepter qu’il fasse quelque chose, qu’il bouscule mes sécurités, mes habitudes, mes protocoles?

Avec les bergers mettons-nous en route : l’Enfant-Dieu nous attend au fond de l’étable de nos vies. Puissions-nous nous y unir à l’adoration de Marie et Joseph, et chanter avec les Anges : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ». Célébrons dans la joie l’avènement de notre salut et de notre rédemption. Célébrons le jour de fête où, venant du grand jour de l’éternité, un grand jour éternel s’introduit dans notre jour temporel et si bref.


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :