L'Église, fermentum des aréopages modernes.

Accueil » Méditations » Homélies » Cherchons et annonçons le Christ pour notre purification et vraie réintégration sociale, religieuse.

Cherchons et annonçons le Christ pour notre purification et vraie réintégration sociale, religieuse.

Le Blog et l’Auteur.

A. Lambert RIYAZIMANA

A. Lambert RIYAZIMANA

Indirimbo


HomélieLa loi de Moïse, rappelée par la première lecture, n’était pas seule à traiter les lépreux en parias. Maladie contagieuse, la lèpre passait dans les sociétés antiques pour une malédiction qui retranchait ses victimes de tout contact avec autrui, les privant ainsi des soins qui auraient pu les soulager. En touchant le lépreux qui l’aborde, Jésus enfreint un tabou social et religieux. S’il renverse le mur d’une implacable ségrégation, c’est au nom d’un amour dont nul ne doit être exclu. De ses disciples, Jésus attend qu’ils brisent les barrières de la peur et di conformisme pour étendre la main vers leurs frères et sœurs déshérités. Avons-nous des yeux pour voir les millions de parias que le monde soi-disant développé rejette sur ses marges, «hors du camp » ?

Lutter contre tout ce qui afflige, éloigne et sépare les uns des autres.

Parce que la maladie, notamment la lèpre (lèpre véritable, maladies diverses de la peau, furoncles, etc.), apparaissait aux Hébreux comme une sanction du péché, le malade était déclaré impur. Son cas relevait donc du prêtre, chargé à la fois de constater la gravité de son état, de le déclarer impur, de l’isoler de ses semblables et s’il y avait guérison, d’offrir prières et sacrifices pour le péché, puis de le réintroduire officiellement dans la communauté humaine. Ces précautions n’avaient pas pour seul but d’éviter la contagion physique de la maladie, mais aussi de mettre à part le pécheur, réputé contagieux pour la pureté du peuple élu par le Dieu saint. Cette lecture est destinée à éclairer la portée de la guérison de Jésus au lépreux de l’Evangile. Notre société a tendance à marginaliser bien des gens : le chômeur de longue durée, le malade atteint du Sida, le délinquant, l’immigré, les prisonniers, … Comment travailler à leur réintégration dans la société ?

Ce lépreux que la loi juive désignait comme impur, Jésus n’hésite pas à le toucher et à contracter donc l’impureté légale qui s’attachait à ce geste : Jésus ne vient-il pas  prendre sur lui les péchés du monde ? Jésus sait que la Loi interdit aux personnes saines de toucher un lépreux. Il pourrait très bien dire une parole et le lépreux serait guéri, mais il ne le fait pas. Au contraire, en allant contre la loi, il touche le lépreux, comme il a touché la belle-mère de Pierre (Mc 1,31). Par là il montre combien toucher physiquement est important.

La parole et le geste de Jésus guérissent le lépreux, mais Jésus désire que cet homme soit pleinement réadmis dans la communauté. Il respecte donc la Loi Juive en envoyant cet homme se présenter au grand prêtre afin qu’il constate sa guérison. Si ce grand prêtre s’était souvenu de la prophétie d’Isaïe (Is35, 6) il aurait compris que l’âge messianique était arrivé. La guérison des lépreux y est mentionnée comme l’un des signes annonçant l’arrivée de l’ère messianique. Jésus tente d’ouvrir les yeux de ces prêtres de Jérusalem qui seront si opposés à lui, en leur donnant le signe messianique de la guérison des lépreux : ils seront sans excuse quand ils le condamneront (Jean 15, 22).  Dans ce cas précis, Jésus est présenté comme observant la Loi, ce qui nous prépare à accepter d’autres situations dans lesquelles Jésus sera en opposition à la Loi, lorsque celle-ci se fait oppressive.

Oui, Jésus vient susciter parmi les hommes une fraternité qui ne connaîtra ni paria ni exclu. Comment ce lépreux guéri pourrait-il ne pas porter témoignage près des autorités religieuses et de la foule que le Messie est là ? Devant toi, Jésus, je suis ce lépreux pour qui tu as le cœur remué de tendresse, que tu veux toucher dans le sacrement de la réconciliation, réintégrer ainsi dans la communion de l’Église et envoyer, renouvelé, porter témoignage à ses frères.

Montrer de la compassion

Marc souligne que Jésus guérit le lépreux parce qu’il éprouve une grande compassion pour lui. Et c’est la première fois que nous entendons que Jésus guérit quelqu’un par pitié. Ces sentiments viennent du plus profond de son être. Et c’est le même sentiment qui le conduira à nourrir la foule affamée (Mc 6,34 et 8,2). Ici nous découvrons quelque chose de la nature humaine de Jésus. Il est vrai Dieu et vrai homme. « Hanináhazwe Yezu Kristú Mâna nyāwe, n’Úmūntu nyāwé. Imâna ní inináhazwe »(Rāba Turirîmbire Umukáma (1998),  H1, urup. 69) Il n’agit pas comme un être surnaturel qui n’est pas affecté par les souffrances physiques des autres.

Au contraire il est profondément sensible et ressent la souffrance des autres au plus profond de son cœur. Marc désire que ses lecteurs se rendent compte que Jésus aura la même pitié envers l’humanité pécheresse et souffrante, à tel point qu’il acceptera de souffrir pour nous tous afin de nous réconcilier avec Dieu et entre nous.  Lorsque nous nous adressons à des personnes souffrantes, la compétence professionnelle pour résoudre leurs  problèmes   ne   suffit  pas. Lorsque nous n’éprouvons pas de l’amour pour ces personnes souffrantes, nous n’agissons pas vraiment comme des chrétiens. Nous pouvons être d’excellents professionnels, mais pour vraiment nous aider les uns les autres émotionnellement, socialement et spirituellement, nous avons besoin d’entrer en relation les uns avec les autres avec le cœur de Jésus. En ce dimanche qui est en même temps la Journée Internationale dédiée aux malades, comprenons que nous sommes tous capables de donner de l’amour, d’approcher les malades pour leur porter réconfort.

« Attention, ne dis rien à personne » : le secret messianique.

 Comme Jésus impose silence aux démons, il impose rudement silence au miraculé. L’expression est véhémente: «rien».. «à personne»… C’est le fameux «secret messianique», dix fois répété dans l’évangile de Marc. C’est comme si Jésus évitait de faire les miracles, si souvent mal compris! Les juifs (et nous!) attendaient un messie temporel. Les foules se précipitaient dans l’espoir que Jésus leur apporterait le bonheur ici-bas, qu’il résoudrait leurs problèmes de santé, qu’il restaurerait l’indépendance politique. Oui, les miracles, c’est dangereux pour Jésus, cela pourrait faire échouer sa mission, ou la faire totalement dévier: ils pourraient faire penser que le Règne de Dieu va consister en un bonheur terre à terre. Le vrai «salut», le sauvetage radical, que Jésus propose ne pourra bien se comprendre qu’à la lumière de sa mort et de sa résurrection: il faut attendre ce moment-là pour ne plus se tromper sur la nature de la «libération» de homme, dont Jésus est l’artisan! Les guérisons sont des annonces de la Résurrection.

Surprise! Malgré l’interdiction de Jésus, nous voyons donc le «sauvé» devenir «sauveur» à son tour. Et nous? Proclamons-nous la Parole? Une fois de plus, nous contemplons l’amour que Jésus a de la solitude, des «lieux déserts»: il est vraiment l’image de Dieu, ce Dieu discret, le Dieu qui ne fait pas de fracas, le « Dieu caché»…

Dieu d’infinie tendresse, ton Fils Jésus, pris de pitié, n’a pas hésité à toucher le lépreux. En son temps, il n’a cessé de renverser les murs qui séparaient et divisaient les hommes. Aujourd’hui encore, la maladie et le malheur nous accompagnent, et Jésus nous tend inlassablement la main. Dans la puissance de ton Esprit, rends-nous capables de vaincre la contagion du péché par celle de l’amour fraternel. Amen.


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

Prier l’Office divin

Liturgia Horarum

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)

Radio Maria Burundi

Ecoutez Radio Maria

%d blogueurs aiment cette page :