Évangéliser les aréopages modernes.

Accueil » Méditations » Homélies » Loin d’enfermer, l’Esprit Saint ouvre les frontières. Au fantasme de l’uniformité, l’unité dans la diversité.

Loin d’enfermer, l’Esprit Saint ouvre les frontières. Au fantasme de l’uniformité, l’unité dans la diversité.

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


IMG_8964Le récit de la Pentecôte, dans le livre des Actes des Apôtres, fait d’abord un état d’un coup violent de vent. Ne fallait-il pas un souffle puissant pour secouer des esprits figés et délier les langues muettes ? Une pluie de feu n’était-elle pas nécessaire pour embraser ces disciples glacés par la peur ? Seul l’Esprit de Dieu pouvait faire sortir ces hommes traqués de leur refuge. L’énumération des 12 provinces de l’empire symbolise la mission universelle des apôtres, ce qui est aussi la véritable signification du prodige des langues. Loin d’enfermer, l’Esprit de Dieu ouvre ; il manifeste la générosité de Dieu dans la chatoyante diversité des dons. Au fantasme de l’uniformité obligatoire (ce qui demeure une obsession pour certains), illustré par la tour de Babel, le souffle Créateur de la Pentecôte oppose une unité à construire dans le respect des différences, par le dialogue et la réconciliation. Quand cela se passe-t-il ? L’Evangéliste Jean nous répond : le premier jour de la semaine. Avec l’Esprit que Dieu donne, une nouvelle création voit le jour. C’est une nouvelle Genèse. « Le premier jour de la semaine » : nous sommes loin de la pesante obligation de la messe dominicale qui est perçue par certains sous l’aspect juridique. Il s’agit d’une nécessité vitale : Dieu nous recrée par son souffle ! A la première création, « Dieu souffla dans les narines de l’homme un souffle de vie »(Gn2,7). A la dernière création, il est dit : « Souffle sur ces ossements desséchés et ils vivront »(Ez 37,9). De nos jours, le Souffle de Dieu est toujours à l’œuvre.

Le jour de la Pentecôte, l’Esprit Saint descendit avec puissance sur les Apôtres et la mission de l’Eglise dans le monde commença. Jésus avait lui-même préparé les apôtres à cette mission en leur apparaissant plusieurs fois après sa résurrection (cf. Ac 1, 3). Avant son ascension à la droite du Père, il leur donna l’ordre de « ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis » (cf. Ac 1, 4-5). Il leur demanda de demeurer ensemble pour se préparer à recevoir le don de l’Esprit Saint. C’est alors qu’ils se réunirent en prière avec Marie au Cénacle, dans l’attente de l’événement promis.

Demeurer ensemble dans la prière, être dans la concorde, fut la condition posée par Jésus pour accueillir le don de l’Esprit Saint qui pousserait les apôtres à partir en mission. Une formidable leçon pour toute communauté chrétienne que Benoît XVI exprime par ces mots : «Pour comprendre la mission de l’Église, nous devons revenir au Cénacle où les disciples restèrent ensemble (cf. Lc 24, 49), priant avec Marie, la “Mère”, dans l’attente de l’Esprit promis. C’est de cette icône de l’Église naissante que toute communauté chrétienne doit en permanence s’inspirer. La fécondité apostolique et missionnaire n’est pas d’abord le résultat de méthodes et de programmes pastoraux savamment élaborés et “efficaces”, mais le fruit de l’incessante prière communautaire » (cf. Paul VI, Exhort. apost. Evangelii nuntiandi, n. 75).

En outre, l’efficacité de la mission présuppose que les communautés soient unies, à savoir qu’elles aient «un seul cœur et une seule âme» (Ac 4, 32), et qu’elles soient disposées à témoigner de l’amour et de la joie que l’Esprit Saint répand dans le cœur des fidèles (cf. Ac 2, 42). » Les images utilisées par saint Luc pour indiquer l’irruption de l’Esprit Saint – le vent et le feu – rappellent le Sinaï, où Dieu s’était révélé au peuple d’Israël et lui avait accordé son Alliance (cf. Ex 19, 3ss). La fête du Sinaï, qu’Israël célébrait cinquante jours après Pâques, était la fête du Pacte. En parlant de langues de feu (cf. Ac 2, 3), saint Luc veut représenter la Pentecôte comme un nouveau Sinaï, comme la fête du nouveau Pacte, dans lequel l’Alliance avec Israël est étendue à tous les peuples de la Terre. L’Eglise est catholique et missionnaire depuis sa naissance. L’universalité du salut est démontrée de manière significative par la liste des nombreuses ethnies auxquelles appartiennent ceux qui écoutent la première annonce des Apôtres. L’esprit Saint ne reconstruit pas l’unité en inventant une langue universelle, mais fait que les apôtres se fassent comprendre dans la langue maternelle de chacun. Le Peuple de Dieu, configuré pour la première fois, au Sinaï, est aujourd’hui élargi au point de ne plus connaître aucune frontière de race, de culture, d’espace ou de temps. Contrairement à ce qui s’était produit avec la tour de Babel (cf. Gn 11, 1-9), lorsque les hommes, désireux de construire de leurs mains un chemin vers le ciel, avaient fini par détruire leur capacité même de se comprendre les uns les autres, à la Pentecôte, l’Esprit, à travers le don des langues, montre que sa présence unit et transforme la confusion en communion. L’accueil de l’Esprit Saint conduit à œuvrer au service de la communion entre les hommes.

Dans la deuxième lecture, nous voyons saint Paul rappeler aux chrétiens de Corinthe que les dons de l’Esprit Saint sont toujours conférés en vue du Bien de tous et doivent par cela contribuer à constituer l’unité de la communauté. Les dons de l’Esprit ne sont pas une fin en eux-mêmes, ils sont toujours au service de l’édification du corps. L’ultime finalité de toute mission chrétienne est de construire l’unité. L’humanité et le monde sont blessés par la division. En témoignent les multiples guerres. Cette division nous affecte intérieurement et touche aussi notre relation au monde, aux autres et à Dieu. L’œuvre recréatrice de l’Esprit Saint est précisément de rétablir la communion là où la division s’est installée depuis le péché des origines.
Le péché originel ne porte pas seulement avec lui la division. La confusion est une autre de ses conséquences, plus perverse car elle se déguise souvent sous la forme d’une pseudo-communion. C’est ce que nous avons vu avec l’épisode de la tour de Babel. Or l’Esprit Saint veut l’unité et la multiplicité. En lui, les deux vont de pair.

L’Esprit dans ses dons, prend de multiples formes. Il souffle où il veut, de manière inattendue, dans des lieux inattendus et sous des formes qu’on ne peut jamais imaginer à l’avance. Cependant, il opère tout cela non pas de façon arbitraire mais en vue de l’unité. C’est ici que la confusion est démasquée. Car l’unité qu’elle prétend réaliser, fruit de l’orgueil et de l’égoïsme des hommes, n’est qu’un totalitarisme. Elle ne conduit en réalité qu’à créer des divisions, dresser des murs d’indifférence, de haine et de violence.

Au contraire, les fruits de la vie de l’Esprit en nous sont la paix et la charité qui pour servir la communion se manifeste sous le mode de la miséricorde. C’est la péricope évangélique de ce jour qui nous rappelle cela. Le soir du premier jour de la semaine après la mort de Jésus, alors que les disciples se sont enfermés par peur des Juifs, Jésus vient au milieu d’eux, souffle sur eux son Esprit de paix et les envoie comme apôtres de sa miséricorde : « Jésus leur dit de nouveau : ‘La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie.’ Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : ‘Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »

« Aujourd’hui, Seigneur, par le mystère de la Pentecôte, tu sanctifies ton Eglise chez tous les peuples et dans toutes les nations ; répands les dons du Saint-Esprit sur l’immensité du monde, et continue dans les cœurs des croyants l’œuvre d’amour que tu as entreprises au début de la prédication évangélique pour que dans la force de l’Esprit ils puissent œuvrer à rassembler tes enfants dispersés. »


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :