Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations » Homélies » Croire en Jésus, pain livré et partagé pour le salut du monde.

Croire en Jésus, pain livré et partagé pour le salut du monde.

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


Par la foi, le miracle de l’Eucharistie se répète indéfiniment.
HomélieDepuis dimanche passé (XVII° T.O), nous avons commencé un voyage qui durera 5 étapes en méditant le chapitre 6 de Saint Jean sur le mystère de l’Eucharistie. Il s’est ouvert sur le signe de la multiplication des pains et du poisson, distribués à la foule. Aujourd’hui, nous commençons la deuxième étape avec l’enseignement sur le pain de la vie. Jésus, après le miracle plein de mystère qu’il a opéré, leur adresse ses enseignements, afin de nourrir de sa doctrine divine l’âme de ceux dont il a nourri miraculeusement le corps.
Nous avons compris (ou nous sommes appelés à comprendre) que le miracle peut se répéter indéfiniment si nous acceptons de partager afin que personne ne manque du nécessaire. Et pour cela, il faut la foi, celle qu’il avait fallu à cette foule qui voulait voir en Jésus celui qui est là seulement comme solution à nos problèmes quotidiens (ce qui est juste et bon!). Mais la question de fond est celle-ci: voulons-nous Jésus et son amour ou bien nous sommes intéressés par sa puissance (magique)? Ici réside la différence entre « avoir la foi » et « la tentative de posséder, prendre en otage Jésus » pour qu’il soit à notre service.

Foi et Eucharistie.
Mettons-nous donc en chemin pour comprendre un peu plus le mystère de l’Eucharistie. Le signe, c’est manger et boire, la réalité signifiée est l’assimilation au Christ, la communion avec Lui. Donc, il ne nous suffit pas de faire la queue pour recevoir la communion, il faut nous demander si nous sommes en syntonie de vision avec le Christ. Ceci advient par le biais de la foi et l’amour fraternel, cet amour qui relève l’autre dans les difficultés de la vie, cet amour qui partage avec l’autre ce que nous avions prévu pour nous (la nourriture, notre temps précieux, un peu d’attention à l’autre) afin que les difficultés ne réduisent personne à l’état de l’esclavage.

Donne-nous Seigneur de ce pain
Nous avons entendu que la foule a voulu forcer Jésus pour qu’il soit leur roi afin de s’assurer le pain quotidien. Jésus aura de la peine à dissiper cette illusion pour leur annoncer le don du pain pour la vie éternelle. Jésus procède par une catéchèse faite en trois étapes (de la croissance spirituelle) que doit faire cette foule qui l’écoute.

1. Comprendre qu’il y a un autre pain, celui de la vie éternelle que seul Jésus peut donner puisqu’il tient cette mission de Dieu le Père. La même antithèse avait été utilisée au chap.4 lors de la rencontre avec la Samaritaine: à l’eau qui n’étanche que la soif corporelle, il avait opposé celle qui jaillit de la vie éternelle. Pour cela, il faut travailler (darsi da fare) : faire un effort, participer aux rassemblements de la communauté, s’engager au service des autres, une pratique assidue de la vie sacramentelle, etc. Ne pas travailler pour la nourriture qui périt ne nous pousse point à la paresse. Rappelons les paroles de Saint Paul: « Que celui qui dérobait ne dérobe plus, mais qu’il s’occupe en travaillant des mains à quelque ouvrage bon et utile, pour avoir de quoi donner à ceux qui sont dans l’indigence » (Ep 4, 28). Et lui-même lorsqu’il vint à Corinthe, demeurait chez Aquila et Priscille et travaillait de ses mains (Ac 18). Ces paroles: «Ne travaillez pas pour avoir la nourriture qui périt», n’autorisent en aucune façon la paresse et l’oisiveté, mais nous font un devoir de travailler et de partager le fruit de notre travail avec les nécessiteux. La disponibilité du petit garçon de dimanche passé en est un exemple éloquent.

2. Cette foule sait déjà que « l’homme ne vit pas seulement de pain, mais aussi de la Parole qui sort de la bouche de Dieu » (Dt 8,3). Je ne sais pas si nous en sommes convaincus, mais au moins une chose est sûre: on pourrait avoir faim, mais si quelqu’un t’insulte pendant qu’il te donne à manger, beaucoup préféreront ne pas manger plutôt que de perdre leur dignité (ntā ndyá ya nzurumwânānje, ntā ndyá y’úmugayo…; umūntu yōsōnza akîgumya…). C’est pourquoi cette foule qui connait déjà la Loi demande quels sont les points précis qu’il faut accomplir pour avoir ce pain de la vie. Jésus donne une réponse inattendue: il ne suffit pas d’accomplir des gestes précis, mais surtout croire en sa personne. ATTITUDE DE VIE. Tous les préceptes sont résumés dans le « croire en Jésus ». Il est l’envoyé de Dieu au milieu des hommes.

3. La foule veut aller loin: elle demande des signes pour y croire, comme un temps, Moïse fit descendre du ciel du pain pour nourrir le peuple, comme nous l’avons entendu dans le première lecture. Jésus alors doit préciser que l’oeuvre ou le prodige n’était pas attribuable à Moïse, mais à Dieu le Père. Il ajoute que ce pain n’était qu’une préparation au vrai pain qui ne sera pas seulement donné à Israel, mais à tous les hommes, La foule semble avoir compris qu’il y a un autre type de pain. Elle attend probablement un autre précepte, ou un autre miracle qui produira ce pain, différend du pain matériel qu’ils avaient mangé précédemment. Elle passe sous silence le miracle des pains. Elle ne demande pas non plus comment il est arrivé là (il a marché sur les eaux, il n’a pas traversé avec ses disciples!).

Malheureusement, Jésus est alors obligé de leur faire accomplir un autre pas en révélant une autre vérité inimaginable: le pain qui vient du ciel et donne la vie éternelle, c’est exactement Jésus lui-même qui est venu nourrir et désaltérer ceux qui croient en lui.
Dans l’attente de voir la réaction de la foule, dimanche prochain, quelle est la tienne, toi qui vas t’approcher de la table de la communion lors de la messe de ce dix-huitième dimanche du temps ordinaire?

Prions: Dieu notre Père, tu n’es pas la réponse à nos besoins selon la mesure de nos attentes souvent mesquines et calculatrices. L’apôtre nous appelle à nous défaire su vieil homme qui est en nous, ce vieil homme assoiffé de prodiges, du merveilleux, des solutions à bon marché. Il nous invite à revêtir l’homme nouveau créé saint et juste par ton Esprit à l’image de Jésus-Christ. Avive et purifie notre désir, ouvre nos attentes à ta lumière. Ainsi soit-il.


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :