Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Actu-Analyse » Le temps de l’Avent: « Soyez vigilants, priez et relevez la tête car votre Rédemption approche »

Le temps de l’Avent: « Soyez vigilants, priez et relevez la tête car votre Rédemption approche »

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


Abbé Lambert RIYAZIMANADans l’Evangile selon Saint Luc, l’épisode que nous lisons en ce premier dimanche de l’Avent suit immédiatement la description du siège de Jérusalem (versets 20-24). Conformément à l’apocalyptique juive, la chute de la ville est présentée sur l’horizon d’un bouleversement de la création tout entière, signifiant la fin de l’ancien monde, et l’avènement du royaume messianique.Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que saint Luc n’annonce donc pas la fin du monde ; mais le passage de l’ancienne humanité à l’Homme nouveau, l’Homme filial, désigné comme le « Fils de l’homme », celui qui apparaît sur la nuée (Dn 7, 13-14) en Juge des nations, au moment même de la chute du temple. La venue de ce Fils dans la nuée, plus éblouissant que les astres dans le ciel,n’est pas l’événement dernier, l’instant ultime qui mettrait un terme à l’histoire : on le voit venir, il est en mouvement, il se rapproche ; sa venue n’est donc pas instantanée, mais s’étale dans le temps. De plus, s’il est voilé dans une nuée, il n’est donc pas constatable comme les évidences de la réalité ordinaire. Pour pouvoir le discerner en train de venir « avec grande puissance et grande gloire », il faut un autre regard : le regard de la foi.

Comment comprendre ces récits qui pourraient nous inspirer la peur ? Tout d’abord, l’évangéliste Luc parle de «commencement » : ce n’est donc pas la fin du monde qui est au centre du récit, mais la venue du Fils de l’homme ; celle-ci s’opérant en rupture avec l’ancien monde. Luc a rédigé ces versets en pensant que le cosmos entier serait comme ébranlé par le plus grand des événements qui puisse se produire et qui a changé la destinée de l’humanité : l’Incarnation, la mort et la Résurrection du Fils de Dieu ! Oui, « les puissances des cieux seront ébranlées », et ailleurs, précisément au baptême de Jésus, on dit que les cieux se sont déchirés pour que nous entendions la voix du Père, pour que nous voyions le Père en son Fils Jésus. Oui, jamais il ne s’est produit quelque chose de semblable. Luc imaginait-il que« l’événement Jésus-Christ » influencerait le monde entier, au point d’être le point zéro à partir duquel nous calculons le temps ?

 Ensuite, la description impressionnante qui nous est proposée nous invite donc à voir dans la chute de Jérusalem le signe de la proximité du Royaume. Proximité à ne pas situer seulement dans le temps puisque le Royaume est déjà là, et pourtant en devenir, secrètement présent dans chaque événement de notre vie quotidienne. Depuis la Pentecôte en effet, le salut offert en Jésus ressuscité brûle au cœur du monde comme un Feu divin prêt à tout transformer. Par conséquent, cette mise en scène apocalyptique ne nous introduit pas au récit de l’écrasement de l’humanité par un Dieu furieux, comme une lecture superficielle pourrait le faire craindre, puisque Jésus nous invite à «relever la tête ». Nous pourrions dire que la venue du Fils de l’homme opère comme une attraction puissante vers le haut : elle s’accompagne d’une invitation à nous tenir debout, à relever la tête, mouvement qui contraste singulièrement avec l’effondrement des éléments appartenant à cette terre, sous l’effet de la terreur.

La description de la venue du Fils de l’Homme débouche logiquement dans la seconde partie de l’Évangile de ce jour, sur l’invitation à adopter l’attitude qui correspond au temps dans lesquels nous sommes désormais entrés : «Tenez-vous sur vos gardes ». La vigilance est une attitude essentielle au christianisme. Dieu vient sans cesse au cœur de nos histoires, mais pour le découvrir dans la trame des événements, il faut demeurer vigilant ; il faut veiller pour ne pas céder aux « distractions » qui ne conduisent qu’à alourdir notre cœur, à l’opacifier, à le river toujours plus à cette terre, le rendant de moins en moins capable de discerner celui qui vient « faire toutes choses nouvelles ».

La vigilance de tout instant est le visage que prend la foi lorsqu’elle acquiert l a lucidité des mains vides. Elle est l’attitude fondamentale de la période de l’Avent dans laquelle nous entrons en et par ce premier dimanche de l’Avent(qui est commencement d’une année liturgique). Jésus lui-même nous a donné l’exemple : il a vécu toute sa vie sous le signe de la vigilance à laquelle il nous invite à notre tour. Il est le Vigilant par excellence ; en lui, la vigilance de la foi dévoile sa véritable identité : elle est accueil de l’éternel aujourd’hui de Dieu au cœur de l’histoire mouvante des hommes.

La volonté de son Père, dont il faisait sa nourriture, ne lui était pas dictée : Notre Seigneur devait la découvrir ; et il n’hésitait pas à passer des nuits entières en prière pour la discerner.Comment dès lors pourrions-nous faire l’économie de ces temps de recueillement,d’écoute dans le secret du cœur, de relecture de notre vie sous le regard de Dieu ? Depuis que le Seigneur est venu marcher sur nos routes, tout événement est appelé à devenir, dans la lumière de la foi, le lieu d’une épiphanie de Dieu ; du Dieu qui agit au cœur de l’histoire des hommes et de chaque homme en particulier. Tout dans nos vies est porteur de sens, tout est parole à décrypter, appel à accueillir, en vue d’y répondre : « Le salut est maintenant plus prêt de nous qu’au moment où nous sommes venus à la foi » ; à tout instant il est donc « l’heure de nous réveiller de notre sommeil ».

Dans cette perspective d’une eschatologie inscrite au cœur de l’histoire, l’Eucharistie est centrale. Elle est le lieu par excellence où s’opère la rencontre entre l’événement ultime et le temps présent. La Messe anticipe l’avenir, en l’accueillant dans le présent. Elle signifie que le Règne est déjà là, mais que nous cheminons vers lui dans le clair-obscur de la foi. Il ne s’agit plus d’un événement futur, puisqu’il est advenu dans la résurrection du Christ ; c’est par la vigilance du cœur que nous sommes invités à le découvrir dans l’épaisseur de chaque instant, comme promesse de la transfiguration à venir. C’est précisément ce que le Seigneur réalise pour nous dans chacune de nos célébrations : « Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna.Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Alors ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures ? »» (Lc 24, 30-32)

« Seigneur, Père très saint, renouvelle en ce temps de l’Avent, notre vigilance : que nous puissions trouver la présence lumineuse du Christ dans l’obscurité de nos vies quotidienne, afin de courir au devant de lui, puisqu’il vient dans la gloire. Amen. »


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :