Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations » Homélies » Dimanche XXXII, Temps Ordinaire: « Allons à la rencontre de l’époux qui vient ».

Dimanche XXXII, Temps Ordinaire: « Allons à la rencontre de l’époux qui vient ».

AU FIL DU TEMPS (Articles publiés)


Nous nous acheminons peu à peu au terme de l’année liturgique et la parole de Dieu nous invite à fixer notre regard sur le Seigneur qui vient à notre rencontre comme l’époux de la parabole, à fixer notre regard sur le Seigneur qui vient et qui se donne comme la sagesse. Nous croyons souvent que c’est nous qui cherchons Dieu. Mais à travers la Sagesse, c’est Dieu qui vient à notre rencontre. Il est venu en personne par Jésus- Christ qui a partagé notre condition humaine, excepté le péché dont il a connu seulement la mort comme conséquence.

L’auteur de ce beau passage de la première lecture nous porte dans le contexte du premier siècle, à Alexandrie, capitale culturelle du monde grec de ce temps. Bien des maitres de philosophie se présentaient pour donner aux hommes la connaissance de la vérité et de la sagesse de vie. Obtenir cette sagesse exigeait de longues études et méditations pas toujours couronnées de succès (ukurima ntíkubuzá ukurímaríma !). Notre auteur présente donc en regard la Sagesse qui vient de Dieu comme une amie qui prévient les désirs des hommes, en allant au-devant d’eux et en les accompagnant dans leurs recherches. Elle se laisse trouver aisément par ceux qui la cherchent avec loyauté, seule condition pour être digne d’elle. Nous savons désormais que cette vérité et cette sagesse de vie est une personne divine, le Christ Jésus, ami des hommes qui cherchent la vérité d’un cœur loyal.

Comme disposition d’esprit et du cœur, cette sagesse est comme l’huile qui ne se prête pas. Elle est la disposition profonde de chacun face à l’avenir, son désir plus ou moins vif de rencontrer le Seigneur. C’est la propension à vouloir toujours réaliser la volonté de Dieu, par la foi et l’amour concret pour Jésus et pour le prochain. Cette huile ne peut alors pas se prêter puisque personne ne peut se présenter à Dieu avec la vie et les œuvres d’une autre personne. Ainsi, la précaution prise par les jeunes filles avisées signifie que toute leur vie, même lorsqu’elles dorment ou s’endorment, est orientée vers l’arrivée de l’époux. C’est pourquoi la phrase finale qui demande de veiller s’adapte mal à la parabole puisque toutes les jeunes filles se sont endormies. Il s’agit donc d’être prêt à rencontrer le Seigneur à tout moment, même dans la nuit qui symbolise souvent dans la Bible l’opacité d’un monde livré au péché, même si le Christ parait tarder à venir, ce qui évoque pour Matthieu la tentation de désespérer du Seigneur au moments des crises. Et ces dernières ne manquent pas dans la vie ! N’oublions même pas que Jésus raconte ceci alors que le temps est dramatique : on a déjà décidé de le tuer. Sa mort est proche (Mt 23, 34-37).

Mais ce n’est pas qu’il y a des problèmes que nous perdons de vue que la parabole parle de jeunesse, de bonté, d’élégance : les jeunes filles sont invitées aux noces. Voyez vous-mêmes ce que à quoi cela ressemble dans la vie d’aujourd’hui. Ce sommeil des invités est donc la vie quotidienne des croyants qui se déroule au milieu des occupations ordinaires, lesquelles, quelques fois, font oublier celui ou ce qu’on attend. Mais ne perdons pas de vue cette image de fiançailles, de mariage, d’amour, de beauté.

Quelqu’un pourrait penser que vivre cette attente signifie toujours penser à la mort jusqu’à rester paralysé. Au contraire ! Le symbolisme de la lampe allumée signifie le fait de penser toujours à la vie et la remplir des contenus, en agissant en conformité avec la volonté de Dieu. Cela fait penser aux saints comme Saint François d’Assise qui, à l’imminence de sa mort disait : « frères, commençons à faire le bien, puisque jusqu’à maintenant, nous avons fait peu ». C’est même cela que nous avons entendu dans la deuxième lecture qui nous invite à ne pas perdre cœur en pensant à la mort, puisqu’elle nous permet de rejoindre le Christ.

Dans le récit de Jésus « toutes » ces jeunes filles se sont endormies : les sages et les folles. Toutes ont failli à l’attente. Comme Tu nous connais bien, Seigneur ! Tu ne t’étonnes pas de nos faiblesses ! Mais qu’est-ce que tu attends de nous ? Que nous ayons seulement notre lampe allumée : une lampe qui continue à veiller pendant que nous dormons. C’est déjà l’intention délicate de l’épouse du cantique des cantiques dans le 6ème chant : « je dors, mais mon cœur veille » (jēwé nári nsînziriye, aríko umutíma wānje urí mâso, nūmva umukûnzi wānje adôdōra…)  (Ct5,2).

Jusqu’à quand notre lampe sera-t-elle (restera-t-elle) allumée ? Voici alors l’enjeu de la parabole. D’emblée, nous avons des jeunes filles dites sages alors que notre jugement risque de les voir comme égoïstes. Le Seigneur voudrait peut-être nous donner une autre leçon : ce n’est pas nous qui choisissons l’heure !

Comme les autres, les vierges folles se sont réveillés au cri de l’arrivée de l’époux. Comme les autres, elles ont fini par rallumer leurs lampes, mais trop tard ! Comme les autres, elles sont arrivées à la porte de la salle des noces, mais trop tard ! Elles ont pensé qu’il suffisait d’avoir de l’huile dans la lampe, qu’il suffisait de se présenter à la porte de la salle des noces…. Mais cela n’était pas suffisant puisqu’il ne leur appartenait pas de fixer l’exhaustivité des critères d’éligibilité.

Dieu Père, celui qui cherche ta Sagesse dès le matin la trouve assise à sa porte. Mets-nous en routes tous les jours, car tu viens à notre rencontre. Fais-nous ressembler aux jeunes filles prévoyantes en ravivant en nous la flamme de l’espérance, dans notre attente. Tiens-nous en éveil, Seigneur, et reçois-nous dans la salle des noces, avec Jésus, ton Fils, l’Époux que nous attendons. Amen.


Voulez-vous soumettre un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Quelques données (Diocèse Ngozi)

Ici, données sur le Diocèse de Ngozi

Eglise Cathédrale de Ngozi

%d blogueurs aiment cette page :