Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Actu-Analyse

Archives de Catégorie: Actu-Analyse

XV° Dimanche du Temps Ordinaire: « La foi est comme la vie qui se sème, germe, grandit et fructifie,… non sans obstacle. Patience et espérance. »

cropped-img_20170723_114654.jpg

Chers amis,
Pendant ces trois dimanches qui suivront, nous méditerons sept paraboles que Matthieu a groupées dans le troisième grand discours de Jésus. En cette occasion, Jésus se trouve dans un tournant déterminant de son ministère : il se heurte aux difficultés comme nous avons eu l’occasion de le méditer ce dernier dimanche. Il se heurte à l’hostilité directe des chefs religieux qui veulent l’enfermer au sein des discussions de leurs écoles théologiques, ils veulent même le supprimer. En outre, les foules, après l’enthousiasme des débuts de la prédication de Jésus, sont déçues par ce messie qui refuse de passer à l’action politique pour libérer ce peuple du joug des Romains. Jean le Baptiste était de ceux qui attendaient une telle libération : « déjà la cognée se trouve à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu (…) il tient en main la pelle à vanner (…), quant aux bales, il les consumera dans un feu qui ne s’éteint pas » (Mt 3,10…12). Voilà qui on attend. Mais que se passe-t-il ? Ecoutons la parole.

La 1ère lecture rappelle aux rescapés de l’exil qui s’apprêtent à repeupler Jérusalem qu’une seule voie conduit au bonheur : l’accueil de la Parole de Dieu, qui ne déçoit jamais. Elle est féconde et efficace comme les précipitations qui abreuvent la terre. Dans la parabole du semeur, la Parole de Dieu est comparée aux grains qui tombent sur différentes sortes de terrain. L’évangile de Matthieu insiste sur les grains perdus, picorés par les oiseaux, brûlés par le soleil ou étouffés par les épines. Ces images visent les difficultés d’une vraie conversion et les obstacles que rencontre l’annonce de la Bonne Nouvelle. Mais la puissance de Dieu se manifeste dans les grains tombés sur la bonne terre, qui rachètent superbement les partes subies par ailleurs. Certes, la Parole de Dieu est toute puissante mais elle ne s’impose pas, elle demande à être accueillie librement et pour que sa semence grandisse en nous, elle doit trouver un cœur bien disposé. En effet, la foi est une vie qui se sème un jour, germe, grandit et fructifie, non sans difficultés et obstacles qui pèsent sur notre liberté d’y adhérer.

Le semeur

« Le semeur est sorti pour semer », nous dit la parabole. Jésus est « sorti de la maison » pour enseigner les foules et ses disciples. Nous pouvons lire dans ce mouvement de sortie toute la dynamique de l’Incarnation. Tout comme la semence a jailli des mains du semeur pour être jetée en terre, le Verbe, Parole vivante, a lui aussi, de la même manière, été envoyé par le Père pour se faire chair et venir féconder la terre de notre humanité.
En lui, le Royaume de Dieu s’est fait proche de tout homme. Car de même que la semence a été envoyée par le semeur sur tout type de terre, qu’elle soit rocailleuse, chargée d’épines ou bien labourée, de même le Père a envoyé son Fils frapper à la porte du cœur de tout homme que ce cœur soit épineux, dur comme la pierre ou prêt à s’ouvrir, ou peut-être un peu des trois. En tous cas, des obstacles qui pourraient décourager ne manquent pas.

C’est cela qui a caractérisé le peuple de Dieu, déçu de ne pas voir s’accomplir les promesses annoncées par les prophètes. Les déconvenues (suite…)

Umushaha Mweranda wa Yezu: « Ni muze mwebwe mwese murushe, nzobaruhurira »

divine-misericordeBavukanyi,
Uyu musi turiko duhimbaza umusi mukuru cane w’Umushaha Mweranda wa Yezu, ukaba n’umusi mpuzamakundu w’ugusabira ubweranda abasaserdoti basanzwe badushikiriza ivyiza vy’Imana, mu nyigisho, ariko cane cane muri ya masakramentu adudubiza ava mu mushaha wasogoswe wa Yezu, umwe wavamwo amazi n’amaraso bitumenyesha ubuzima bw’Imana iduha ataco yisigarije. Mu bisanzwe, uyu musi uhimbazwa ku musi wa gatanu ukurikira uw’Imana kuva duhimbaje Isakramentu Ryeranda. Hano iwacu i Burundi, Abepiskopi bashimye ko tuwuhimbaza ku musi w’Imana kugira abakristu baronke akaryo keza ko kuwuhimbaza batabangikanije.

Uyu musi rero ni uwacu, aho Umukama atwereka urukundo adufitiye nk’uko twagiye turavyumva mu bisomwa vyeranda vy’uyu musi. Twumvise ingene ijambo ry’urukundo ryagiye riragaruka. No mu Nkuru Nziza, ni ryo Yezu yagarutseko mu yandi majambo, atwereka umwitwarariko adufitiye, ati : ni muze mwebwe mwese murushe kandi muremerewe, nzobaruhurira, muheze muronke akoyoko k’imitima yanyu. None ubwo iryo jambo riratwerekeye? Ni twaba tubona tutarushe cane, ubwo abarushe canke baruhijwe bari aho mbaye canke aho nkorera, (suite…)

Inzira z’ámahóro: « va hāsí, umanúkane inzira…. »

Suivre JésusMw’Ijambo ry’Imana ry’uyu musi twumvamwo ibi mu gisomwa ca mbere:
« (….) Umumarayika w’Umukama yabonekeye Filipo amubwira ati: «Va hasi, umanukane inzira iva i Yeruzalemu ija i Gaza, uzoyibona ica mu gahinga.» Filipo aragenda. Ashitseyo ngo agire atya, abona Umunyetiyopiya umwe, umukuru akorera umwamikazi wa Etiyopiya amurabira itunga ryiwe ryose: yari avuye gusenga i Yeruzalemu, yisubirira iwe, agendera ku kigwingwiri ciwe. Inzira yose yagenda arasoma ivyanditswe n’umuhanuzi Izaya. Muri ico gihe, Mutima Mweranda abwira Filipo ati: «Tera imbere, uhagarare imbere ya kirya kigwingwiri.»(…)
Muri iyi misi ya Pasika, turiko tuzirikana Ijambo ry’Imana riguma rigaruka ku vy’Inzira.
– Abigishwa b’i Emausi bari mu nzira, bava i Yeruzalemu bataha iwabo kuko uwo bari bizigiye yari yahejeje nabi;
– Aho Umudiyakoni Sitefano Mweranda agandaguriwe, abigishwa baciye bashwiragira, Umudiyakoni Filipo ejo twamubonye yigisha muri Samariya

(suite…)

%d blogueurs aiment cette page :