L'Église, fermentum des aréopages modernes.

Accueil » De la Communication » Lexique d’info & Communication

Category Archives: Lexique d’info & Communication

“Nimube abanyakigongwe nk’uko Sowanyu wo mw’ijuru ari umunyakigongwe” (Lc 6, 36)

AMAPFUNGO Y’ABASASERDOTI N’ABIHEBEYIMANA BABA I ROMA

Nimube abanyakigongwe nk’uko Sowanyu wo mw’ijuru ari umunyakigongwe” (Lc 6, 36)

Patiri Christian Nzinahora

Patiri Christian Nzinahora

Bavukanyi, Ikarema tumaze igihe tutanguye ni Ikarema idasanzwe kuko ije mu mwaka wahariwe ikigongwe c’Imana. Nk’uko dusanzwe tubizi ikarema ni igihe co guhindukira ku Mana. Duhamagariwe gusenga, kwisonzesha no kugira utwigoro mu ntumbero yo gucumvya impengamiro n’ingeso mbi zacu zitwigiza kure y’Imana kandi zikatubuza kugiriranira imigenderanire myiza n’abandi bavukanyi. Murumva rero ko ikarema ari igihe ciza kidufasha guhurumbira kuruta ikigongwe c’Imana kitwuhagira umwanda wose w’igicumuro, kikatugira abantu bashasha banywanye n’Imana kandi bakunda n’abagenzi. Nta muntu numwe ashobora kunywana na bagenziwe atabanje gukomeza ubunywanyi bwiwe n’Imana.

Nico gituma rero nashimye ko twozirikanira hamwe ikigongwe Imana idahengeshanya kutwereka kugira ngo natwe dushobore kuba abanyakigongwe barajwe ishinga no gusasagaza hose amahoro n’akanyamuneza. Muri ino nyigisho, (suite…)

Info&Communication

Vous trouverez ici le sens de quelques termes du monde de l’information et de la communication. Certains mots  (généralement en gras) renverront aux autres puisqu’il est difficile d’expliquer certains concepts sans avoir recours à certains autres. Le fichier sera ajourné au fur et à mesure du temps, toujours en gardant l’ordre alphabétique des entrées.

– Cracker : mot anglais désignant un pirate ou un saboteur informateur sur internet ? à la différence d’un hacker, l’activité du cracker est volontairement illégale. Elle prend de multiples formes : pénétration de réseaux sécurisés, vol de données confidentielles, création et inoculation volontaires des virus, destruction des données informatiques sur des serveurs, détournement des codes secrets à des fins d’enrichissement personnel.

Hacker : du verbe to hack qui signifie hacher, mettre en pièce, il s’agit d’un expert en informatique qui comme spécialité de passer outre les protections d’un serveur, de manipuler les fichiers, d’intervenir dans la programmation dans le seul but révéler les failles d’un système. Bidouilleur de génie, le hacker n’agit pas par malveillance. Militant, il cherche à dévoiler les faiblesses des logiciels commerciaux et prône l’utilisation des logiciels libres. Les principaux acteurs de l’industrie informatique utilisent parfois leurs services.

Hébergeur : tous les sites web et les pages personnels sont stockés sur un serveur qui est dit les « héberger. Les hébergeurs sont donc des sociétés qui louent sur leurs serveurs un espace de stockage pour les sites web et ne gèrent l’accessibilité sur internet. La plupart des fois, les hébergeurs prennent aussi en charge la réservation et l’acquisition des noms de domaines.

Internet : Réseaux mondial lui-même constitué de réseaux informatiques de dimension locale, régionale, nationale ou continentale reliés (interconnectés) les uns aux autres. Il est un mode de communication à l’échelle planétaire accessible à tous, (particuliers, entreprises et institutions,…) avec un ordinateur ou autre terminal couplé à un modem, et par le biais d’un abonnement à un fournisseur d’accès. L’internet permet entre autres d’échanger des courriers électroniques, des fichiers, la consultation des banques d’information de toute nature ainsi que le commerce électronique.

Nom de domaine : Tout réseau est organisé de manière hiérarchique en région ou en sous-région appelés domaine ou sous-domaine.

L’adresse est donc composée d’une hiérarchie de domaine, chaque nom de domaine étant séparé par un point. En caractères alphanumériques, le nom de domaine comporte un préfixe www puis un radical qui correspond au nom d’une institution, d’une société, d’une marque, d’une association, d’un particulier, puis se termine par un suffixe (Top Level Domain/TLD) qui correspond soit à un pays (.fr pour la France ; .it pour l’Italie ; .bi pour le Burundi ; .eu pour l’Union Européenne,…) soit aux abréviations américaines (.com pour commercial, .org pour organisation, .edu pour éducationnal ; .net pour les organismes impliqués dans le réseau, .gov pour les gouvernements, .mil pour les militaires).

Virus : Logiciel conçu et écrit pour se propager, à l’insu de l’internaute, à l’occasion de n’importe quel transfert de fichiers à partis des mémoires externes (disques, USB,…), d’un quelconque téléchargement , ou avec les pièces jointes aux courriers électroniques. Outre sa capacité de propagation, l’action de ce logiciel est plus ou moins nuisible ou néfaste, depuis l’affichage non désiré d’un message jusqu’à la destruction complète des données contenues dans l’ordinateur.

– Web : abbréviation de Web Wide World qui signifie littéralement « toile d’araignée mondiale » et correspondant à l’ensemble des services multimédias accessibles par internet. Le système hypertexte inventé en 1989 au Centre d’Etudes et de recherches Nucléaires (CERN), le Belge Robert Cailliau et le Britannique Tim Berners-Lee est à la base du web.

Le Web 2.0 est l’évolution qualitative d’internet liée notamment à l’augmentation des débits et à la multiplication des services en ligne, tout accompagné d’une évolution des usages du web.

Un peu d’historique : Internet est né aux USA comme réseau de défense dans les années 1970, puis comme réseau dédié à la recherche et à l’enseignement dans les années 1980, pour devenir dans les années 1990 un réseau commercial. C’est grâce à la naissance du web au début des années 1990 et la création du logiciel de navigation Mosaïc (en 1993par Marc Andressen) qui a permis peu à peu l’accès d’internet au grand public. A partir de 1994, la gestion décentralisée d’internet est due à des acteurs publics et privés qui y participent à travers diverses instances dont la plus importantes est l’Internet Society (ISOC).

Wi-Fi (Wireless Fidelity) : Nom commercial donné à une norme d’architecture de réseaux locaux sans fil utilisant le protocole Ethernet avec un débit théorique de 11 Mbits/seconde. Cette technologie permet de combiner la mobilité et le service hauts débits.

%d blogueurs aiment cette page :