L'Église, fermentum des aréopages modernes.

Accueil » Divers » Divertissements

Category Archives: Divertissements

Passons notre temps en réflechissant un peu!

C’est l’histoire de quatre individus : Chacun, Quelqu’un, Quiconque et Personne.

Un travail important devait être fait, et on avait demandé à Chacun de s’en occuper. Chacun était assuré que Quelqu’un allait le faire. Quiconque aurait pu s’en occuper, mais Personne ne l’a fait. Quelqu’un s’est emporté parce qu’il considérait que ce travail était la responsabilité de Chacun. Chacun croyait que Quiconque pouvait le faire, mais Personne ne s’était rendu compte que Chacun ne le ferait pas. À la fin, Chacun blâmait Quelqu’un du fait que Personne n’avait fait ce que Quiconque aurait dû faire…

That’s not my Job

This is a story about four people named Everybody, Somebody, Anybody and Nobody.

There was an important job to be done and Everybody was sure that Somebody would do it.  Anybody could have done it, but Nobody did it.  Somebody got angry about that, because it was Everybody’s job.  Everybody thought Anybody could do it, but Nobody realized that Everybody wouldn’t do it.  It ended up that Everybody blamed Somebody when Nobody did what Anybody could have.

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Il était une fois un vieil homme assis à l’entrée d’une ville du Moyen-Orient. Un jeune homme s’approcha et lui dit :
– Je ne suis jamais venu ici, comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?
Le vieil homme lui répondit par une question :
– Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?
– Egoïstes et méchants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’étais bien content de partir, dit le jeune homme.
Le vieillard répondit :
– Tu trouveras les mêmes gens ici.

Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approcha et lui posa exactement la même question.
– Je viens d’arriver dans la région, comment sont les gens qui vivent dans cette ville?
Le vieil homme répondit de même :
– Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?
– Ils étaient bons et accueillants, honnêtes, j’y avais de bons amis , j’ai eu beaucoup de mal à la quitter, répondit le jeune homme.
– Tu trouveras les mêmes ici, répondit le vieil homme.

Un marchand qui faisait boire ses chameaux non loin de là avait entendu les deux conversations. Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche :
– Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ?
– Celui qui ouvre son cœur change aussi son regard sur les autres , Chacun porte son univers dans son cœur répondit le vieillard.

Est-on vraiment limité pour faire du bien? Peut-être, non!!

Quelquefois, nous pouvons nous décourager en disant que nous sommes limités et que nous ne pouvons pas faire quelque chose de bon. Nous disons que nous n’avons pas de moyens financiers, nous sommes loin, nous n’avons pas de forces, nous ne pouvons pas être écoutés, et beaucoup d’autres motifs encore. Lisez cette petite histoire.

"Va planter les pommes de terre"

« Papa, va planter les pommes de terre! »

Un vieil homme vit seul dans une ville américaine .
Son seul fils était en prison . Le vieil homme a écrit une lettre à son fils

« Cher fils ,
Je me sens assez mal , car il semble que je ne serai pas capable de semer des pommes de terre cette année . Je suis juste trop vieux pour labourer le terrain. Si tus étais ici, tous mes problèmes seraient résolus . Je sais que tu labourerais le terrain pour moi si tu n’étais pas en prison .
Ton amour, ton papa. »

Peu de temps , le vieil homme a reçu ce télégramme :
«Pour l’amour du ciel , papa , ne creuse pas le jardin ! C’est là que j’ai enterré les ARMES À FEU! !

À 4 heures du  lendemain matin , une douzaine d’ agents du FBI et des policiers locaux ont débarqué chez le vieux et ont déterré tout le jardin sans trouver de canons: ils ne laissèrent aucune petite portion de terre qui ne fut creusée.

Confus , le vieil homme a écrit une autre note à son fils en lui disant ce qui s’était passé , et lui demanda ce qu’il faut faire ensuite .
La réponse de son fils était : « Allez-y et plantez vos pommes de terre , papa . C’est le mieux que je pouvais faire pour vous depuis la prison . « 

Que pouvons-nous en apprendre?
Peu importe où que vous soyez dans le monde , sachez que vous avez le pouvoir de tout changer.
Sachez que vous avez une solution à tout , même en étant à l’autre bout de la rive. Seulement, il faut savoir ouvrir les yeux.

En effet, « le fils savait que tout ses gestes depuis la prison étaient contrôlés par la police et il savait que quand il parlerait d’armes, la police interviendrait ». Comme ça, les agents de la police ont préparé du terrain pour le pauvre papa, croyant chercher des armes qui n’y étaient pas.

Si je nohahera!!!

(d’après Voice of Congo)

Un élève vraiment gênant!!!

Prof&élèveUn prof Burundais mange tout
seul à la cantine lorsque Toto le
petit fan s’assoit à sa table.
Le prof lui dit :
– Toto un oiseau et un cochon ne
peuvent pas rester côte à côte !
Toto réplique :
– D’accord Monsieur. Moi je m’envole.
Et il s’en va. Le prof est fâché.

Ayant la rancune tenace, il guette
Toto pour lui coller un « 0/20 » au
devoir. Le jour du devoir,
Toto répond parfaitement
à toutes les questions.
Pour lui soutirer quelques points,
le prof lui demande :
– Imagine que tu es entrain de
marcher sur un chemin.
Tu trouves 2 sacs, l’un plein d’argent
et l’autre plein d’intelligence,
lequel prendrais-tu ?
Toto répond : – Le sac plein d’argent.
Le prof répond : – A ta place,
j’aurai pris le sac plein d’intelligence.
Toto répond : – Eh Ben Monsieur,
chacun prend ce qu’il n’a pas.

Le prof est énervé, il prend la
feuille de devoir de Toto et écrit «connard ».
Toto prend sa feuille
et 2 minutes plus tard, il revient
vers le prof et lui dit :
– Monsieur, vous avez juste mis
votre signature, mais vous n’avez
pas mis la note.

La colère du prof
est au top, il lui crie dessus :
– Toto dehors, une semaine de
congé !
En sortant, il regarde le prof et dit :
– Huuuuum!!! DIEU est Grand !
Le prof réplique :
– Oui, oui ! Satan aussi n’est pas petit.
Toto le récupère en même temps :
– Ce n’est pas grave Monsieur,
chacun défend son père…
Le prof s’évanouit…

…ariyahura ngo akurikarane film!

Umugabo n’umugore bahora bashwana, bagakizwa n’abana babo. Umusi umwe  umugabo afata « ingingo » igoye ariyahura! Umugore wiwe ati : « Akaramuka antanze mw’ijuru azombeshera ivyaha ntakoze .» Ni uko rero nawe ariyahura ngo azomuvuge ariho ari ntamwurengere iry’umunani! Abana babo nabo bati : « Noneho bazokwicana tutahari ngo tuban-ganguranye », nabo bariyahura bose! Umubanyi wabo yahora abikurikiranira hafi, yaramenye ivyo biyumvira  abnye biyahuye urukurikirane ati ngira ngo ni FILM ! Ati iyi film natanguye nkaba ntabonye final, noba mpomvye, nawe ariyahura ngo abandanye akurikirane  iyo film!

%d blogueurs aiment cette page :