Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations

Archives de Catégorie: Méditations

L’Avent : un temps favorable pour discerner afin d’accueillir Dieu dans notre histoire concrète.

Se préparer à la rencontrer le Seigneur au cœur de notre vie quotidienne.

Abbé Lambert RIYAZIMANAComme pour le 1er dimanche, non plus les lectures de ce deuxième dimanche de l’Avent ne focalisent notre attention sur la naissance de Jésus à laquelle nous devons nous préparer. On peut comprendre le pourquoi de cela quand on lit les collectes du missel romain : ‘‘Fais que notre engagement dans le monde ne soit pas pour nous obstacle dans le cheminement vers ton Fils’’ ou bien, dans la collecte alternative : ‘‘redresse tes sentiers dans nos cœurs et aplanis les montagnes de l’orgueil’’ (traduction libre du missel en Italien). Préparer Noël, c’est aussi ne pas fuir notre engagement dans la vie quotidienne, évidemment sans que cela puisse nous détourner de la vraie destination : la Communion avec le Christ, notre Sauveur. Ainsi, nous pourrons chanter à haute voix : « Gloire à Dieu, au plus haut des cieux, et pieds sur la terre, pour ceux qui s’efforcent d’accomplir sa volonté ».

Jésus, vrai homme, dans notre histoire événementielle réelle.

L’épisode de l’Evangile que nous lisons en ce deuxième dimanche nous porte chronologiquement au-delà de la naissance de Jésus. Nous nous trouvons au seuil du ministère public de Jésus, déjà adulte. Jean Baptiste parle de celui qui est prêt à se manifester aux foules et les exhorte à s’y préparer. Luc nous fournit beaucoup de références chronologiques, politiques, géographiques que nous pouvons retracer historiquement. Il nous parle des personnages de notoriété publique, mais aussi (suite…)

Christ-Roi de l’univers : sa royauté élève l’homme et le libère. Elle se vit et s’accueille dans la foi.

Le fait de dominer et de soumettre les hommes a été et reste une tâche difficile. Les tyrans le savent plus que quiconque, puisqu’ils passent tout leur temps à réfléchir sur les moyens de protéger leur pouvoir afin que personne ne puisse les en écarter. Il s’agit des préoccupations que Jésus n’a pas eues puisqu’il n’avait pas à conquérir un pouvoir quelconque. Il a tout reçu d’en haut, et pour l’éternité. Il n’a pas besoin de recevoir des honneurs, ni étouffer des rébellions puisque le meilleur témoignage de sa royauté est la dignité et la liberté de l’homme qu’il veut libérer du péché et le rendre à lui-même, dans une relation plus intime avec soi-même, avec Dieu et avec le prochain.

Dans le chapitre 7 du livre de Daniel que nous avons lu comme première lecture, (suite…)

Rassure-nous devant les épreuves, en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets et l’avènement d notre Seigneur Jésus-Christ.

Les signes de la fin des temps
HomélieDans la Bible, il y a des moments où le peuple d’Israël fait l’expérience de la souffrance et de la persécution à cause de sa foi en Dieu. Dans ces moments-là, ils espèrent voir la fin de leurs tourments quand Dieu punira ceux qui les font souffrir et qu’il récompensera ses fidèles serviteur pour leur endurance. Le jour de cette délivrance est appelé « le Jour du Seigneur ». Les prophètes ont toujours aidé le peuple à prendre conscience que ce jour ne sera pas un jour de pénitence seulement pour les ennemis d’Israël, mais qu’Israël sera également puni pour ses infidélités à l’alliance. (Voir Am5,18-20 ; Joël 2,1-2 ; So1,14-18 etc).

Avec le livre de Daniel, nous avons un nouveau genre littéraire qui fait son apparition dans la Bible, celui des apocalypses. Le livre de Daniel fut rédigé pendant la persécution d’Antiochus Epiphane, prince de Syrie, contre les Juifs, entre les années 167-165 av.J.C. Pour n’avoir pas voulu renier leur foi, beaucoup de juifs sont morts martyrs.  L’extrait que nous avons dans la première lecture annonce la fin prochaine de la désolation qu’un roi païen a fait régner dans le lieu saint. Avec un tel langage, (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :