Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations

Archives de Catégorie: Méditations

« Ni mube beranda nk’uko So wanyu wo mw’ijuru ari Mweranda »

HomélieBavukanyi, turabandanya kuzirikana inyigisho nshasha ya Yezu Kristu twatanguye haraheze imisi, kuva dutanguye kuzirikana ivyerekeye ingendo y’abamenye Kristu nk’uko tubishikirizwa na Matayo, guheranmu kigabane ca gatanu. Gutyo rero tuzoshobora kumenyera ingendo nshasha iranga abari muri bwa bwami bushasha bw’abamenye Kristu. Abari muri bwo, barahiriwe (Matayo 5,1-12), maze bakagengwa n’ibwirizwa shingiro rishasha: tubandanye tuzirikana ingingo zirigize. Ico twomenya, ntirije gukura ivya kera vyose, rije kubihinyanyura n’ukubitumbereza neza ari naco gituma twumva Yezu avuga ati: « mwarumvisd iryavuzwe ngo…. Jeho ndababwiye nti…. »
Uyu musi rero atubwiye ati: « ni mube beranda nk’uko So wanyu wo mw’ijuru ari mweranda ». Twavyumvise mu bisomwa vyose, iyo ngendo irafise intimatima yayo: kugira urukundo rutagira imbibe, urukundo rwitwararika bose, na cane cane abazingamitswe n’inabi, ngo nabo nyene baronke ubuzima.

Mu gisomwa ca mbere twabwiwe ngo « urakunda uwo musangiye igihugu », ariko twomenya ko urwo rukundo rwugururiwe n’abanyamahanga kuko mu nyuma bagira bati: « Umunyamahanga ni yaza iwawe, uramukunda nk’uko wikunda wewe nyene kuko na mwebwe nyene mwabaye abanyamahanga mu gihugu ca Misiri »(Bene Levi 19,33-34).
Ni rwo rukundo Pawulo Mweranda yatwibukije atubwira ko (suite…)

Le Christ présenté au Temple est la Vraie Lumière du monde. Les Saints Syméon et Anne sont le modèle d’accueil de Dieu et de témoignage que vivent les Consacrés.

Patiri LambertoMesse aux chandelles, procession de la Chandeleur, la liturgie nous donne aujourd’hui d’acclamer, d’accueillir et d’adorer le Christ-Lumière.
A vrai dire un peu comme le phénomène d’extra-territorialité pour une ambassade en terre étrangère, nous vivons une sorte d’extra-temporalité liturgique où, en plein temps ordinaire, nous voici, pour un jour, revenu au temps de Noël – tout comme plus tard les fêtes de la Trinité, du Saint-Sacrement et du Sacré-Cœur marqueront, le temps ordinaire étant revenu, la véritable clôture du temps pascal. Accomplissement du temps de Noël qu’exprime l’évangile de la Présentation au Temple, notre fête se présente aussi comme une reprise de l’Avent avec la lecture du prophète Malachie qui nous prépare à la venue du « messager de l’Alliance » et comme une méditation du mystère pascal dans l’épître aux Hébreux (« ayant souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa passion »), ce que signifie, à sa manière, la présence de cierges dans la liturgie de ce jour comme à la vigile pascale. Bref, c’est tout le mystère du salut et du temps que ressaisit notre fête. Explorons-en quelques richesses que décline le contenu de ses trois titres.

La « fête de la Sainte Rencontre »
Il s’agit bien, dans la maison de la Rencontre qu’est le Temple, d’une rencontre : celle de l’Ancienne Alliance avec la Nouvelle, de l’arbre avec son fruit, du Peuple avec son Dieu. L’expérience de la rencontre symbolise d’ailleurs bien celle de la vie spirituelle. La prière est une rencontre du Seigneur avec ce qu’elle comporte de désir, de présence mutuelle, d’étrangeté voire d’affrontement, d’émerveillement et de gratitude. La liturgie, elle-aussi, est une rencontre de l’assemblée avec son Dieu. La pensée et l’expérience de la foi enfin nous conduisent à la rencontre que sont le témoignage ou le dialogue avec l’autre, l’autre chrétien, l’autre croyant, l’autre encore plus autre. Ainsi, (suite…)

Muri Yezu Kristu, ijuru n’isi bisubira kwunga ubucuti, twese tugasubizwa iteka twari twambuwe n’igicumuro.

IMG_20190421_122955 Bavukanyi, uyu musi duhimbaje Ibatisimu y’Umukama, Umusi mukuru usozera igihe ca Noheli, ariko ugaca utubera intângo y’ukugenda kuba mu vyo twungutse muri uru rukurikirane rw’imisi mikuru ya Noheli.

Amahoro
Ingabirano rero ihambaye turonka mu misi mikuru ya Noheli, ni ya mahoro twaririmba tuvuga duti: « Gloria, Imana ininahazwe mw’ijuru, kw’isi naho haze amahoro, ku bantu Imana ikunda bakayikundira ». None iyo ngabirano twarayakiriye? Turemesha ayo mahoro gute mu ngo zacu, mu mibano yacu, ku kazi aho dukorera….? Abarundi bati: « Iyija kurisha ihera ku nama ». Ntihararengerana rero, umwe wese arabe ingingo yigiriye y’ukuremesha amahoro ; ataco ariyemeza naho, ntave ng’aha ataco yibwiye ngo abe umunyamahoro aho abaye, aho akorera,….

Baptême du SgrUyu musi rero, Yezu atugiye imbere, aramanutse muri Yordani, rwa rûzi ba Sêkúru bajabuka ngo bashobore gushika mu gihugu c’isezerano, igihugu c’amata n’ubuki, igihugu c’amahoro, bavuye mu buja mu Misiri, mu gihugu carangwa n’ukubahonyangira agateka, abāhó bacinyiza ab’Imana. None ubwo twesse turiteguriye kujabukana na Musa mushasha, (ashira amakanda yiwe mu makanda ya Yozuwe yajabukanye Yordani igihugu c’Imana) we Ndongozi y’ukwemera kwacu?

Twumvise ko Yezu yaje guhabwa ibatisimu hamwe n’abandi banyakabi bose: mbega nawe yari umunyakabi? Haba namba. Mbere twimvise ko (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :