Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations » Homélies

Archives de Catégorie: Homélies

Le Christ est l’image et la révélation du visage du Père. Regardons-le. Ecoutons-le. Suivons-le sur le chemin de Pâques.

suivrejesusLa liturgie a choisi d’enlever les premiers mots : « Environ huit jours après avoir prononcé ces paroles »… et pourtant, les trois évangélistes, Matthieu, Marc et Luc s’accordent pour lier l’épisode de la Transfiguration à la conversion que Jésus a eu avec ces disciples. Lors de cette conversation, Jésus, après avoir prié, les interrogea en deux temps : « Au dire des foules qui suis-je ? » (Lc 9, 18), puis « Et vous que dites-vous, pour vous qui suis-je ? » (Lc 9, 20). Pierre avait alors affirmé : « Le Christ, le Messie de Dieu » (Lc 9, 20). Alors Jésus leur avait annoncé sa Passion (Cf. Lc 9, 22) et les avait invités à prendre leur croix pour marcher à sa suite (Cf. Lc 23). C’est dans ce contexte précis que doit être lu le récit de la transfiguration. Transfiguration et Croix s’éclairent mutuellement et sont indissociables l’une de l’autre. Les trois disciples que Jésus prend avec lui : Pierre, Jean et Jacques sont ceux qu’il emmènera à l’écart lors de la prière à Gethsémani (Cf. Mt 26, 37 ou Mc 14, 33). Ceux qui auront vu son visage flamboyant de gloire le verront ruisselant de sueur et de sang (Cf. Lc 22, 44).

TransifigurationEn ce deuxième dimanche du Carême, nous continuons notre cheminement de la foi. Dimanche passé, nous avons médité l’évangile que beaucoup appelle  » évangile des tentations » mais j’ai préféré l’appeler « évangile de la profession de la foi ». En effet, le Carême est un cheminement de et dans la foi. Aujourd’hui, le Seigneur nous introduit dans une dimension de notre cheminement. Il nous appelle à devenir nous-mêmes, à ne pas craindre tout ce qui pourrait nous perturber. Dimanche passé, nos tentations de la foi, aujourd’hui, d’autres problèmes vitaux qui sont nos croix: la descendance, nos projets qui nous font peur (Jésus va affronter les moments de sa passion), les contrariétés de notre entourage (en Saint Marc, cette scène vient après des moments de disputes et Pierre aimerait rester dans cette gloire, oubliant les 9 autres qui sont restés dans la vallée -des controverses-).

Aujourd’hui, le Seigneur nous demande de ne pas craindre, (suite…)

Ukugeragezwa kwa Yezu, kutubere urupimo rw’ukwemera Imana nk’uko Yo nyene ishaka kutwihishurira.

A LambertIjambo ry’Imana dushikirizwa kuri uwu musi w’Imana wa mbere wo mu Karema, naho dukunda kuryitirira ukugeragezwa kwa Yezu, nkundire tubihindukize ukundi, tuvyerekeze ku kwemera kwacu, n’ingene tukugaragaza, cane cane iyo rugeranyeko. Nkako nyene, ibisomwa twasomewe, uko ari bitatu, biragaruka kuri ukwo kugaragaza ukwemera : ukwemera kwaranze/kwaranga bene Israyeli, ari nakwo kwemera Pawulo Mweranda agarukako mw’ikete yandikiye Abanyaroma. Yezu arashimangira imigenderanire afitaniye na Se mu kumwumviriza no mu kumuyoboka. Muri iyi misi 40, dusabe Umukama adukomereze ukwemera.

Imisi mirongo ine y’Ikarema.

Jeune-prière-AumôneGuhera ku musi wa 3 w’iminyota, twaratanguye rwa rugendo rw’imisi 40, rudushikana ku kwigina intsinzi ya Pasika. Nk’uko tubizi canke tuvyibuka, iyo misi 40 yibutsa igihe Abanyisraeli bamaze mu bugaragwa (imyaka 40), bagana igihugu Umukama Imana yari yabageneye. Baragendanye rero n’Imana, barabona ingene Imana ibitaho, naho vyaba vyabagoye nyene. Ikindi iyo misi 40 ivuga yisunze imyaka 40 y’urwo rugendo, ni uko abagize urwo rugendo bashitseyo bamaze kubona vyinshi/menshi, baragize experience idasanzwe y’ubuvyeyi bw’Imana. Nico gituma badakekereza mu gushikanira Imana mu vyo yabahaye.
Iyo misi 40 kandi, iranatwibutsa imisi 40 Umuhanuzi Eliya yamaze mu gahinga igihe (suite…)

« Le fruit de l’arbre fait connaitre le champ qui le porte : ainsi la parole manifeste les sentiments du cœur de l’homme ». (Siracide 27,6)

HomélieDu psaume 91 qui nous sert de réponse et de prière de par la parole de Dieu que nous avons écoutée, nous prenons pour appui l’idée que Dieu est fidèle : ses actes correspondent à ses paroles. Ainsi en est-il du juste. Louer Dieu pour sa fidélité comme nous y invite ce psaume, c’est vouloir agir à la manière de Dieu : » Pas de ruse en Dieu mon Rocher… »

Le livre de Ben Sirac le Sage appelé ailleurs l’Ecclésiastique est un des derniers du Premier Testament écrit à l’époque où Israël a été intégré à l’empire grec, sous la dynastie des Séleucides. Le Peuple de Dieu subit de plein fouet l’influence de l’hellénisme. Ce qui le force à affirmer son identité religieuse et culturelle. C’est l’époque de la révolte des Maccabées. Ils ne doivent pas perdre leur identité au profit des idées nouvelles, ils ne doivent pas devenir des « Njānyenábàja », comme le diraient les Burundais. Ces versets ont été choisis en fonction du passage de l’évangile que nous méditons aujourd’hui. Trois images sont utilisées comme test pour vérifier la valeur de la parole : le tamis, le four et le fruit. C’est cette dernière image qui fait le lien avec l’évangile. On juge un arbre à ses fruits, un croyant, un chrétien à ses actes.

En ce 8ème dimanche, nous poursuivons la lecture du discours inaugural (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :