Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Méditations » Homélies

Archives de Catégorie: Homélies

Rassure-nous devant les épreuves, en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets et l’avènement d notre Seigneur Jésus-Christ.

Les signes de la fin des temps
HomélieDans la Bible, il y a des moments où le peuple d’Israël fait l’expérience de la souffrance et de la persécution à cause de sa foi en Dieu. Dans ces moments-là, ils espèrent voir la fin de leurs tourments quand Dieu punira ceux qui les font souffrir et qu’il récompensera ses fidèles serviteur pour leur endurance. Le jour de cette délivrance est appelé « le Jour du Seigneur ». Les prophètes ont toujours aidé le peuple à prendre conscience que ce jour ne sera pas un jour de pénitence seulement pour les ennemis d’Israël, mais qu’Israël sera également puni pour ses infidélités à l’alliance. (Voir Am5,18-20 ; Joël 2,1-2 ; So1,14-18 etc).

Avec le livre de Daniel, nous avons un nouveau genre littéraire qui fait son apparition dans la Bible, celui des apocalypses. Le livre de Daniel fut rédigé pendant la persécution d’Antiochus Epiphane, prince de Syrie, contre les Juifs, entre les années 167-165 av.J.C. Pour n’avoir pas voulu renier leur foi, beaucoup de juifs sont morts martyrs.  L’extrait que nous avons dans la première lecture annonce la fin prochaine de la désolation qu’un roi païen a fait régner dans le lieu saint. Avec un tel langage, (suite…)

Nothingness is destructive. Emptiness is favorable to a spirit of openness and creativity.

Detachment for a “heart that sees” the neediest.

HomélieToday, the Gospel presents Jesus Christ as the Master, who speaks to us about the detachment which we must live by. In the first place, a detachment of our honor and recognition which, every so often, we are looking for: «Beware of (…) being greeted in the marketplace, and occupy the reserved seats in the synagogues and the first places at feasts» (cf. Mk 12:38-39). In this sense, Jesus prevents us from following the bad example of the scribes. In the second place, detachment of material things. Jesus Christ praises the widow while regretting, at the same time, the deceit of the others: «For all of them gave from their plenty, but she gave [the widow] from her poverty and put in everything she had, her very living» (Mk 12:44). He who does not live the detachment of worldly things does live full of his own ego, and is incapable of loving. In such a state of mind there is no “room” for others: neither compassion nor leniency or understanding towards our neighbor.

“I have nothing…” “The jar…shall not go empty.”

Nothingness and emptiness – is there a difference? To speak of nothing brings to mind a sense of desolation and darkness. Emptiness on the other hand, isn’t so desperate; something empty can be filled: mu tea cup is empty but may be filled. Although we may describe times of our life interchangeably using nothingness or emptiness, they have different meanings for Christians.

Today’s first reading recounts the story of Elijah and the widow of Zarephath. The context is this: the Jewish people stopped worshipping the true God to follow false gods, along with the high-ups of society exploiting the poor. So, the Prophet Elijah informs the king that there will be a drought until they repent. And Elijah flees (suite…)

« Jarre de farine point ne s’épuisera, vase d’huile point ne se videra… », dit le Seigneur.

Obole de la veuveLe présupposé de départ des lectures de ce 32ème dimanche est que diverses sont les situations, même inouïes, qui constituent le tissu de notre cheminement dans la foi. Ce qui pourrait sembler être insignifiant, comme une bouchée de pâte (intóre en Kirundi) ou deux piécettes d’argent peut être de grande valeur aux yeux de Dieu, alors que de gestes relativement notoires peuvent n’être qu’ostentatoires, orgueilleux. Je propose d’aborder les lectures de ce dimanche dans l’optique de la vie et du sens de la prière.

En méditant l’Evangile de Marc, aux cours des derniers dimanches, nous avions focalisé notre attention à répondre à la question « qu’est-ce que la prière » ce qui nous permettait de tirer des conclusions sur l’identité du croyant en général, et du chrétien en particulier, dans sa relation avec Dieu. En ce 32ème dimanche, posons-nous la question : à quoi sert la prière ? Donnons directement une réponse, déconcertante certes, mais que nous commenterons (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :