L'Église, fermentum des aréopages modernes.

Accueil » Opinions » Reblogs

Category Archives: Reblogs

La chute d’un prêtre. Ce qu’en pense l’Abbé Roland-Gosselin (de Versailles)

le-conformiste-4_04-620x310Roland GosselinKrzysztof Charamsa. C’est le nom de ce prêtre polonais de 43 ans, membre de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, qui a fait ce samedi matin son coming out. Les médias intéressés par ce genre de nouvelles se précipitent et se rengorgent. Pour eux, c’est une joie : enfin, un prêtre avoue qu’il est homosexuel, qu’il a un compagnon et mieux encore, il précise que beaucoup de prêtres le sont mais n’osent pas l’avouer. Le coup médiatique est parfait. Un théologien, qui plus est de la Doctrine de la foi (l’ancienne Inquisition !), avoue qu’il est homosexuel à la veille de l’ouverture du Synode pour la famille !

Ce prêtre, je le connais : il a été mon professeur à l’Université Grégorienne de Rome. Il intervient dans le cadre d’un petit groupe de travail pour aider les étudiants à réaliser une synthèse dogmatique au terme de leurs années d’étude en baccalauréat canonique. Je garde un bon souvenir de son enseignement : cela n’est évidemment pas remis en cause.

Cette provocation, car c’en est une, pose cependant plusieurs questions.

A la veille du synode pour la famille

La première question est le cas personnel de ce prêtre. Qu’il soit homosexuel ou qu’il se reconnaisse comme tel n’est pas ce qui est d’abord mis en cause. En revanche, qu’il reconnaisse vivre en couple, qu’il revendique manquer à la chasteté, qu’il n’assume pas d’être fidèle à l’obligation du célibat prise le jour de son ordination diaconale, est un point beaucoup plus douloureux. Qu’en plus il s’autorise à entrer dans le jeu médiatique pour être une icône de la presse à la veille de l’ouverture du Synode sur la famille….

Lire la suite sur padreblog.fr

Mr Sam KUTESA, un Ougandais élu Président de l’Assemblée Générale des Nations Unies

En réponse aux pressions occidentales et du lobby LGBT, les pays africains se sont unis pour présenter leur candidat à la présidence.

Mr SAM KUTESA, United Nations’ President

Les pressions occidentales en faveur d’une libéralisation des politiques sur l’homosexualité ont apparemment eu un effet boomerang : les africains se sont en effet pour la première fois unis pour riposter, formant ce que certains voient comme un nouveau mouvement des pays non alignés.Ainsi, la semaine dernière, les Nations Unies ont élu un nouveau président à la tête de l’Assemblée générale, Sam Kutesa.

Les militants des organisations Lesbiennes, gay, bisexuels and transsexuels LGBT avaient pourtant mis le gouvernement Obama en demeure de refuser à Sam Kutesa un visa. Mais au jour de l’élection, leur pétition n’avait rassemblé que 13 466 signatures.Sam Kutesa est le ministre Ougandais des affaires étrangères. Dans l’exercice de ses fonctions, il a dû défendre la législation de son pays dans le monde entier. Il a notamment affirmé que la promotion et l’étalage de l’homosexualité « sont mauvaises pour nos jeunes, et sont une offense à notre culture». Les africains ont qualifié les attaques occidentales d’atteinte à leur souveraineté nationale. Certains ont noté que « le monde occidental condamne pratiquement tous les délits » prévus par cette législation, par exemple le viol homosexuel.

Le rôle du président de l’Assemblée générale est largement symbolique. Sa fonction la plus importante est le discours adressé chaque année aux 193 Etats membres de l’Onu. Cette fonction est attribuée chaque année à un pays différent sur la base d’une rotation des continents. C’était cette année le tour de l’Afrique. Et l’Union africaine, dont la plupart des membres pénalisent encore l’homosexualité, n’a proposé qu’un candidat.En février, le président Ougandais Museveni a laissé entendre qu’il envisageait un rapprochement avec la Russie suite aux pressions exercées par les Etats Unies sur la question LGBT. La Russie a également défié les critiques exprimées à l’encontre d’une interdiction de la propagande homosexuelle auprès des enfants.Les dirigeants africains avaient prédit que la politique américaine provoquerait « une confrontation diplomatique significative ». Les kenyans ont déclaré : « Ceux qui vivent dans l’homosexualité ont besoin d’aide pour vivre comme il faut, et nous ne devrions pas les encourager à poursuivre une réalité qui est nocive pour eux. »

L’ancienne secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a lancé la première offensive en faveur des droits LGBT dans un discours prononcé à l’Onu en 2011. Peu après, le président Obama a annoncé au monde qu’il soumettrait l’attribution de son aide étrangère au respect des droits LGBT.En mars, les africains ont été forcés à abandonner leur résolution sur le SIDA après l’introduction par les pays occidentaux de nombreux amendements favorables aux droits sexuels. La résolution avait été initiée par les pays africains dans leur effort de lutte contre cette maladie mortelle pour des raisons de santé publique, et en particulier pour protéger les femmes et les jeunes filles. Les représentants européens, américains et d’Amérique Latine, qui se servent du Sida dès qu’ils le peuvent pour faire la promotion des droits sexuels, ont demandé aux Etats de retirer toute référence à la réduction du nombre de partenaires sexuels et à la retardation de l’initiation sexuelle.Après un échec essuyé au bout de longues négociations, les Etats occidentaux ont fini par contourner les Etats africains sur une question technique de dernière minute. Un africain abattu a déclaré : « Pour eux, tout tourne autour du sexe, sexe, sexe ! »

D’après CNSNews, un diplomate américain a récemment mis en garde son gouvernement contre son approche maladroite. Richard Hoagland avait organisé la première « pride celebration » LGBT à l’ambassade américaine au Pakistan en 2011. Une semaine plus tard, les protestataires avait déclaré que les Etats-Unis avaient « déchaîné le terrorisme culturel » sur eux. S’exprimant lors d’une réunion mondiale sur les droits LGBT, Richard Hoagland a prévenu certains Etats que certains pays allaient « réagir à nos valeurs et nos objectifs » par une riposte contre l’homosexualité. Par ailleurs, la semaine dernière, un sénateur américain a déposé un projet de loi proposant de faire de la promotion des droits LGBT une caractéristique permanente de la politique étrangère de son pays.

 Source: C-FAM

Pape François : « J’aimerais rester dans l’Histoire comme un brave type qui a fait de son mieux » – Aleteia

Dans un entretien exclusif accordé au journal catalan La Vanguardia, le Pape répond à une vingtaine de questions, même les plus personnelles et intimes.

Au lendemain de la prière pour la paix avec les présidents d’Israël et de Palestine, le pape François a reçu Religion en Libertad  avec le quotidien espagnol La Vanguardia, le lundi 9 juin au Vatican  pour une longue interview exclusive. Le pape était heureux d’avoir fait tout son possible pour l’entente entre Israéliens et Palestiniens. De la persécution des chrétiens à la violence au Moyen-Orient, en passant par l’antisémitisme, le fondamentalisme, les modèles économiques, le rôle de Pie XII, la renonciation du pape Benoît XVI …le Pape a répondu à plus d’une vingtaine de questions, même les plus personnelles…

La persécution des chrétiens ne cesse de croître             
Les chrétiens persécutés sont une préoccupation qui me touche de près en tant que pasteur. Je sais beaucoup de choses sur les persécutions, mais il ne me semble pas judicieux d’en parler ici pour n’offenser personne. Mais dans certains endroits, il est interdit d’avoir une Bible ou d’enseigner le catéchisme, ou encore de porter une croix…  Je tiens à préciser une chose : je suis convaincu que la persécution des chrétiens  est plus forte aujourd’hui que dans les premiers siècles de l’Église. Il y a plus de martyrs que par le passé. Et ce n’est pas de l’imagination, mais des chiffres.

La violence au nom de Dieu domine le Moyen-Orient.
C’est une contradiction. La violence au nom de Dieu ne correspond pas à notre époque. C’est quelque peu dépassé. Dans une perspective historique, il faut dire que, parfois, nous les chrétiens, l’avons pratiquée. Quand je pense à la guerre de Trente Ans, c’était la violence au nom de Dieu. Aujourd’hui, c’est inimaginable, n’est-ce pas? Parfois, nous arrivons, par la religion, à des contradictions très graves. Le fondamentalisme,  par exemple. Les trois religions, nous avons nos groupes fondamentalistes, petits par rapport à tout le reste.

Et que pensez-vous du  fondamentalisme?
Un groupe fondamentaliste, même s’il ne tue personne, même s’il ne frappe personne, est violent. La structure mentale du fondamentaliste est la violence au nom de Dieu.

Certains disent que vous être un révolutionnaire.
Pour moi, la grande révolution, c’est d’aller aux racines, de les reconnaître et de voir ce qu’elles ont  à dire aujourd’hui. Il n’y a pas de contradiction entre être révolutionnaire et aller à la racine. Mieux encore, je pense que pour opérer de vrais changements, il faut savoir dans la vie d’où on vient, comment on s’appelle, quelle est sa culture et sa religion,

Vous avez brisé de nombreux protocoles de sécurité pour approcher les gens.
Je sais qu’il peut m’arriver n’importe quoi, mais c’est dans les mains de Dieu. Je me souviens qu’au Brésil, on m’avait préparé une papamobile blindée….  Mais comment voulez-vous que je dise bonjour aux gens et aussi que je les aime si je suis dans une boîte à sardines…  Tout peut arriver, c’est vrai; mais, soyons réalistes, à mon âge je n’ai pas beaucoup à perdre.

Pourquoi est-il important que l’Eglise soit pauvre et humble ?
Pauvreté et humilité sont au cœur de l’Évangile et je le dis dans un sens théologique, pas sociologique. On ne peut pas comprendre l’Evangile sans la pauvreté, mais il faut la distinguer de la  misère. Je crois que Jésus veut que les évêques ne soient pas des princes, mais des serviteurs.

Que peut faire l’Église pour réduire l’écart croissant entre les riches et les pauvres ?
Il est prouvé qu’avec les restes de nourriture, il y aurait assez à manger pour nourrir ceux qui ont faim. Quand vous voyez des photographies d’enfants sous-alimentés, vous avez la gorge serrée. Je crois que notre système économique n’est pas bon. L’homme doit être placé au centre de tout système économique, l’homme et la femme. Tout le reste doit être au service de l’homme. Mais nous avons placé l’argent au centre, le dieu argent. Nous sommes tombés dans le péché de l’idolâtrie, l’idolâtrie de l’argent.

L’économie est mue par le désir d’avoir toujours plus et, paradoxalement, alimente une culture de l’exclusion, de la mise à l’écart. On met de côté les jeunes quand on limite la natalité. On met à l’écart aussi les personnes âgées, considérées comme une classe passive, qui ne produit  plus … Ce sont ainsi les forces vives et la mémoire des peuples qui sont mises à l’écart….

Je suis vivement préoccupé par le taux de chômage des jeunes qui, dans certains pays, est supérieur à 50%.  Ce sont ainsi 75 millions de jeunes de moins de 25 ans qui seraient au chômage. Une monstruosité !  Nous mettons à l’écart toute une génération pour maintenir un système économique intolérable ; un système qui, pour survivre, doit faire la guerre, comme l’ont toujours fait  les grands empires.
Comme on ne peut pas faire une troisième guerre mondiale, on fait des guerres locales.  Et qu’est-ce que cela signifie? Qu’on fabrique et vend des armes, les grandes économies mondiales sacrifient l’homme sur l’autel de l’argent roi. Cette pensée unique nous enlève la richesse de la diversité de pensée et, par voie de conséquence, la richesse d’un dialogue entre personnes. La mondialisation peut être une richesse. Une mondialisation mal comprise est celle qui annule les différences […]

Le conflit entre la Catalogne et l’Espagne vous préoccupe-t-il ?
Toute division me préoccupe. Il faut distinguer les indépendances par émancipation et  par sécession. Les premières, par exemple, sont celles utilisées par les Etats latino-américains. Les secondes opèrent un démembrement, qui parfois est très clair. Evidemment il y a des peuples avec des cultures si diverses que même avec de la colle il est difficile de les raccrocher. Le cas de l’ex-Yougoslavie est très clair, mais je me demande  si c’est  aussi clair pour d’autres peuples qui jusqu’à présent étaient unis avec d’autres. Il faut voir au cas par cas. L’Ecosse, la Padanie, la Catalogne. Il y a des cas qui seraient justes et des cas qui ne le seraient pas, mais la sécession d’une nation sans un passé d’unité forcée, il faut la prendre avec beaucoup de pincettes.

La prière pour la paix  du dimanche n’a pas été facile à et n’avait pas de précédents au Moyen-Orient ni dans le monde. Qu’avez-vous ressenti ?
Vous savez que cela n’a pas été facile parce que vous étiez dans le coup. Je sentais que c’était quelque chose qui nous échappait à tous. Au Vatican, 99% disaient que ça ne se ferait pas et ensuite le 1% a augmenté. Je sentais que nous étions poussés à  une chose qui ne nous était jamais arrivée et que, petit à petit, cette chose prenait forme. Ce n’était en rien un geste politique – je l’ai senti d’emblée –  mais un acte religieux : ouvrir une fenêtre sur le monde.

Pourquoi avez –vous voulu aller dans l’ouragan qu’est le Moyen-Orient ?
Le véritable ouragan, en raison de l’enthousiasme soulevé, fut la Journée mondiale de la jeunesse l’an passé.  J’ai décidé de me rendre en Terre Sainte parce que le président Shimon Peres m’a invité. Je savais que son mandat finissait ce printemps, aussi j’ai dû avancer mon voyage. Son invitation a précipité le voyage.

Pourquoi est-ce important pour un chrétien d’aller en Terre sainte?
Pour la Révélation. Pour nous, c’est là que tout a commencé. C’est comme “le Ciel sur la terre”. Un avant-goût de ce qui nous attend dans  l’au-delà, dans la Jérusalem céleste,

Vous et votre ami le rabbin Skorka vous vous êtes embrassés devant le mur des Lamentations. Quelle importance ce geste a-t-il eu pour la réconciliation entre chrétiens et juifs?
Devant le Mur il y avait aussi mon bon ami le professeur Omar Abu, président de l’Institut du Dialogue interreligieux de  Buenos Aires. J’ai voulu l’inviter. Il est ami aussi du rabbin Skorka et je les aime beaucoup tous les deux, et j’ai voulu que cette amitié entre nous trois soit perçue comme un témoignage.

Vous avez dit il y a un an que  « dans chaque chrétien, il y a un juif ».
Il serait plus juste et sérieux de dire « qu’on ne peut pas être un vrai chrétien si on ne reconnait pas ses racines juives ». Je ne parle pas de juif dans le sens sémitique de race mais dans un sens religieux. Je crois que le dialogue inter-religieux doit plonger dans la racine juive du christianisme et dans la floraison chrétienne du judaïsme. Je prie tous les jours l’office divin avec les psaumes de David. On récite les 150 psaumes en une semaine.  Donc ma prière est juive, et ensuite j’ai l’eucharistie, qui est chrétienne.

Comment voyez-vous l’antisémitisme?
Je ne saurais l’expliquer, mais je crois que l’antisémitisme est très lié, d’une façon générale et sans que cela soit une règle fixe, aux courants de droite plutôt que de gauche. Il y a encore des négationnistes de la Shoah. Une folie.

Vous avez pour projet d’ouvrir les archives vaticanes sur l’holocauste.
Cela apportera beaucoup de lumière.

Etes-vous préoccupé, par ce qu’on pourrait découvrir ?
Ce qui me préoccupe, c’est la figure de Pie XII, le Pape qui a dirigé l’Eglise durant la Seconde guerre mondiale. Le pauvre, ils ont tiré tous sur lui à boulet rouge. Mais il ne faut pas oublier qu’avant il était considéré comme le grand défenseur des juifs. Beaucoup se sont cachés dans des couvents de Rome et dans d’autres villes italiennes  et même dans la résidence d’été de Castel Gandolfo.  Dans sa propre chambre, 42 bébés de personnes juives ou d’autres réfugiés sont nés ». «Non pas que Pie XII n’ait pas fait d’erreurs, moi-même j’en fais beaucoup, mais son rôle doit être compris  dans le contexte de l’époque. J’avoue avoir une sorte d’urticaire existentiel  quand je vois tout le monde s’en prendre à l’Église et à Pie XII, et qu’on passe sous silence les grandes puissances. Savez-vous qu’elles connaissaient parfaitement le réseau ferroviaire des nazis pour mener les juifs dans les camps de concentration ? Elles avaient les photos. Mais elles n’ont pas bombardé les voies de chemins de fer. Pourquoi ? Il serait bon que nous parlions de tout ça un petit peu.

Vous sentez-vous comme un prêtre ou assumez-vous votre rôle de tête de l’Eglise?
La dimension de prêtre est celle qui montre le plus ma vocation. Servir les gens est ancré au plus profond de moi, comme d’éteindre la lumière pour faire des économies. Mais dans le même temps, je me sens Pape. Cela m’aide à faire les choses avec sérieux. Mes collaborateurs sont sérieux et professionnels Je suis aidé pour accomplir mon devoir. Je ne joue pas au pape pasteur. Ce serait immature. Quand un chef d’Etat vient, je veux le recevoir avec la dignité et le protocole qu’il mérite. Il est vrai que j’ai des problèmes avec le protocole, mais je dois le respecter.

Vous changez beaucoup de choses. A quoi mènent ces changements ?
Je ne suis pas un illuminé. Je n’ai pas de projet personnel, tout simplement parce que je n’ai jamais pensé qu’on allait me laisser là, au Vatican. Je suis venu avec une petite valise pour retourner à Buenos Aires,  et ce que je fais, c’est mettre en œuvre ce à quoi nous les cardinaux  avons réfléchi lors des congrégations générales … Ces réflexions ont conduit à des recommandations. Une très concrète a été que le prochain pape devait compter sur des conseillers extérieurs, autrement dit sur une équipe de conseillers extérieurs au Vatican .

Et vous avez créé ledit Conseil des Huit.
Huit cardinaux de tous les  continents et un coordinateur. Ils se réunissent tous les deux à trois mois. Le 1er juillet, nous avons quatre jours de réunions, et nous allons opérer les changements que les mêmes cardinaux nous demandent. Ce n’est pas obligatoire, mais ce serait imprudent de ne pas écouter ceux qui savent.

Vous avez fait aussi un grand effort pour vous rapprocher de l’Eglise orthodoxe
La venue à Jérusalem de mon frère  Bartolomé Ier avait pour but de commémorer les 50 ans de la rencontre entre Pablo VI et d’Atenagoras Ier. Une rencontre après mille ans de séparation. Depuis le Concile Vatican II, l’Eglise catholique  et l’Eglise orthodoxe font des efforts pour se rapprocher. Avec certaines Eglises orthodoxes, la proximité est plus grande qu’avec d’autres. J’ai voulu que  Bartolomé Ier vienne avec moi à Jérusalem, et là est né le projet qu’il viendrait aussi à la prière du Vatican. Pour lui, ce fut un pas risqué. Certains pourraient le lui reprocher, ce geste d’humilité pour nous était nécessaire car il n’est pas concevable que, nous chrétiens, soyons divisés. C’est un péché historique que nous devons réparer.
[…]

Vous avez connu de nombreux chefs d’Etat.
Oui beaucoup, et la variété est intéressante. Chacun a sa personnalité. J’ai été frappé par un fait transversal entre les hommes politiques jeunes, qu’ils soient du centre, de gauche ou de droite. Peut-être parlent-ils des mêmes problèmes, mais avec une musique différente, et ceci me plaît, me donne de l’espoir, car la politique est l’une des formes les plus élevées de l’amour, de la charité. Pourquoi?  Parce qu’elle mène au bien commun. ..Il y a une quinzaine d’années, les évêques français ont écrit une lettre pastorale qui est une réflexion : « Réhabiliter la politique ». Un texte précieux qui vous fait prendre conscience de ces choses.

Que pensez-vous de la renonciation de Benoît XVI ?
Le pape Benoît a accompli  là un geste très grand. Il a ouvert une porte, créé une institution, celle d’éventuels papes émérites. Il y a 70 ans, il n’y avait pas de papes émérites. ? Comme nous vivons plus longtemps, nous atteignons un âge où nous ne pouvons pas poursuivre nos activités plus avant. Je ferai la même chose que [Benoît XVI], poursuit-il. Je demanderai au Seigneur qu’il m’éclaire lorsque viendra le moment et qu’il me dise ce que je dois faire. Je suis sûr qu’il me le dira..

Vous avez une chambre réservée dans une maison de retraite à Buenos Aires. Oui, dans une maison de retraite pour les prêtres âgés. Quand j’ai eu 75 ans, j’ai présenté ma démission à Benoît XVI . J’ai choisi une chambre et dit “ c’est là que je veux vivre ”. J’aurais aidé les paroisses. C’était mon avenir avant d’être pape.

Je ne vais pas vous demander pour qui vous êtes dans le Mondial  …
Les Brésiliens m’ont demandé la neutralité (il rit) et je tiens ma promesse parce que le Brésil et l’Argentine sont opposés.

Comment aimeriez-vous passer à l’Histoire ?
Je n’y ai pas pensé, mais cela me plaît quand on évoque le souvenir d’une personne en disant: “ C’était un brave type, il a fait du mieux qu’il a pu, il n’a pas été si mal ”. Je suis d’accord avec cela.

Source : Religión en Libertad
Traduction d’Elisabeth de Lavigne

Comment votre smartphone peut ruiner votre vie sociale – Aleteia

La désagréable habitude de tapoter hystériquement sur son smartphone tout en conversant face à face avec quelqu’un, a déjà un nom : le phubbing.

L’univers des « connected people » (des personnes connectées), a encore inventé un nouveau mot cette semaine : le “phubbing”, contraction de  deux mots anglais, « snubbing (ignorer, snober) et phone (téléphone). Le « phubbing » désigne l’attitude qui  consiste à ignorer, snober,  les personnes qui sont en votre compagnie tout en communiquant avec votre téléphone portable. Le phénomène, qui  dénote une mauvaise éducation et un manque de respect, fait des ravages dans les relations interpersonnelles; un exemple probant de ce qui arrive quand la technologie supplante les relations humaines. Et encore n’en a-t-on pas encore vu toutes les conséquences.

Le phénomène prend de l’ampleur. Le phubbing a même son monument, immortalisé dans le bronze par le sculpteur   Paul Day à la gare Saint-Pancras, à Londres. Qu’est-ce que le “phubbing”? Il est né de l’initiative d’une jeune «victime» de ce phénomène. Alex Haugh, un Australien de 23 ans,  a décidé de mener une campagne « Stop phubbing » destinée à freiner l’abus  récurrent de l’utilisation du téléphone portable aux moments  où une personne est en compagnie d’une autre : « Bon nombre d’entre nous en font souvent l’expérience : les gens prêtent plus d’attention à leurs téléphones qu’à vous. Il s’agit d’un problème mondial qui doit être discuté avant qu’il ne s’aggrave », avertit Alex Haugh.

Le jeune Alex a déjà des milliers d’adeptes qui soutiennent son mouvement,  sur sa page Facebook, comme sur le site internet officiel de la campagne (plus de 18000 votes),  où il présente des chiffres alarmants. Ainsi, près de 92% des  adolescents préfèreraient communiquer par SMS plutôt que face à face, tandis que les restaurants connaissent 36 cas de « phubbing » à chaque service.  Un nouveau jeu a fait son apparition sur les tables de bistrots. Le principe : chacun met son portable au centre de la table. Le premier qui craque paye la facture.

Les chiffres montrent aussi que ce phénomène peut finir par réduire les échanges sociaux à un échange de messages virtuels. Le  phubbing a déjà été dénoncé comme « la fin de la civilisation ».  La campagne, explique son jeune leader, ne cherche pas à faire la guerre à la technologie, mais plutôt à  faire cesser l’utilisation de téléphones portables quand nous sommes en présence de prisonniers de la technologie. La technologie est merveilleuse quand on en fait un bon usage, mais elle n’est pas aussi positive quand elle devient une dépendance qui affecte les relations sociales.

Lire la suite en cliquant sur ce lien
Comment votre smartphone peut ruiner votre vie sociale – Aleteia.

%d blogueurs aiment cette page :