Évangéliser les aréopages contemporains

Archives de Catégorie: Dimanches

Solennité de Pentecôte: l’Esprit Saint ouvre les frontières et réchauffe les cœurs. Au fantasme de l’uniformité, l’unité dans la diversité.

Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent :la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière.
Le récit de la Pentecôte, dans le livre des Actes des Apôtres, fait d’abord un état d’un coup violent de vent. Ne fallait-il pas un souffle puissant pour secouer des esprits figés et délier les langues muettes ? Une pluie de feu n’était-elle pas nécessaire pour embraser ces disciples glacés par la peur ? Seul l’Esprit de Dieu pouvait faire sortir ces hommes traqués de leur refuge. L’énumération des 12 provinces de l’empire symbolise la mission universelle des apôtres, ce qui est aussi la véritable signification du prodige des langues. Loin d’enfermer, l’Esprit de Dieu ouvre ; il manifeste la générosité de Dieu dans la chatoyante diversité des dons. Au fantasme de l’uniformité obligatoire (ce qui demeure une obsession pour certains), illustré par la tour de Babel, le souffle Créateur de la Pentecôte oppose une unité à construire dans le respect des différences, par le dialogue et la réconciliation. Quand cela se passe-t-il ? L’Evangéliste Jean nous répond : le premier jour de la semaine. Avec l’Esprit que Dieu donne, une nouvelle création voit le jour. C’est une nouvelle Genèse. « Le premier jour de la semaine » : nous sommes loin de la pesante obligation de la messe dominicale qui est perçue par certains sous l’aspect juridique. Il s’agit d’une nécessité vitale : Dieu nous recrée par son souffle ! A la première création, « Dieu souffla dans les narines de l’homme un souffle de vie »(Gn2,7). A la dernière création,

(suite…)

Idominika ya 16 yo mu mwaka B

IGISOMWA CA MBERE

Ivyo dusoma mu gitabu c’Umuhanuzi Yeremiya (23, 1-6)

Abungere beza b’igihugu c’Imana

Ng’iri iryavumerewe n’Umukama:
Baragatoye, abungere bareka intama zo mu canya canje zigahona kandi bakazishwiragiza! Ni co gituma, jewe Umukama Imana y’Israyeli, mbwiye abo nashinze kuragira igihugu canje nti: Intama zanje mwaraziretse, zirashwiragira, zirazimira, ntimwazitayeho. Jewe ngiye kubashinga ijisho kubera akabi mwakoze. Hanyuma, nzoshwaburira hamwe intama zanje zasigaye, ndazikure mu bihugu vyose aho nazirukaniye. Nzozisubiza mu bwatsi bwazo, zirondôke, zigwire. Nzozironderera abungere baziragirana ubwira; ntizizoba zikigira ubwoba canke ngo zihagarike umutima, kandi ntihazotakara n’imwe muri zo: ni Jewe Umukama mbivuze.
Mu misi izoza, nzotuma Dawudi kunaga akabuto k’ubutungane: azoganza nk’umwami w’ukuri kandi w’incabwenge, azotwaza igihugu ingingo n’ubutungane. Ku ngoma yiwe, Abayuda bazoba bakize, Abanyisrayeli bibere mu mahoro. Mbere ng’iri izina bazomutazira: «Umukama-niwe-Butungane-bwacu.»

IZABURI 22 (23) 1-3a, 3b-4, 5, 6

Icit.: Umukama ni we mwungere wanje,
         nta co nokena.

Umukama ni we mwungere wanje,
sinzokena;
ni we amvyagiza
mu canya c’ubwatsi buremvye.
Iruhande y’amazi adasuma, ni ho azonshikana
aremesha umutima wanje ubudasiba.

Ni we anyoborera inzira nziza
ku bw’izina ryiwe.
N’aho noca mu mwonga mu mwijima,
nta co ntinya,
kuko uri kumwe nanje,
kuko inyobozo yawe impumuriza.

Untegurira ameza
mu maso y’abansi;
wansize amavuta ku mutwe,
igikombe canje kirasesekaye.

Eka mbere mu bugingo bwanje
namana impore n’ubuhirwe;
inzu yanje ni ingoro y’Umukama
imisi yose y’ubugingo bwanje.

IGISOMWA CA KABIRI

Ivyo dusoma mw’Ikete Umutumwa Pawulo yandikiye Abanyefezi (2, 13-18)

Yezu ni we mahoro y’abantu bose

Ncuti zanje,
Kera mwari kure y’Imana y’Isezerano, none mwabaye hafi kubera amaraso ya Kristu. Koko, Kristu ni we Mahoro yacu, kuko ari we yahinduye vya bihugu bibiri, – Israyeli n’abanyamahanga, — bigacika kimwe. Mu mubiri wiwe wabambwe, yarasituye rwa ruhome rwabitanya ari rwo rwanko, arahanagura imiziro n’amabwirizwa ya Musa. Ni uko, yashaka kubakoranya bose ngo abazanire amahoro, areme muri we Umuntu umwe mushasha. Bompi, yashaka kubuzuriza n’Imana, mu kubakoraniriza mu mubiri umwe. Ivyo yabishoboye mu gupfa ku musaraba; ni ho yiciye urwanko mu mubiri wiwe. Yaraje rero kubarangira Inkuru nziza y’amahoro, mwebwe mwari kure, n’abari hafi. Duciye kuri we, twese niho tuzoronka inzira idushikana kwa Data muri Mutima umwe.

INKURU NZIZA

Aleluya, Aleluya.

Umukama yavuze ati: «Intama zanje zirumviriza ijwi ryanje,
kandi ndazizi, na zo zikankurikira.»

Aleluya.

Ivyo dusoma mu Nkuru Nziza ya Yezu Kristu nk’uko yashikirijwe na Mariko (6, 30-34)

Bari nk’intama zitagira umwungere

Umusi umwe, abatumwa bateraniye iruhande ya Yezu, bamwiganira ivyo bari bagize vyose n’ivyo bari bigishije vyose. Arababwira ati: «Nimuze ahiherereye, muruhuke gatoyi.» Nkako abashika n’abagenda bari igihugu, nta n’akanya kaboneka k’ugufungura. Bagenda rero mu bwato, barora mu gahinga hiherereye. Ariko abantu barababona bagenda; benshi rero barahwihwisha iyo baroye, barahava bava mu bisagara vyose birukayo n’amaguru, barabatanga. Ngo bururuke amato, Yezu aca abona igihugu c’abantu, bimutera imbabazi, kuko bari nk’intama zitagira umwungere, aca aja mu vyo kubigisha igihe kitari gito.

Sainte Famille: Dieu veut de la famille, un lieu de manifestation de sa sollicitude envers l’humanité.

Aujourd’hui, contemplons, comme continuation du Mystère de l’Incarnation, l’insertion du Fils de Dieu dans la communauté humaine par excellence, la famille et l’éducation progressive de Jésus par Joseph et Marie. Comme dit l’Évangile, « Jésus progressait en sagesse, en statut et en grâce devant Dieu et devant les hommes» (Lc 2,52). Le livre de Siracide, nous rappelle que «le Seigneur glorifie le père dans ses enfants, il fortifie le droit de la mère sur ses fils » (Si 3,2). Jésus a douze ans et manifeste la bonne éducation reçue dans la maison de Nazareth. La sagesse qui montre, sans aucun doute, l’action de l’Esprit Saint, mais aussi l’indéniable bon savoir éducateur de Joseph et Marie. L’angoisse de Marie et Joseph met en évidence leur empressement à éduquer Jésus et leur présence affectueuse comme nous le lisons dans d’autres passages de l’évangile.

Il n’est pas nécessaire de faire de grands raisonnements pour voir qu’aujourd’hui, plus que jamais, il est nécessaire que la famille assume avec force la mission éducatrice que Dieu lui a confiée. Les pères et mères chrétiens doivent éduquer depuis le Christ, source de sagesse et de connaissance. On peut difficilement trouver un remède aux défaillances de l’éducation au foyer. Tout ce qui ne s’apprend pas dans la maison ne s’apprend pas dehors, (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :