Évangéliser les aréopages contemporains

Archives de Catégorie: Solennités

Solennité de Pentecôte: l’Esprit Saint ouvre les frontières et réchauffe les cœurs. Au fantasme de l’uniformité, l’unité dans la diversité.

Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent :la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière.
Le récit de la Pentecôte, dans le livre des Actes des Apôtres, fait d’abord un état d’un coup violent de vent. Ne fallait-il pas un souffle puissant pour secouer des esprits figés et délier les langues muettes ? Une pluie de feu n’était-elle pas nécessaire pour embraser ces disciples glacés par la peur ? Seul l’Esprit de Dieu pouvait faire sortir ces hommes traqués de leur refuge. L’énumération des 12 provinces de l’empire symbolise la mission universelle des apôtres, ce qui est aussi la véritable signification du prodige des langues. Loin d’enfermer, l’Esprit de Dieu ouvre ; il manifeste la générosité de Dieu dans la chatoyante diversité des dons. Au fantasme de l’uniformité obligatoire (ce qui demeure une obsession pour certains), illustré par la tour de Babel, le souffle Créateur de la Pentecôte oppose une unité à construire dans le respect des différences, par le dialogue et la réconciliation. Quand cela se passe-t-il ? L’Evangéliste Jean nous répond : le premier jour de la semaine. Avec l’Esprit que Dieu donne, une nouvelle création voit le jour. C’est une nouvelle Genèse. « Le premier jour de la semaine » : nous sommes loin de la pesante obligation de la messe dominicale qui est perçue par certains sous l’aspect juridique. Il s’agit d’une nécessité vitale : Dieu nous recrée par son souffle ! A la première création, « Dieu souffla dans les narines de l’homme un souffle de vie »(Gn2,7). A la dernière création,

(suite…)

« Vous serez mes témoins ». C’est à nous de faire l’histoire puisque l’Ascension est la plus grande manifestation de confiance donnée aux hommes par le Christ.

« Vous serez mes témoins ». C’est à nous de faire l’histoire puisque l’Ascension est la plus grande manifestation de confiance donnée aux hommes par le Christ.
La solennité que nous célébrons aujourd’hui vient 40 jours après Pâques. Pourquoi 40 ? Revisitons les Saintes Écritures:
Le chiffre 40 vient beaucoup de fois dans la Bible.
– Les 40 jours de Jésus au désert (Mt 4,2)
– Les 40 jours de Jésus avant l’Ascension(Ac 1,3)
– Les 40 jours donnés aux Ninivites (Jonas 3,4)
– Les 40 jours de Moïse sur le Sinaï (Exode 34,28)
– Les 40 jours du déluge Gn 7,17)
– Les 40 années des Israélites en marche vers leur pays Canaan (Deutéronome 8,2 ou Exode 16,35)…

Les récits de Saint Luc à propos de l’Ascension
Saint Luc est le seul à nous avoir donné une description de l’Ascension. Il l’a fait à travers deux récits, que nous venons d’écouter, l’un à la fin de son évangile et l’autre au début du livre des Actes des Apôtres. Nous devons comprendre que le but de Luc n’est pas de décrire l’événement mais de donner un enseignement spirituel et théologique. Arrêtons-nous à l’évangile que nous venons de lire. Lorsque les deux disciples d’Emmaüs reviennent à Jérusalem en grande hâte, ils y trouvent les Onze et leurs compagnons et compagnes montés de Galilée à Jérusalem pour la Pâque. Soudain Jésus vient au milieu d’eux et leur adresse les paroles que nous venons d’entendre. Il leur rappelle les prophéties sur la mort et la résurrection du Messie et il les appelle à en être témoins. Puis il les « emmena au-dehors jusque vers Béthanie ». Jésus les fait sortir [de Jérusalem], il les conduit dehors, hors de la ville, jusque vers Béthanie. Là il les bénit, et tandis qu’il les bénit « il se sépara d’eux ». Trois actions de Jésus nous disent ce que le mystère de l’Ascension nous fait vivre : sortir, bénir, se séparer.

(suite…)

Le bonheur ou le Ciel, c’est Dieu lui-même vivant au milieu de son peuple et en ses témoins : « les saints » que nous célébrons en ce jour solennel de la Toussaint.

La sainteté chrétienne aurait-elle quelque chose de sectaire ? En effet les textes liturgiques de la Toussaint ont recours principalement au vocabulaire de la pureté pour exprimer le mystère de la sainteté. Or celui-ci peut être assez trompeur. Beaucoup de réformes dans l’histoire de l’Eglise recourant à la logique de la pureté sont devenues progressivement des sectes composées de membres où l’on se considérait comme des purs séparés de l’impureté des masses : que l’on songe au montanisme de Tertullien au III° siècle ou encore aux cathares au XIII°. La recherche de la pureté peut donc avoir quelque chose de très ambigu et de non évangélique. Il faut donc bien comprendre le lien qui existe entre pureté et sainteté pour ne pas tomber dans une conception désincarnée et pharisienne de l’appel universel à la sainteté. Mais où trouver ce lien ? Peut-être dans le regard…

Ce sont les béatitudes qui nous mettent sur la bonne piste. Jésus proclame dans l’évangile le bonheur des cœurs purs : « Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu. » La pureté dont il s’agit est celle du cœur, donc de la personne dans toutes ses dimensions. Cette pureté a des conséquences sur le regard. Celui qui a le cœur pur reçoit la promesse de voir Dieu. Jésus précise plus loin dans le sermon sur la montagne que l’œil est la « lampe du corps » (6,22) qui laisse passer la lumière et rend le corps lumineux. La pureté qui caractérise la sainteté serait donc une qualité d’ouverture du regard qui permet à la lumière de passer et ainsi de voir. « Par ta lumière, nous voyons la lumière » chante le psalmiste (Ps 36,9). Les saints ont un regard droit et ouvert par lequel la lumière de la foi s’engouffre et leur donne de voir un autre niveau de réalité : ils sont capables de contempler l’œuvre de Dieu au long des jours. Alors que nous, souvent, notre regard est étroit, marqué par la suspicion, la méfiance ou le jugement envers les autres ; notre champ de vision est ainsi très limité et nous ne voyons pas la réalité.

La Toussaint atteste qu’à la fin de notre existence terrestre la vie n’est pas détruite : elle est transformée. Tous nous sommes appelés à ressusciter un jour avec le Christ, à être associés à sa gloire éternelle, à son bonheur sans fin. « Ce que nous serons ne paraît pas encore clairement ; mais nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est ». Avec tous les saints, c’est-à-dire tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont accepté de se laisser saisir et transformer par l’amour rédempteur, nous exulterons devant la face de Dieu : « … de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. Et ils proclamaient d’une voix forte : “Le salut est donné par notre Dieu, lui qui siège sur le Trône, et par l’Agneau !” ». Oui, tous ceux qui se laissent transformer parce que les béatitudes ne peuvent pas être une conquête humaine, mais un don de Dieu que nous accueillons chaque jour. Et il ne s’agit pas de penser que c’est une réalité que nous renvoyons à plus tard, dans l’au-delà, puisque Jésus nous en parle en utilisant aussi bien le présent que le futur.

 Ainsi, les lectures de cette solennité de la Toussaint (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :