Évangéliser les aréopages contemporains

Archives de Catégorie: Solennités

Ubutatu Bweranda: « Nkako nyene, Imana yarakunze isi, gushika itange Umwana wayo w’ikinege »

« Kw’izina rya Data, na Mwana, na Mutima Mweranda »

« Nkako nyene, Imana yarakunze isi, gushika itange Umwana wayo w’ikinege »

TRINITEBavukanyi,
Uyu musi turakoranye kw’izina rya Data, na Mwana na Mutima Mweranda, twebwe duhuzwa n’Imana muryango wa Data na Mwana na Mutima Mweranda, bagize Umwe n’aho ari Batatu, urukundo rubaranga rukabagira Umwe. Twakoranye rero ngo twinovore urwo rukundo, cane cane uyu musi, ngo tururahureko, maze abe ari rwo rwama ruturanga. Iyo Mana yadukunze ni yo sôko ry’imigisha, sôko ry’urukundo n’isangiramutima, sôko ry’urukundo rwuzuye imbabazi n’ubuntu, ntikaza ishavu, ni ikigongwe cinshi, ikazira guhemuka, nk’uko twavyumvise mu gisomwa ca mbere. None rero, « muragahorane inema y’Umukama wacu Yezu Kristu, urukundo rw’Imana, mwuzure Mutima Mweranda ». Ni yo ndamutso twumvise Pawulo Mweranda akoresha mu kuramutsa Abanyakorenti. Ni muze natwe itwinjize mu kinyegezwa c’Ubutatu Bweranda.

None ico kinyegezwa tugitegere dute? Mbega birashoboka ko tugitegera? Duhere he? Tugarukire he? Mbega Ijambo ry’Imana twumvise hari ico ryodufasha? Reka tugerageze turabe, tumve!

« Nkako nyene, Imana yarakunze isi, gushika itange Umwana wayo w’ikinege »

Ng’iryo ijambo nshimye gufatirako ngo rituje imbere mu kugerageza gutegera ivy’Ubutatu Bweranda. Nibwiye nti ikinyegezwa c’Ubutatu Bweranda, si ikibazo c’akamenamutwe (casse-tête), (suite…)

Aho abatumwa baronka Mutima Mweranda, « twese twumva bahaya mu ndimi zacu ivyiza vy’Imana »

Esprit-SaintBavukanyi
Uyu musi mukuru cane wa Pentikoti, aho duhimbaza igihe Mutima wa Data na Mwana yaza ku batumwa, ni umusi w’ugukengurukira Imana kuri iyo ngabirano yayo ihambaye, kuko kwemera n’ukwakira Mutima Mweranda ari ukwakira Imana nyene. Na kare tuvuga duti : « Nemera kandi Mutima Mweranda Umukama, ari we Sôko ry’ubuzima, akomoka kuri Data na Mwana. Arasanegwa kandi araninahazwa nk’uko bigirirwa Data na Mwana. Ni we yavugiye mu bahanuzi ».

Egome cane bavukanyi, Pentikoti ni umusi mukuru w’ugukenguruka. Nkako nyene, na kera Pentikoti y’Abayuda, wari umusi ugira 50 havuye Pasika yabo, maze bagakorana ngo bahereze Imana mu vyērakare (les prémices), gutyo bakerekana ko Imana ari yo bakesha imihezagiro, ukuramuka n’ukuramba, bakaririmba izabuli ya 66(67) bati: « isi yaratanze ivyimburwa vyayo, Umukama Imana yacu yaraduhezagiye ». Nkako nyene, iyo si ni intoranwa bari bararaganiwe n’Imana igihe bunga ubumwe kuri Sinayi, Imana ikababwira iti : nimwayoboka amateka y’aya masezerano, nzobagabira igihugu aho muzobaho neza, ndabahezagira.

Uyu musi natwe bavukanyi, twemere Imana iduhe ubuzima, kandi twige kubukenguruka, tuyikengurukira no mu vyo yaduhaye nyene. Dukenguruke uwo Mutima duhabwa we Sôko ry’ubuzima. Egome cane, (suite…)

Pentecôte: l’Esprit Saint ouvre les frontières. 
Au fantasme de l’uniformité, l’unité dans la diversité.

Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent :
la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière.

A. Lambert

Le récit de la Pentecôte, dans le livre des Actes des Apôtres, fait d’abord un état d’un coup violent de vent. Ne fallait-il pas un souffle puissant pour secouer des esprits figés et délier les langues muettes ? Une pluie de feu n’était-elle pas nécessaire pour embraser ces disciples glacés par la peur ? Seul l’Esprit de Dieu pouvait faire sortir ces hommes traqués de leur refuge. L’énumération des 12 provinces de l’empire symbolise la mission universelle des apôtres, ce qui est aussi la véritable signification du prodige des langues. Loin d’enfermer, l’Esprit de Dieu ouvre ; il manifeste la générosité de Dieu dans la chatoyante diversité des dons. Au fantasme de l’uniformité obligatoire (ce qui demeure une obsession pour certains), illustré par la tour de Babel, le souffle Créateur de la Pentecôte oppose une unité à construire dans le respect des différences, par le dialogue et la réconciliation. Quand cela se passe-t-il ? L’Evangéliste Jean nous répond : le premier jour de la semaine. Avec l’Esprit que Dieu donne, une nouvelle création voit le jour. C’est une nouvelle Genèse. « Le premier jour de la semaine » : nous sommes loin de la pesante obligation de la messe dominicale qui est perçue par certains sous l’aspect juridique. Il s’agit d’une nécessité vitale : Dieu nous recrée par son souffle ! A la première création, « Dieu souffla dans les narines de l’homme un souffle de vie »(Gn2,7). A la dernière création, il est dit : « Souffle sur ces ossements desséchés et ils vivront »(Ez 37,9). De nos jours, le Souffle de Dieu est toujours à l’œuvre.

… ils se trouvaient réunis tous ensemble.

Esprit-SaintLe jour de la Pentecôte, l’Esprit Saint descendit avec puissance sur les Apôtres et la mission de l’Eglise dans le monde commença. Jésus avait lui-même préparé les apôtres à cette mission en leur apparaissant plusieurs fois après sa résurrection (cf. Ac 1, 3). Avant son ascension à la droite du Père, il leur donna l’ordre de « ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis » (cf. Ac 1, 4-5). Il leur demanda de demeurer ensemble pour se préparer à recevoir le don de l’Esprit Saint. C’est alors qu’ils se réunirent en prière avec Marie au Cénacle, dans l’attente de l’événement promis.
Demeurer ensemble dans la prière, être dans la concorde, fut la condition posée par (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :