Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Parole de Dieu (en Kirundi) (Page 2)

Archives de Catégorie: Parole de Dieu (en Kirundi)

IDOMINIKA YA 4 YA PASIKA (Umwâka C)


IGISOMWA CA MBERE

Ivyo dusoma mu gitabu c’Ibikorwa vy’Abatumwa (13, 14. 43-52)

Jésus, le Bon PasteurUmusi umwe, Paulo na Barnaba barashitse i Antiyokiya ya Pisidiya ku musi w’isabato, baragenda mw’isinagoga. Bavuye mw’ikoraniro, benshi mu Bayahudi no mu banyamahanga bemeye Ubuyahudi bakwirikira Paulo na Barnaba; baraganira na bo, babahanura kugumya inema y’Imana. Kw’isabato ikwirikira, igisagara nka cose kirakorana ngo cumve ijambo ry’Imana. Abayahudi ngo babone ico gihugu cose, bavyura ishari, bahinyuza Paulo mu vyo yavuga vyose, bamutuka. Paulo na Barnaba barashira amakenga, bababwira bati: “Ni mwebwe mwategerezwa kubwirwa ubwa mbere ijambo ry’Umukama; none ko muryanse, mukaba ari mwebwe nyene mwikengereye, mubona mudakwiye ubuzima budahera, hinge twigire mu bapagani. Kuko ari ko Umukama yadutegetse ngo: Nagutoye ngo ube umuco w’amahanga, ngo ujane ubukiriro hose gushika ku mpera y’isi.” Abapagani bumvise ayo majambo baranezerwa, baninahaza ijambo ry’Umukama; n’abo bose bari bagenewe ubuhirwe budahera baca baremera. Naryo ijambo ry’Umukama rikwira igihugu cose. Ariko, abagore n’abapfasoni bakunda Imana, n’abakuru b’igisagara, bohejwe n’abayahudi, bagirira nabi Paulo na Barnaba, barabirukana babakura mu ntara yabo. Paulo na Barnaba na bo babakunkumurirako inkungugu yari ku birenge vyabo, bigira muri Ikoniya. Abigishwa na bo bari buzuye akanyamuneza na Mutima Mweranda.

IZABURI 99 (100) 2, 3, 5

Icit: Turi mu ntara Umukama ayobora we nyene ubwiwe.

Canke: Alleluya.

Yemwe abari kw’isi yose, nimuvugirize Umukama impundu,
nimukorere Umukama n’akanyamuneza,
muze mu nyonga ziwe muririmbe.

Mumenye yuko Umukama ari we Mana:
Ni we yaturemye natwe turi abiwe,
Turi ingabo ziwe, turi intama zo mu busho bwiwe.

Erega, Umukama ni mwiza,
urukundo rwiwe rwamaho,
arakwiye kwemerwa mu myaka n’imyaka.

IGISOMWA CA KABIRI

Ivyo dusoma mu gitabu c’Ivyahishuriwe Yohani (7, 9. 14b-17)

Jewe Yohani, mbona isinzi ry’abantu batagira igitigiri bava mu mashinga yose, mu bwoko bwose, mu ntara zose, bavuga indimi zose, bahagaze imbere y’intebe y’Ubwami n’imbere y’Umwagazi, bambaye amakanzu yera, bafise n’ibisanda mu minwe.

Umwe wo mu Batama ambwira ati: “Abo ni abarokotse ya makuba, bamesuye amakanzu yabo, bayeresha amaraso ya wa Mwagazi. Nico gituma bahagaze imbere y’intebe y’Imana, bakayikorera ijoro n’umutaga mu ngoro yayo; na we Uwuvyagiye ku ntebe azosanza ihema ryiwe hejuru yabo. Ntibazoba bagisonza, ntibazoba bakinyoterwa, ntaho izuba rizoba rikibarabika canke intuguta yose iyo iva ikagera, kuko wa Mwagazi ubavyagiyemwo hagati ku ntebe uzobaragira kandi uzobashora ku mazi y’ubuzima. Imana na yo izohanagura amosozi yose mu maso yabo.”

INKURU NZIZA

Alleluya, alleluya

Jewe ndi wa mwungere mwiza; ndazi intama zanje, na zo zikamenya.

Alleluya.

Ivyo dusoma mu Nkuru Nziza nk’uko yashikirijwe na Yohani (10, 27-30)

Umusi umwe, Yezu yabariye Abayuda ati: « Intama zanje zirumviriza ijwi ryanje, kandi ndazizi vyongeye zirankwirikira. Ndaziha ubuzima budahera, ntizizokwigera zipfa, bisubiye ntawuzozinkura mu minwe. Data yazimpaye aruta bose kandi ntawuzoshobora kuzikura mu minwe ya Data. Jewe na Data turi umwe. »

Seigneur, c’est certain que « Tu es là au cœur de nos vies, dans nos
 tourments, dans nos joies… ». Tu donnes sens à notre histoire.

IMG_20190421_122955La liturgie de la Parole de ce troisième dimanche de Pâques remet en ordre nos pensées, en faisant des comptes avec une série de conséquences erronées qui découlent de la résurrection du Christ. A ceux qui penseraient que Jésus est ressuscité et que donc, tout leur est permis, l’apôtre Jean, dans la deuxième lecture, nous avertit que connaître Jésus ressuscité va de pair avec l’accomplissement de ses commandements. A celui qui tenterait d’oublier que la résurrection advient par et après la croix, ce qui signifie une série d’événements dont nous sommes responsables en tant que pécheurs, Pierre nous rappelle l’importance de reconnaître nos péchés et, en même temps, la bonne nouvelle que Dieu est toujours prêt à nous pardonner si nous nous tournons vers lui. Et enfin, à celui qui croirait que Jésus est seulement un fantasme, Luc nous propose l’image d’un Maitre dont l’œuvre a des effets bien visibles devant ses disciples. Pourtant, ceux-ci, « dans leur joie, ils n’osaient pas y croire et restaient saisis d’étonnement ». Ils n’ont pas cette paix intérieure parce qu’ils restent paralysés par leur histoire récente, qu’ils ne parviennent plus à s’orienter. La paix du Christ les appelle à franchir un autre pas et dépasser ces tragiques événements. Oui Seigneur, « tu es là, au cœur de nos vies,… dans nos tourments, …dans nos cœurs tout remplis d’orages suite à nos chutes et échecs répétitifs, remplis de joie d’avoir fait nos petits progrès, … ».

Mais que d’événements dramatiques se sont passés, pour ces pauvres hommes, depuis trois jours ! On peut/doit les comprendre, les pauvres disciples de Jésus, pauvres comme nous autres… Le dernier repas de Jésus, jeudi dernier… l’arrestation au Jardin de Gethsémani… leur fuite à tous… le reniement de Pierre… le jugement infamant comme hérétique et blasphémateur… la mort sur la croix aux portes de la ville… la pendaison suicidaire de l’un de leurs amis, Judas. Le groupe de douze est devenu onze, par l’abandon et la mort de l’un d’eux ! C’est dans ce contexte qu’arrive, déconcertante, inattendue, la «résurrection.»

Il leur dit : «La paix soit avec vous.» C’est le «bonjour» habituel des juifs : «Shalom !»… «La paix ! Cette fois on ne peut pas s’empêcher de penser que, ce soir-là, le souhait traditionnel a dû prendre une signification toute particulière : c’est au creux de leur désespoir que Tu viens leur dire : «Ne craignez pas»… «Soyez en paix»… « Gira amahóro! »; la salutation la plus difficile pour certains moments de l’histoire sombre (suite…)

Méditant sur la force du pardon: la croix du Christ est donc l’expression de ce que signifie l’amour et la miséricorde de Dieu.

« Loué sois-tu Seigneur pour ceux qui pardonnent par amour pour toi » (Saint François d’Assise)

RameauxjpgAujourd’hui, tout au début de la liturgie, l’Église dit: « Nous suivons le Seigneur ». La « sequela » du Christ demande, comme premier pas, de nous réveiller de la nostalgie pour être authentiquement des hommes, et ainsi de nous réveiller pour Dieu. Elle demande également que l’on entre dans la cordée de ceux qui montent, dans la communion de l’Église. Dans le « nous » de l’Église nous entrons en communion avec le « Toi » de Jésus-Christ et nous rejoignons ainsi le chemin vers Dieu. En outre, il est demandé que l’on écoute la Parole de Jésus-Christ et qu’on la vive.

La Croix fait partie de la montée vers la hauteur de Jésus-Christ, de la montée jusqu’à la hauteur de Dieu. De même que dans les événements de ce monde on ne peut pas atteindre de grands résultats sans renonciation et un dur exercice, le chemin vers la vie, vers la réalisation de la propre humanité, est lié à la communion avec Celui qui est monté à la hauteur de Dieu à travers la Croix. La croix du Christ est donc l’expression de ce que signifie l’AMOUR et la MISERICORDE.

Jésus n’a pas raconté l’amour que Dieu nous porte ; il est lui-même l’amour du Père, il est celui qui n’a pas reculé devant la mort, confirmant ainsi combien il se fiait et se donnait à l’homme jusqu’aux conséquences extrêmes. Le dimanche des rameaux nous demande d’y réagir. Nous pouvons y répondre en utilisant les mots de Pierre : « je ne le connais pas » (Lc 22,57) ou bien celles du centurion romain qui a dit : « vraiment, cet homme était juste » (Lc 23,47)

Coeur_de_JesusDe la première lecture, nous avons l’image du serviteur souffrant ne devrait pas susciter ni la pitié, ni la compassion, mais un grand sens de force et de courage. L’origine de cette force est Dieu lui-même, devant lequel la vraie misère se révèle être celle des bourreaux.
Dans l’Evangile de ce jour, un contraste sidérant traverse tout le texte : d’une part, le monde qui entoure Jésus, un monde dans lequel le mal semble avoir le dernier mot ; d’autre part, la capacité de Jésus lui-même de continuer à adresser à ceux qui lui sont proches, des mots de miséricorde. C’est le cas du regard de Jésus à Saint Pierre après le chant du coq. Si on n’est pas dans la logique de la miséricorde, le regard de Jésus devient accusateur (je te l’avais dit !!). Loin de là. Il s’agit plutôt (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :