Évangéliser les aréopages contemporains

Archives de Catégorie: Temps Pascal

« Pour qu’ils/elles aient la vie, et en abondance ». Quelle est ma part ? Pensons à notre vocation

Jésus, le Bon PasteurLa liturgie de ce dimanche nous propose une méditation sur la manière dont Jésus a affronté sa mort. L’expression « donner sa vie » revient cinq fois dans ces quelques lignes. C’est pour les brebis que le berger expose sa vie parce qu’il les connait et elles le connaissent. Mais Jésus a encore d’autres brebis qui ne sont pas encore de cet enclos. C’est ici qu’intervient notre vocation pour continuer à les rassembler. Chaque baptisé, chaque serviteur de l’Eglise doit se demander si telle est bien sa préoccupation : le salut de l’autre, conduire l’autre à Jésus que nous écoutons et que nous estimons qu’en dehors de lui, il n’y a pas de vie. C’est ce que déclare Pierre sans peur, malgré la menace des autorités juives : « Jésus est devenu la pierre angulaire, en dehors de lui, il n’y a pas de salut. » Quelles peuvent être mes peurs, mes freins, mes doutes, mes nonchalances… qui empêchent la réalisation de ma vocation ?

Nous sommes une vocation, nous avons une vocation

Quand un architecte donne l’ordre de mettre telle pierre/brique dans l’angle, (suite…)

Aho abatumwa baronka Mutima Mweranda, « twese twumva bahaya mu ndimi zacu ivyiza vy’Imana »

Esprit-SaintBavukanyi
Uyu musi mukuru cane wa Pentikoti, aho duhimbaza igihe Mutima wa Data na Mwana yaza ku batumwa, ni umusi w’ugukengurukira Imana kuri iyo ngabirano yayo ihambaye, kuko kwemera n’ukwakira Mutima Mweranda ari ukwakira Imana nyene. Na kare tuvuga duti : « Nemera kandi Mutima Mweranda Umukama, ari we Sôko ry’ubuzima, akomoka kuri Data na Mwana. Arasanegwa kandi araninahazwa nk’uko bigirirwa Data na Mwana. Ni we yavugiye mu bahanuzi ».

Egome cane bavukanyi, Pentikoti ni umusi mukuru w’ugukenguruka. Nkako nyene, na kera Pentikoti y’Abayuda, wari umusi ugira 50 havuye Pasika yabo, maze bagakorana ngo bahereze Imana mu vyērakare (les prémices), gutyo bakerekana ko Imana ari yo bakesha imihezagiro, ukuramuka n’ukuramba, bakaririmba izabuli ya 66(67) bati: « isi yaratanze ivyimburwa vyayo, Umukama Imana yacu yaraduhezagiye ». Nkako nyene, iyo si ni intoranwa bari bararaganiwe n’Imana igihe bunga ubumwe kuri Sinayi, Imana ikababwira iti : nimwayoboka amateka y’aya masezerano, nzobagabira igihugu aho muzobaho neza, ndabahezagira.

Uyu musi natwe bavukanyi, twemere Imana iduhe ubuzima, kandi twige kubukenguruka, tuyikengurukira no mu vyo yaduhaye nyene. Dukenguruke uwo Mutima duhabwa we Sôko ry’ubuzima. Egome cane, (suite…)

Ascension du Seigneur: la foi se fortifie lorsqu’on la donne. Donc, « allez de toutes les nations, faites des disciples. »

ascensionofjesus495Jésus est ressuscité. Avec la mort et la résurrection de Jésus, une page est tournée, celle que Luc a exposée dans son Evangile. Son second livre, les Actes des Apôtres, s’ouvre sur une période intermédiaire de 40 jours, délai symbolique qui évoque à la fois le déluge purificateur, la traversée du désert, les tentations de Jésus, le temps nécessaire pour renaitre à une nouvelle vie (l’enfant passe dans son sein maternel 40 semaines avant de naitre !). L’ascension de Jésus signifie que tout est prêt pour que commence le temps de l’Esprit et de l’Eglise et la finale de Matthieu souligne la portée ecclésiale de l’absence de Jésus. Le ressuscité proclame le pouvoir cosmique dont il a été investi par Dieu, mais pas pour en être jaloux, mais pour fonder sa mission qu’il confie à ses disciples. Il peut maintenant affirmer ce qu’il ne voulait pas quand le diable le lui proposait au désert de la tentation: « je te donnerai tous ces règnes si tu te prosternes devant moi »(Mt4,9).Tout est-il prêt pour ces disciples ? Ecoutons les lectures que nous propose la liturgie. (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :