Évangéliser les aréopages modernes.

Accueil » Vivons en Eglise

Archives de Catégorie: Vivons en Eglise

La cruche fissurée. Vie spirituelle comme modes du téléphone. Les coups de la vie…

LA CRUCHE FISSURÉE

Il était une fois un vieil homme avec deux cruches suspendues chacune à l’extrémité du bâton qu’il portait sur ses épaules.

Une des cruches avait une fissure, alors que l’autre était dans un parfait état. Lorsque le vieil homme revenait de ses longues marches de la rivière à la maison, La cruche en bon état restait pleine d’eau alors que la cruche fissurée n’en conservait que la moitié.

Pendant deux ans, le même procédé se répéta tous les jours : Le vieil homme revenait chez lui avec une cruche et demie d’eau seulement. La cruche sans défaut était évidemment toute fière du service qu’elle rendait, mais la pauvre cruche fissurée avait honte à cause de son défaut et se sentait malheureuse de ne fournir que la moitié de la portion qu’elle aurait dû.

Au bout de deux ans, au cours desquels elle croyait avoir rendu un mauvais service, la cruche fissurée parla ainsi au vieil homme :   » Je suis consciente de mes limites et j’ai honte de mon défaut qui fait que je laisse couler de l’eau pendant le parcours de retour à la maison. « 

Le vieil homme lui renvoya un sourire en disant : « As-tu déjà remarqué que ton côté du chemin est tapissé de fleurs, tandis que du côté de l’autre cruche il n’y en a aucune ? La raison en est que comme j’ai toujours su que tu avais une fissure. J’ai semé des fleurs le long de la route de ton côté.

Toi sans le savoir et sans le vouloir, tu les arroses tous les jours lors de notre retour à la maison. Pendant deux ans j’ai pu ainsi cueillir ces jolies fleurs qui embellissent notre table. Si tu n’étais pas exactement telle que tu es, je n’aurais pas pu apporter cette beauté à notre maison.

MORALITÉ : Chacun de nous a ses propres défauts. Nous devons donc accepter chacun comme il est et essayer de voir ce qu’il y a de meilleur en lui. Ne l’oubliez jamais : Nous sommes tous un peu fissurés, mais la vie sait faire des merveilles avec nos faiblesses. Nul n’est Parfait! Nous sommes des êtres interdépendants. Chacun de nous complète l’autre.Vivre avec quelqu’un, C’est vivre avec ses défauts et ses qualités. Gardez toujours votre flamme de positivité !!!

****************************************

Vie spirituelle comme téléphonique

Sur votre téléphone, il y a plusieurs modes : le mode silence, le mode vibreur et le mode sonnerie…. Nous avons besoin de ces trois modes dans notre vie chrétienne :

Nous avons besoin du mode silence.
Comment écouter Dieu, si nous ne savons pas nous taire ? Il faut bien l’avouer, le silence c’est parfois très compliqué pour nous… Mais voici à quoi la Bible nous encourage : «Garde le silence devant l’Éternel et espère en lui, ne t’irrite pas contre celui qui réussit dans ses entreprises, contre l’homme qui réalise ses méchants projets ! » (Psaumes 37.7)

Nous avons besoin du mode vibreur, c’est-à-dire de laisser en permanence au Saint-Esprit la possibilité de nous alerter intérieurement. Il est notre conseiller, le meilleur conseiller : « De même l’Esprit aussi nous vient en aide dans notre faiblesse. En effet, nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières, mais l’Esprit lui-même intercède pour nous par des soupirs que les mots ne peuvent exprimer. » (Romains 8.26)

Nous avons besoin du mode sonnerie, c’est à dire le mode prière, ce moment où nous parlons à Dieu à voix haute : « Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance. » (Ph 4.6)

Nous avons besoin d’apprendre à conjuguer ces trois modes dans notre vie de prière. En fait sur les téléphones, il existe un quatrième mode, mais celui-ci nous devons l’éviter à tout prix dans notre relation avec Dieu : c’est le mode offline (déconnecté) ! Car lorsque l’on est hors ligne, on ne peut vraiment recevoir ni passer aucun appel, aucun message, rien du tout…

Aujourd’hui et pour toujours, ne perdez pas votre connexion à Dieu par le Saint-Esprit qui vit en vous !

********************************************************************

« Ne pactise pas avec le péché « 

Quand j’étais un enfant, j’aimais jouer avec des pierres jusqu’à un jour j’ai jeté une pierre qui a tué instantanément le coq de ma mère.Je pensais que j’étais juste seul mais étonnamment, ma sœur était juste derrière moi puis elle a dit : « donnes-moi 10.000 Francs et je ne le dirai pas à maman  »
Je lui ai dit : « je n’ai pas mais s’il te plaît ne lui dis pas. Sinon elle va me battre ».

Le lendemain, maman lui a dit de faire la vaisselle et de balayer les environs, mais elle a dit: « Maman, mon frère a dit qu’il le fera ».

Puis elle est venue me dire:  »tu laves les assiettes et balaies les environs ou bien. N’oublies pas que tu as tué le coq ». Sans hésiter, j’ai lavé les assiettes et balayé l’environnement pour elle.

Le lendemain, maman lui a dit d’aller chercher de l’eau pour remplir le fût. Elle reprit: «Maman, mon frère a dit qu’il le fera  » Puis elle est venue me dire: « te rappelles tu du coq? Remplis ce fût d’eau sinon…. » C’est comme ça que j’ai puisé de l’eau pour remplir le fût.

Le même jour, dans la soirée, maman l’a envoyée au marché pour acheter des produits alimentaires, et elle a dit: « Maman, mon frère a dit qu’il ira les acheter ». Elle est venue et m’a dit:   »n’oublies pas que le coq est toujours mort, vas au marché pour faire les achats »

Je me suis juste levé et suis allé vers ma maman avec des larmes aux yeux. Je l’ai trouvée assise dans la maison, je suis allé vers elle, je me suis agenouillé et je lui ai dit en pleurant:  »Maman, je suis tellement désolé, pardonnes-moi. J’ai tué ton coq, mais ce n’était pas un acte délibéré.

S’il te plaît Maman pardonnes-moi, je suis désolé. » Puis elle répondit: «Mon fils, le jour où tu as tué le coq, j’étais à la fenêtre et j’ai observé tout ce qui s’est passé. Ta sœur a fait de toi son esclave parce que tu ne voulais pas venir m’avouer et t’excuser. Mais maintenant, tu l’as fait. Tu es libre et elle ne t’utilisera plus encore. »

MESSAGE : « Le péché te rend captif aussi longtemps que tu ne le confesses pas.» Chaque fois que nous péchons, Dieu nous voit et nos péchés font de nous des esclaves. Le moment où tu te confesses et demandes pardon, tu deviens libre. De même si nous avons des problèmes avec des gens, allons vers eux et faisons la paix. Que Dieu nous aide tous!

***************************************************************

LES COUPS DE LA VIE

Les coups les plus durs à encaisser sont ceux qu’on ne voit pas arriver. Ceux qui nous prennent par surprise. A un moment ou à un autre, la vie vous infligera un coup qui vous mettra à terre. Tu n’es pas vacciné(e) contre les chutes, tu peux toujours tomber! Ce n’est pas le bon moment pour se relancer aussitôt dans la bataille ou décider de d’abandonner la lutte. Un mari qui vous quitte, un engagement qui croule, un vœu que je brise, un enfant qui décède, un job que l’on perd de façon inopinée… sont autant de coups de poing que la vie peut nous donner.

C’est le moment où nous sommes le plus fragile sur le plan psychologique, moral et spirituel. Ne prenez pas de décision majeure en pareils temps. En fait, ne prenez jamais de décision définitive dans des situations qui peuvent être passagères, pendant qu’elles obscurcissent notre conscience et amoindrissent notre pouvoir de discernement et de décision.

Avez-vous déjà observé quelqu’un qui vient travailler le matin sans avoir suffisamment dormi la nuit ? Il n’est pas très productif. Ses capacités sont amoindries. Il en est ainsi des chocs de la vie. Reposez-vous, récupérez et vous reviendrez pus fort. Après le décès d’un enfant, certains couples ont décidé de divorcer. Incapables de vivre leur chagrin ensemble. Pour être encore plus malheureux séparés. Après une chute, quelqu’un a pensé qu’il n’était pas fait pour le vœu rompu et a quitté pour une autre vie, où il ne se trouve pas non plus a l’aise. Décision rapide.

Je me souviens d’un ami. Quelqu’un de naturellement doux, à l’âme poétique et passionné de musique qui s’est engagé à l’armée après que son amour de jeunesse l’ait quitté. Ce n’était pas sa place. Il l’a regretté toute sa vie. Pour échapper à la douleur, à la honte, nous avons parfois pris des décisions radicales. Irréversibles. La plupart de décisions prises en pareils moments sont émotionnelles. Et non rationnelles. Elles relèvent de notre orgueil qui n’accepte pas que nous sommes aussi faibles, inconstants,… En voulant noyer votre chagrin, prenez garde de ne pas noyer votre avenir avec.

Ne faites pas payer à votre avenir les erreurs de votre passé. Pierre a renié son Maître auquel il promettait fidélité indéfectible, jusqu’à pouvoir combattre et mourir pour lui. Il a trahi, s’est repenti, continua la course en confirmant ses frères dans la foi, alors qu’il était aussi faible. Judas a trahi, et a pris une décision irréversible. Ton ami, mes amis ont eu des difficultés, des incompréhensions, …et dans la précipitation, ont pris des décisions irréversibles. Est-ce que ce sont ces coups qui déterminent ta vie ou bien la façon de les affronter?

ABERANDA KAROLI LWANGA NA BAGENZIWE BAPFIRIYE IMANA (mu Bugândá)

Namugongo.pjgCharles LwangaMenya neza:
Inama y’Abepiskopi Gatorika b’Uburundi n’Urwanda (ACOREB) bahisemwo guhimbaza Umusi mukuru wa Karoli Lwanga na bagenzi be, Abamaratiri b’i Buganda, (usanzwe uhimbazwa ku wa 3 Ruheshi) ku musi w’Imana wa mbere ukurikira Imisi Mikuru y’inyuma ya Pentekoti, iyo ata wundi musi mukuru uhari.
Mu Burundi rero ejo bazohimbaza Abamaratiri b’i Buganda nk’Umusi Mukuru cane.

IGISOMWA CA MBERE

Ivyo dusoma mu gitabu ca kabiri c’Abamakabe(7, 1-2. 9-14)

Ha kurenga ku mabwirizwa ya ba Sokuru, twopfuma dupfa

Umusi umwe, abavukana indwi bafatwa kumwe na nyina wabo ; umwami Antiyokiya yashaka kubahatira ku nyama z’ingurube itegeko ribuza, abagomorerako ababakubita inkoni n’ibiboko. Umwe muri bo arabaserukira ati : « Mbe ushaka kutubaza iki ? Ha kurenga ku mabwirizwa ya ba data, twopfuma dupfa. » Uwa kabiri na we, mu gihe yariko aracikana, avuga ati : « Wa mugesera we, udukuye muri ubu buzima bw’ubu, (suite…)

Ijambo rishikirijwe n’Umwepiskopi mukuru wa Diyoseze nkuru ya Bujumbura mu gihe c’ugushikirizwa ubutumwa bwiwe i Bujumbura ku wa 5 Rusama 2018

31531212_1893462154280171_1626656002218655744_oBanyenicubahiro, Banyakwubahwa, namwe bakunzi mwese,

  1. Mw’ijambo ry’uyu munsi uri hejuru, nta kindi numva noshikiriza atari ijambo, ahakuru ry’ubukengurutsi, kumbure nkongerako intumbero n’indoto nerekeza ku butumwa Nyenubweranda Papa Fransisko yampaye muri iyi Diyoseze nkuru ya Bujumbura.
  2. Narakengurutse, ndakenguruka, kandi nzobandanya nkengurukira Imana, Yo kuva mu mwaka w’i 2000, yashimye kunsangiza kw’ibanga no ku butumwa bw’Abasubirizi b’Abatumwa, mu kundungika muri Diyoseze nziza ntazibagira ya Ngozi. None uyu munsi naho iruhiriye,  yongeye kunyizigira mu kunshinga ubutumwa muri iyi Diyoseze nkuru ya Bujumbura, iri ku mugwa mukuru w’igihugu. Ndakengurukiye cane Nyenubweranda Papa Fransisko yanshikirije ubwo butuma bujanye n’ishaka ry’Imana. Nkibwumva, nkiraba inda n’indesho, n’imyaka ngezemwo, vyaranteye akoba, mugabo  kubera ko ndi umukristu yemera,  yizigira kandi agakunda Imana,  narabwakiranye urweze,  nka rya shaka ry’Imana; ya Mana batubwira ko itanga akazi no kw’isaha y’icumi y’umuhingamo, hanyuma uwuyikundiye akaba mbere  ari we ica iherako mu guhemba neza (raba Matayo 20, 1-16) !
  3. Ndakengurukiye kandi Intumwa ya Papa mu Burundi, yo yanshikirije ubwo butumwa kandi ikandemesha. Ngakengurukira n’Abepiskopi bagenzanje, eka abasaseredoti, abihebeyimana n’abakristu balayike, ku ruhara bamwe bamwe bose bagize kugira ngo ntorerwe ubu butumwa, haba mu gisabisho bahereje Imana basaba Umwungere w’iyi Diyoseze (suite…)
%d blogueurs aiment cette page :