L'Église, fermentum des aréopages modernes.

Accueil » Vivons en Eglise » Eglise Universelle » Le Saint-Siège

Category Archives: Le Saint-Siège

La raison pour laquelle le seul futur qui mérite d’être conçu inclut tout le monde

[Sa Sainteté le Pape François Filmé à la Cité du Vatican Diffusé pour la première fois à TED2017]

Bonsoir – ou bonjour, je ne suis pas certain de l’heure qu’il est chez vous. Quelle que soit l’heure, je suis ravi de participer à votre conférence. J’aime beaucoup le titre – « The future you » – car, tout en regardant vers demain, il invite maintenant à un dialogue ouvert, à regarder l’avenir à travers soi. Votre futur Moi : l’avenir est fait de « toi », de rencontres, car la vie n’existe que dans nos relations avec les autres. Mes quelques années de vie ont renforcé ma conviction que (suite…)

Ku wa 1 Nzero 2017: Umusi Mpuzamakungu ugira uwa 50 wahariwe amahoro. Ijambo rya Papa Fransisko.

IJAMBO RYA PAPA FRANSISIKO RIJANYE N’UGUHIMBAZA UMUSI MPUZAMAKUNGU UGIRA UWA 50 WAHARIWE AMAHORO

Igenekerezo rya mbere Nzero 2017

«Ukudakoresha igikenye: Ni yo ngendo ibereye itunganywa rya politike ivyara amahoro»

Pope Francis gives his weekly general audience on February 10, 2016 at St Peter's square in Vatican. / AFP / FILIPPO MONTEFORTE

1.    Mu ntango y’uwu mwaka mushasha, nagomba nipfurize amahoro bimwe bivuye ku mutima abantu bose n’ibihugu vyose vyo kw’isi, abakuru b’ibihugu n’amareta, hamwe n’abarongoye imiryango itandukanye y’abemera Imana, be n’imice itandukanye y’amashirahamwe yitaho ineza y’abanyagihugu adaharanira ivyicaro vya politike. Ndipfurije amahoro umuntu uwo ariwe wese, yaba umugabo, yaba umugore, eka n’umwana wese. Nsaba Imana ngo agashusho duca ku Mana tukagasanga mu muntu uwo ariwe wese kadufashe kwakirana nk’ingabirano zihezagiye z’Imana zinganya iteka. Na cane cane mu bihe vy’ingwano, nitumenyere kwubahiriza  « ako gateka k’inkoramutima » , kandi dufate ingendo y’ukudakoresha igikenye nk’akaranga k’ubuzima bwacu.

Iyo ni yo ntumbero y’iri Jambo dushikirije mu guhimbaza umusi ugira uwa 50 wahariwe amahoro kw’isi. Mw’ijambo rya mbere rijanye n’uyo musi, Nyaguhimbazwa Papa Paulo wa gatandatu yarigishije abantu bose ataravye abakatolika gusa, abashikiriza amajambo atomoye avuga ati : « Biragaragara ko kw’isi vyagiye biboneka neza ko amahoro ariyo yo nyene nzira y’iterambere runtu ry’ukuri (atari uguhangana kw’ibihugu vyirata ubugabo, atari ukurondera kwiyagurira intara mu kuretesha igwano, atari mu gucinyiza abantu bagatekereza bajumarariwe ariko ata mahoro bafise ka bunyagihugu) ». Papa Paulo wa Gatandatu yagomba gukebura isi ayumvisha ko « ari agaheza kwibaza ko amatati yo kw’isi adashobora gutorerwa inyishu n’ubwenge bw’abantu biciye mu biganiro bishingiye ku mategeko n’amateka, ku butungane, ku ngingo, abantu bakirukira gusa inzira y’inguvu n’ingimba yama ivyara ubwoba n’ubwicanyi ». Mu gusubira kwibutsa ijambo uwo yasubiriye mu cicaro,Umweranda Papa  Yohani wa 23 mw’ikete yanditse yise « Pacem in Terris – Amahoro kw’isi», Papa Paulo wa Gatandatu yagomba ko hoshirwa imbere « intumbero y’amahoro n’umutima wo kuyakunda, ivyo vyose bigashingira ku kuri, ku butungane, ku mwidegemvyo wa muntu, ku rukundo » . Aya majambo aguma n’ubu afise impanuro itwega nk’uko yari ari harashize imyaka mirongo itanu.

Muri iri Jambo ndiko ndashikiriza, nagomba noganze ibijanye n’ingendo y’ukudakoresha igikenye nk’inzira nziza y’itunganywarya politike yubaka amahoro, ngasaba Imana ngo idufashe twese kuvoma kuri iryo soko ry’ukudakoresha igikenye Imana yaremeye ibwina mu mutima wacu, haba mu vyo twipfuza canke mu karangamutima twogendera, haba mu bijanye n’urukundo canke agatima ko kudakoresha igikenye biranga imigenderanire tugirana n’abandi bantu, mu migenderanire y’imirwi y’abantu canke mu migenderanire hagati y’ibihugu. Mu gihe abahohotewe bashoboye gutsinda agatima ko kwihora, ni bo baca baba abubatsi nyakuri b’ingendo yo kuremesha amahoro bidaciye mu ngimba. Kuva ku rwego rwo hasi, harya umuntu abaye, gushika ku rwego mpuzamakungu, ese ingendo yo kudakoresha igikenye yoba akaranga k’ingingo dufata, akaranga k’imigenderanire yacu n’abandi, akaranga k’indinganizo y’ivy’intwaro mu vya politike, kandi mu mice yayo yose !

Isi yaracitsemwo ibihimba

2.    Ikinjana giheze caranzwe n’ingwano zibiri zayogoje isi yose, abantu barahatikirira ; harahatswe kuba ikoreshwa ry’ibirwanisho ruhonyanganda biturira bigatongora, haraba n’izindi ngwano z’ubwoko bwinshi. Ubu naho turi mu bihe vy’ingwano y’isi yose ishingiye mu duce duce twinshi. Ni naho bigoreye kumenya niba ubu ingwano zariyongereye gusumba mu kinjana giheze, canke ko uburyo bushasha bwo gutumatumanako amakuru n’iyoroshwa ry’uburyo bwo gufata ingendo bituma tumenya n’ingonga ivy’ingwano canke bugatuma tunabimenyera nk’ibisanzwe.

Uko biba kwose, ubwo bubi bw’ingwano bufatiye ku bice bice vy’isi mu buryo budasa no ku ngero zidasa buvyara ububabare butagira ingero tubona neza : hariho ingwano mu bihugu bitandukanye vyo mu migabane y’isi, hari iterabwoba, ubugizi bwa nabi n’ibitero vy’ivyaduka vy’abitwaje ibirwanisho ataco bagera umutwe ; hari amarushwa abahunga ibihugu vyabo bacumukuriramwo, co kimwe n’abantu badandazwa nk’ibikoko ; hari ifutanywa ry’ibidukikije. None ivyo vyose biba birondera iki ? Ubwo igikenye n’ingimba birashobora gushikana kw’ihangiro ry’ivyiza birama ? Ubwo iyo nzira ntivyara riho agatima ko kwihora, abantu bakazingamira mw’ihorihori ry’ingwano z’urutavanako kandi zitikiza inganda, zungukira akarwi gatoyi k’abantu bazitungiramwo ?

Ugukoresha igikenye si wo muti w’indyane ziri muri iyi si yacitsemwo ibihimba. Kugera ingere ku yindi ngo uriko urihora abitwaza igikenye n’iyo umuntu yobishima, yomenya ko bivyara impunzi nyinshi hamwe n’ububabare butangira ingero kubera ko n’amikoro ibihugu biba bifise aherera mu kurondera ibirwanisho, ugasanga ubuzima bwa misi yose bw’abanyagihugu benshi ntibucitaweho, bwaba ubw’urwaruka, bwaba ubw’imiryango igowe na vyinshi, ubw’abageze mu za bukuru canke ubw’abarembejwe n’indwara. Mu mpera n’imperuka, usanga iyo nzira ivyara urupfu, rwaba urw’umubiri canke urw’umutima, kandi ivyo bigashikira benshi, eka mbere na twese.

Inkuru Nziza

3.    Yezu yabayeho mu gihe kitoroshe kijanye n’ukwitwaza igikenye. Yigishije avuga ko iyo ntambara iri hagati y’ukwitwaza igikenye n’ukwubaka amahoro ihera cane cane mu mutima w’umuntu : « Ni imbere, mu mutima w’umuntu, hava ivyiyumviro bibi » (Mariko 2,21). Mugabo inyishu Yezu yatanze ku bijanye n’ivyo irimwo inyigisho yubaka : Yamye yigisha adahengeshanya urukundo Imana ifise rutameze nk’urw’umudandaji, narwo rukama ruha ikaze abarutumbereye, kandi rukamana ikigongwe. Ni naho Yezu yabwira abigishwa biwe gukunda abansi babo (Matayo 5, 44),bagatega uwundi musaya ku babakubise kuri umwe (Matayo 5,39). Igihe aburije abagomba kwicisha amabuye wa mugore yafatwa asambana (Yohani 8,1-11) n’igihe muri rya joro rirongora umusi apfirako yabwira Petero ko yosubiza inkota mu rwubati (Matayo 26,52), Yezu yaraduciriye inzira yo kudakoresha igikenye, inzira yaciyemwo wenyene gushika ku musozo w’ubuzima bwiwe ku musaraba, umusaraba yaranguriyeko amahoro y’isi agatsinda urwanko (Abanyefezi 2,14-16). Ni naco gituma uwakiriye Inkuru nziza ya Yezu yemera kwitondera umutima wo gukoresha igikenye wama warika mu muntu, akemera gukizwa n’ikigongwe c’Imana. Gurtyo na we nyene aca aba igikoresho c’ugusubiza hamwe  kumwe Fransisko Mweranda w’i Asizi abivuga ati : « Amahoro iminwa yanyu imenyesha, nimuyakomeze mbere gusumba mu mitima yanyu.

Mu bihe tugezemwo, kuba vy’ukuri umutumwa wa Yezu bisigura kwemera kwakira n’ugukurikiza impanuro yiwe y’ukutagendera igikenye. Nk’uko vyashikirijwe na Papa Benedigito wa 16 nasubiriye, iyo nyigisho ya Yezu « ifatiye ku buzima bw’isi uko tububona, kuko iraraba ukuntu igikenye kigikora rwose muri ino si, hakaba akarenganyo kenshi, bigatuma umuntu atova muri ako kaga atakazanyemwo umuco w’akarusho k’urukundo, akarusho k’umutima w’ubwiza. Ako karusho kava ku Mana » . Papa Benedigito wa16 yaranashimangiye iyo nyigisho avuga ati : « Ku bakristu, uko kutitwaza igikenye si inzira yo gukoresha amayeri, ariko ni ugukomeza akarangamutima k’umuntu w’ubuntu.Ni inyifato y’umuntu yumva rwose muri we urukundo rw’Imana n’ububasha bwayo ku buryo ataba agitinya guhangara ikibi yitwaje ibirwanisho vy’urukundo n’ukuri. Gukunda umwansi kuri mu ntimatima y’intumbero nshasha Yezu yazaniye isi » . Kukaba nkako, inkuru nziza y’uko twokunda abansi (Luka 6,27) ni yo ifatwa nk’ishingiro rikuru ry’ukudakoresha igikenye ku mukristu ; si ukuvuga ko umukristu « aba yemeranye kubana n’ikibi (…), ahubwo aba yemeye kwishura ineza ikibi yagiriwe, gurtyo akaba ariko aragetagura ya mizana y’ubugizi bwa nabi » .

Inzira isumvya ubukomezi ingimba

4.    Hari abafata ukudakoresha igikenye nk’inzira y’ababuraniwe, y’abiyonjoroye canke ba ntirumveko, ariko mu vy’ukuri si uko bimeze. Igihe wa mubikira Tereza w’i Kalkutamu Buhindi aronkeye ka gashimwe mpuzamakungu bitiriye Nobel mu mwaka w’i 1979, yarasiguye neza ukuntu yumva iryo jambo ryo kudakoresha igikenye : « Mu muryango wacu, ntidukeneye amabombe n’ibirwanisho, ntidukeneye kumenagura kugira ngo tuzane amahoro. Dukeneye kuba hamwe, tugakundana (…). Kandi gurtyo ni ho tuzotsinda inabi iri kw’isi » . Kuko ubukomezi bw’ibirwanisho burimwo ikinyoma. « Mu gihe abadandaza ibirwanisho baba bari mu rundandazwa rwabo, haba hariho abaharanira amahoro baba bariko baritangira umuntu bamufasha, bagakurikiza ko uwundi, n’uwundi, n’uwundi ». Mu gihari c’abo baharanira amahoro, Mama Tereza ni ikimenyetso ciza n’ishusho ibereye yomurikira iki gihe cacu » . Mu kwezi kwa Nyakanga guheze, narahimbawe n’ukumushira mu gihari c’aberanda. Narakeje ingene yitangira bose mu « kwakira no mu gukingira ubuzima bw’umuntu uwo ari we wese, ubuzima bw’abakiri mu nda za ba nyina n’ubuzima bw’abantu bahebwe canke batawe. (…) Yaritayeho abantu baruhijwe n’ubuzima, bapfira ku mayira abantu barorera,asubira kwerekana agateka abo bantu bahawe n’Imana ; yarashikanye ijwi ryiwe ku bihangange bitwara isi, arabumvisha ko bokwemanga amabi bakora, amabi avyara ubworo buterwa n’imigambi yabo » . Mu gutorera inyishu ico kibazo – kandi muri ivyo akaba aserukira isinzi ry’abandi bantu benshi -, we yaciye ahitamwo gutumbera abo bantu baruhijwe mu buzima bwabo,abereka urukundo n’umutima w’ukubafasha, akitanga atiziganya, akavuza abakomeretse, agatenga imitima yatuntuye.
Ukutitwaza igikenye bibaye inzira umuntu yahisemwo ku bushake, kandi akayigendera adahigimanga, vyamye bivyara umwimbu mwiza abantu batangarira. Ivyiza vyashitsweko na Mahatma Gandhi hamwe na Khan Abdul Ghaffar Khan mu gushikana Ubuhindi ku kwikukira, canke Martin Luther King Jr mu kurwanya ivangura rifatiye ku moko ntibizokwibagirwa. Abagore na bo nyene birashika kenshi bakaba imboneza mu kudakoresha igikenye. Akarorero ni nka Leymah Gbowee n’abandi bagore baharurwa mu bihumbi bo mu gihugu ca Liberiya batunganije ibikorane vyo gusenga hamwe n’imyiyerekano igirwa mu gusenga kandi mu mutekano ku buryo vyashitse aho abarongozi b’igihugu bemera ibiganiro vyashoboye kurangiza ingwano ikomeye igira kabiri yo muri Liberiya.

Ntitwokwibagira kandi ikiringo c’imyaka cumi kizwi rwose kw’isi carangijwe n’isenyuka z’intwaro za gikomunista mu bihugu vya Buraya. Imiryango y’abakristu yaratanze intererano muri ico gikorwa mu gusenga bashimitse barangura n’ibindi bikorwa vy’ubutwari. Ubutumwa n’ibanga umweranda Papa Yohani Paulo wa kabiri yari ashinzwe vyaragize ico bimara kigaragara muri iryo hinduka. Iyo dusubiye kuzirikana ivyabaye mu mwaka w’i 1989 dufatiye ku nyigisho yitwa « Centesimus annus – Imyaka ijana (irarangiye hashikirijwe iyindi nyigisho yitwa « Rerum Novarum – Ibintu bishasha ») » yo mu 1991, uwo mupapa yaragaragaje ko ihinduka rishemeye mu buzima bw’abantu, bw’ibihugu n’amareta bishoboka habaye « urugamba rw’amahoro, rukoresha ibirwanisho vy’ukuri n’ubutungane » . Iyo ntambwe yo guhindura ibintu mu vyerekeye politike, abantu bagana amahoro, yashobotse kuko muri vyinshi vyakozwe habayemwo n’ibikorwa vy’abantu banse gukoresha igikenye mu gihe bariko baranka bivuye inyuma intwaro zagomba kubacuvya zitwaje igikenye, bakaba barondera mu vyashika vyose uburyo bwo gushingira intahe ukuri.Papa Yohani Paulo wa Kabiri yarangije avuga ati : « Ese abantu bokwigiraho guharanira amahoro badakoresheje igikenye ariko bagaharanira ubutungane, bakavavanura n’ukuteranya imirwi y’abantu mu ndyane baba bafise hamwe n’ingwanomu matati mpuzamakungu » .
Ekleziya yariyemeje kwama irondera uburyo buzira igikenye mu guharanira amahoro mu bihugu vyinshi, ikanasaba n’abahisemwo inzira y’ibirwanisho ngo bagire utwigoro two kwubaka amahoro ashingiye ku ngingo kandi arama.

Ukwo kwama yitaho cane cane abahohotewe mu vy’ubutungane bagasinzikarizwa n’ubuzima si iragi rya Ekleziya Katolika yonyene. Imiryango itari mike y’abemera Imana iremeza neza ko « umutima w’ikigongwe n’ukudakoresha igikenye bihambaye rwose kandi bitumbereza inzira y’ubuzima » . N’ubu nagomba nshimangire ko « ata dini na rimwe rigenzwa n’akarangamutima k’iterabwoba » . Gukoresha igikenye ni uguhumanya izina ry’Imana.  Ntitwigere ducika intege mu kubivuga : « Nta na rimwe izina ry’Imana ryoshobora kwitwazwa mu bwicanyi n’ubundi bugizi bwa nabi. Amahoro yonyene ni yo ari meranda. Amahoro yonyene ni yo ari meranda, ntabwo ari ingwano! » .

Isoko ry’indinganizo ya politike izira igikenye rihera mu rugo

5.    Ko isoko ry’ukugomba gukoresha igikenye rishingiye mu mitima y’abantu, birakenewe rero guca inzira y’ukudakoresha igikenye umuntu ahereye ubwa mbere mu ntimatima y’urugo. Iyi ni imwe mu ngingo nashingiyeko mu nyigisho nashikirije mu kwezi kwa Ntwarante kw’umwaka uheze (w’2016), mw’ikete ry’ubutumwa nise Amoris laetitia – Akanyamuneza k’urukundo, iyo nyigisho ikaba yaje isozera imyaka ibiri y’ukuzirikana kwa Ekleziya ibanga ry’ukwubaka rukristu n’ugushinga umuryango. Umuryango ni isoko rishemeye kandi ntabanduka abubakanye, abavyeyi n’abana hamwe n’abavukanyi bigiramwo kuganira n’ugufashanya, bakitanahobatarondera inyungu. Ni naho ukutumvikana canke amatati bitorerwa inyishu bidaciye mu ngimba, ariko hakaba ikiyago, ugusonerana, ukurondera ineza y’uwundi, umutima w’impuhwe n’ikigongwe.  Ni mu miryango aho ako kanyamuneza k’urukundo gahera kagaheza kagashwara isi kamurikira imice itandukanye y’abantu.  Ikindi gihambaye ni uko akarangamutima k’ubuvukanyi n’ukubana mu mahoro hagati y’abantu canke imice y’abantu bidashobora gushingira ku bwoba, ku kwitwaza igikenye, ku kuzibira amarembo ; ahubwo gashingiye ku mutima w’ibanga runtu, ku kwubahana n’ukuja inama n’ingingo mu buryo bubereye. Kubera iyo mvo, ndateye akamo ngo hakomezwe umutima wo kugabanya ibirwanisho, na cane cane guca burundu ibirwanisho vy’umuriro usasika inganda nyinshi icarimwe. Gucura ivyo birwanisho ngo utere ubwoba butuma wikingira hamwe n’ugushaka kwitanga abansi mu guhonya abandi ntibijanye n’akarangamutima runtu  . Ni muri uwo mwitwarariko nyene nsavye ntakamba ngo ihohoterwa rikorerwa mu miryango hamwe n’amabi akorerwa abagore n’abana bihere burundu.

Ihimbazwa rya Yubile y’ikigongwe twarangije mu kwezi kwa munyonyo mu mwaka w’2016 ryadusigaranye ubutumire bwo kwama twerekeje amaso ku ntimatima y’umutima wacu kugira ngo tureke ikigongwe c’Imana kihagerere vy’ukuri. Umwaka wa Yubile waradufashije gutahura ingene hari abantu benshi n’imice y’abantu myinshi bagifatwa nk’agaciye aho ataco kamaze, bakabaho ata butungane bubakingiye, bagahohoterwa. Abo bantu nabo nyene bagize « umuryango umwe » natwe. Ni basaza bacu na bashiki bacu. Ni na co gituma indinganizo z’ivya politike zishingiye ku kudakoresha igikenye zitegerezwa kubanza kwubakirwa mu ngo gushika zikwire ahari imiryango y’abantu hose. « Akarorero ka Tereza mweranda w’i Lisieux (mu Bufaransa)  karatwigisha kugendera inzira y’ukwicisha bugufi iranga urukundo, ntidutakaze akaryo na kamwe tworonka ko gushikiriza akajambo karimwo urukundo, ukumwenyurira uwundi, eka kugira inyifato iyo ari yo yose ivyara amahoro n’ubugenzi. Ikibanokibereye abantu bose usanga kigizwe n’inyifato isanzwe ya misi yose ituma twirinda umutima wo gukoresha igikenye, wo kurya imitsi abandi be no kwikunda gusa » .

Ubutumire ntanze

6.    Kwubaka amahoro umuntu aremesheje inzira izira igikenye ni ikintu gihambaye kandi kijanye neza n’utwigoro twamahoEkleziya yama ihimiriza ngo hirindwe ugukoresha inguvu aho kwubakira ku karangamutima runtu. Ni na ho Ekleziya ivoma mu ntererano itanga mu bikorwa vy’amashirahamwe mpuzamakungu hamwe no mu bikorwa vy’abakristu aho bari hose mw’itunganywa ry’amateka n’amategeko y’ibihugu vyose. Yezu we nyene ni we aduha intumbero ngenderwako y’indinganizo yo kuremesha amahoro muri ya nyigisho yatangira ku musozi agitangura kwigisha icese. Bwa buhirwe umunani yaherako muri iyo nyigisho (Matayo 5,3-10) burerekana neza agatima karanga umuntu twokwemeza ko ahiriwe, ko ari intungane, ko ari umuntu arangwa n’ubuntu bw’Imana. Yezu yagize ati « Hahiriwe abitonda, abagirira ubuntu abandi, abaremesha amahoro, abari n’umutima mwiza, abashonje n’abanyotewe ubutungane ».
Iyo nyigisho itegerezwa kuronka indinganizo iyishira mu ngiro, kandi isaba ubutwari ku barongozi mu vya politike  no mu vy’amashengero, ku barongoye inzego z’amashirahamwe mpuzamakungu, ku barongoye amashirahamwe ayo ari yo yose, ku binyamakuru vyo kw’isi yose. Bategerezwa gutuma uyu mutima w’ubu buhirwe Yezu ashikirije ubanyengetera mu buryo bategeka abo bajejwe n’ukuntu batunganya ivyo bajejwe. Harimwo igikorwa gikomeye kijanye n’ukwubaka imiryango y’abantu, imibano y’abantu hamwe n’ayandi mashirahamwe mu buryo bwerekana ko ari abubatsi b’amahoro. Bategerezwa kugendera umutima w’ikigongwe mu kwirinda gukumira abantu usanga bacitse ba ruhebwa, mu kwirinda kwonona ibidukikije canke mu gushaka intsinzi ziciye  mu buryo ubwo ari bwo bwose. Ibi bisaba kwakira umutima wo « kwemera ko haba amatati, mugabo agatorerwa inyishu mu buryo butuma haboneka akarusho gatambutsa abantu kakabageza ku yindi ntambwe nziza » . Kwemera iyo ngendo bisaba guhitamwo kugendera umutima wo gufashanya nk’umushinge wo kwubaka isi irangwa n’umuvukano mu bantu. Ukutagendera igikenye birerekana vy’ukuri ko ubumwe burimwo inguvu n’ingabirano zubaka gusumba ingwano. Ibintu vyose kw’isi ni urufatangane . Ni ko birashoboka ko ubudasa butuma haba amatati : Ariko nitwemere tuyahangare turondera kwubaka kandi tudakoresheje igikenye, ku buryo « imishamirano n’amatati bidushikana ku mwumvikano no ku bumwe busumbirije mu mice myinshi, ubumwe butuvyarira ubuzima bushasha », kandi tugumanye « ivyiza vyari muri bwa budasa bwatumye haba amatati ».

Ndabizeje rero ko Ekleziya izokwama ishigikiye imigambi yose irondera kwubaka n’ukuremesha amahoro, kandi izonakoresha uburyobuzira gukoresha igikenye ariko ikaburonderera n’inzira nshasha. Kuri iri genekerezo rya mbere Nzero umwaka w’i 2017, haciye hanavuka ibiro bishasha bigize igisata twita « Dicastère » bishinzwe ubutumwa bw’iterambere runtu ryuzuye, bizofasha Ekleziya kubandanya yitaho ku rugero rubereye « ivyiza ntangere vy’ubutungane, vy’amahoro n’ugutunga neza ibiremwa Imana yaturagije », maze ivyo biro birangwe n’umutima wo gufasha abata izabo n’ibihugu vyabo, « abantu bari mu bukene ntangere, abarwaye n’abakumiriwe, abantu bacibwa bakigizwa kure, abaguweko n’amarushwa y’ingwano canke ibindi biza vy’ivyaduka, abagorewe mu mabohero, abatagira akazi, eka n’abandi bantu bose bafatwa nk’abaja canke bagahohoterwa mu buzima bwabo » . Igikorwa cose kizoba kiri muri iyo ntumbero, naho coba ari gito cane, kizoba ari intererano mu kwubaka isi izira igikenye, ikaba ari intambwe ya mbere iganisha ku butungane n’amahoro.

Mu kurangiza

7.    Nk’uko Ekleziya yamye ibigenza, nshize umukono kuri rino Jambo ku wa 8 Kigarama, umusi mukuru w’isamwa ata gicumuro ry’Umuvyeyi Bikira Mariya. Mariya ni we mwamikazi w’amahoro. Igihe yibarukiye umwana wiwe, abamarayika baraninahaje Imana bipfuza ko amahoro yoshwara isi ku bantu barangwa n’ugushaka gutumbereye (Luka 2,14). Dusabe Bikira Mariya atubere umurongozi.
« Twese dushaka amahoro ; abantu benshi bari ku kivi bayubaka imisi yose mu dukorwa twabo twa misi yose ; hari benshi bikoreye ububabare kandi bakaburinda mu bwitonzi barondera ico boterera mu kuremesha amahoro ». Muri uyu mwaka w’i 2017, ni twiyemeze, mu gisabisho cacu no mu bikorwa vyacu, ko tugiye kuba abantu batujije mu mitima yabo, mu majambo bavuga no mu nyifato bagira ico cose kijanye no kwitwaza igikenye ; twiyemeze kwubaka imibano izira kugendera igikenye, ahubwo twubake imibano iduza inzu idukingira twese. « Nta kidashoboka twituye Imana mu gisabisho. Twese turashobora kuba abakozi baremesha amahoro » .

Bigiriwe i Vatikano, ku wa 8 kigarama 2016

Fransisiko

Vyahinduwe mu kirundi n’Ibiro bishinzwe ukumenyesha Inkuru Nziza mu Burundi
Isôko: www.eglisecatholique.bi

Sur le diaconat des femmes et des femmes consacrées. Voici ce qu’a dit le Pape François.

imageEn ces derniers jours, les medias et les réseaux sociaux se sont enflammés à propos de ce le Pape aurait déjà affirmé ouvrir la voie du Diaconat permanent aux femmes, et aux femmes consacrées. Il répondait aux questions des soeurs Supérieures Majeures qui sont réunies à Rome pour leur assemblée mondiale.

Voici donc la question qui a été posée et la réponse du Pape. La question et la réponse en langue originale de l’entretien (l’italien) sont reportées à la fin de ce texte. Je dois ajouter que les mots entre parenthèse ont été ajoutés pour une meilleure compréhension par l’auteur-traducteur.

La question:
Les femmes consacrées travaillent déjà beaucoup avec les pauvres, les marginalisés, elles enseignent la catéchèse, accompagnent les malades et les moribonds, distribuent la communion, (et) dans beaucoup de pays président des prières de la communauté en l’absence des prêtres et en ces circonstances, prononcent (font) l’homélie. Dans l’Eglise, il existe l’office des diacres permanents, mais il est ouvert seulement aux hommes, mariés ou pas. Qu’est-ce qui empêche à l’Eglise d’inclure les femmes parmi les diacres permanents, comme il en était dans l’Eglise primitive? Pourquoi ne pas constituer une commission officielle qui puisse étudier la question ? Pouvez-nous nous donner d’exemple où vous voyez la possibilité d’une meilleure insertion des femmes et des femmes consacrées dans la vie de l’Eglise?

La réponse du Pape François
Cette question va dans le sens du « faire »: les femmes consacrées travaillent déjà beaucoup avec les pauvres, font beaucoup de choses….dans le « faire » ( vie pratique, active). Et ceci concerne le problème du diaconat permanent. Quelqu’un pourra dire que les « diaconesses permanentes », dans la vie de l’Eglise, sont des belles-mères (le Pape rit, tous rient). En effet, cela existait dans l’antiquité. C’était au début… Je me rappelle que c’était un thème qui m’intéressait suffisamment quand je venais pour des réunions à Rome, et que je logeais au Domus Paul VI. Il y avait, là, un théologien syrien, brave, qui a fait l’édition critique et la traduction des hymnes de Saint Ephrem, le Syrien. Et un jour, je lui ai posé des questions sur ce sujet, et lui m’a expliqué qu’il y avait des diaconesses dans les premiers temps de l’Eglise.

Mais, qui sont (étaient) ces diaconesses? Étaient-elles ordonnées ou pas? Le Concile de Chalcédoine (451) en parle mais c’est obscur. Quel était le rôle de diaconesses en ces temps-là ?
Il semble -me disait cet homme, qui est mort maintenant, il était un brave professeur, sage et érudit- il semble que le rôle des diaconesses était celui d’aider au moment du baptême des femmes par immersion, elles les baptisaient, pour le décor ainsi que pour les onctions sur le corps des femmes pendant le baptême.

Il y a aussi une chose curieuse : en cas d’un procès matrimonial, quand le mari frappait la femme et que celle-ci allait se plaindre chez l’Evêque, les diaconesses étaient chargées de constater les traces des coups du mari sur le corps de la femme et d’en informer l’Evêque. C’est cela que je me rappelle.

Il existe quelques publications sur le diaconat (des femmes) dans l’Eglise, mais ce n’est pas clair comment cela était. Je pense demander que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi pour me fasse une note à propos des études déjà faites sur ce thème, puisque je vous ai répondu en me basant seulement sur ce que j’ai entendu de ce prêtre qui était un chercheur érudit et valide, sur le diaconat permanent.

En outre, je voudrais constituer une commission officielle pour étudier la question: je pense que cela fera beaucoup de bien à l’Eglise; je suis d’accord, j’en parlerai pour faire une chose du genre.

Et puis vous dites: « nous sommes d’accord avec vous, Saint-Père, (comme) vous êtes revenu plusieurs fois sur le rôle plus incisif des femmes dans les organes de décisions de l’Eglise ». Ceci est clair. « Pouvez-vous nous donner quelques exemples où vous voyez la possibilité d’une meilleure insertion des femmes et des femmes consacrées dans la vie de l’Eglise? »

Je dirai une chose après parce que j’ai vu qu’il y a une question générale. Les consacrées doivent être présentes dans les consultations de la Congrégation pour les Religieux, dans les assemblées: cela est sûr. Les consacrées doivent participer aux consultations sur beaucoup de problèmes qui sont relevés. Pour le moment, il ne me vient pas en tête des choses concrètes, mais toujours ce que j’ai dit avant: il faut chercher (à avoir) le jugement de la femme consacrée, puisque la femme voit les choses avec une originalité différente de celle des hommes et cela enrichit: que ce soit dans les consultations, dans la décision et dans le concret.

Ces activités que vous faites avec les pauvres, les marginalisés, l’enseignement de la catéchèse, accompagner les malades et les moribonds, ces travaux sont hautement « maternels », (c’est) là où la maternité de l’Eglise peut s’exprimer (se manifester) de plus. Mais il y a (aussi) des hommes qui font de même et qui le font bien: les consacrés, les ordres hospitaliers,… Et cela est important.

Donc, sur le diaconat, je (l’) accepte et une commission me semble utile pour bien clarifier cela, surtout en ce qui concerne les premiers temps de l’Eglise. Quant à une meilleure insertion, je répète ce que j’ai dit avant.

Voici l’original de l’entretien.

DOMANDA – Le donne consacrate lavorano già tanto con i poveri e con gli emarginati, insegnano la catechesi, accompagnano i malati e i moribondi, distribuiscono la comunione, in molti Paesi guidano le preghiere comuni in assenza di sacerdoti e in quelle circostanze pronunciano l’ omelia.

Nella Chiesa c’ è l’ ufficio del diaconato permanente, ma è aperto solo agli uomini, sposati e non. Cosa impedisce alla Chiesa di includere le donne tra i diaconi permanenti, proprio come è successo nella Chiesa primitiva? Perché non costituire una commissione ufficiale che possa studiare la questione? Ci può fare qualche esempio di dove Lei vede la possibilità di un migliore inserimento delle donne e delle donne consacrate nella vita della Chiesa?

La risposta di papa Francesco
Questa domanda va nel senso del “fare”: le donne consacrate lavorano già tanto con i poveri, fanno tante cose… nel “fare”. E tocca il problema del diaconato permanente. Qualcuno potrà dire che le “diaconesse permanenti” nella vita della Chiesa sono le suocere [ride, ridono]. In effetti questo c’ è nell’ antichità: c’ era un inizio… Io ricordo che era un tema che mi interessava abbastanza quando venivo a Roma per le riunioni, e alloggiavo alla Domus Paolo VI; lì c’ era un teologo siriano, bravo, che ha fatto l’ edizione critica e la traduzione degli Inni di Efrem il Siro. E un giorno gli ho domandato su questo, e lui mi ha spiegato che nei primi tempi della Chiesa c’ erano alcune “diaconesse”.

Ma che cosa sono queste diaconesse? Avevano l’ ordinazione o no? Ne parla il Concilio di Calcedonia (451), ma è un po’ oscuro. Qual era il ruolo delle diaconesse in quei tempi? Sembra – mi diceva quell’ uomo, che è morto, era un bravo professore, saggio, erudito – sembra che il ruolo delle diaconesse fosse per aiutare nel battesimo delle donne, l’ immersione, le battezzavano loro, per il decoro, anche per fare le unzioni sul corpo delle donne, nel battesimo. E anche una cosa curiosa: quando c’ era un giudizio matrimoniale perché il marito picchiava la moglie e questa andava dal vescovo a lamentarsi, le diaconesse erano le incaricate di vedere i lividi lasciati sul corpo della donna dalle percosse del marito e informare il vescovo. Questo, ricordo. Ci sono alcune pubblicazioni sul diaconato nella Chiesa, ma non è chiaro come fosse stato.

Credo che chiederò alla Congregazione per la Dottrina della Fede che mi riferiscano circa gli studi su questo tema, perché io vi ho risposto soltanto in base a quello che avevo sentito da questo sacerdote che era un ricercatore erudito e valido, sul diaconato permanente. E inoltre vorrei costituire una commissione ufficiale che possa studiare la questione: credo che farà bene alla Chiesa chiarire questo punto; sono d’ accordo, e parlerò per fare una cosa di questo genere. Poi dite: “Siamo d’ accordo con lei, Santo Padre, che ha più volte riportato la necessità di un ruolo più incisivo delle donne nelle posizioni decisionali nella Chiesa”. Questo è chiaro. “Ci può fare qualche esempio di dove Lei vede la possibilità di un migliore inserimento delle donne e delle donne consacrate nella vita della Chiesa?”.
Dirò una cosa che viene dopo, perché ho visto che c’ è una domanda generale. Nelle consultazioni della Congregazione per i religiosi, nelle assemblee, le consacrate devono andare: questo è sicuro. Nelle consultazioni sui tanti problemi che vengono presentati, le consacrate devono andare. Un’ altra cosa: un migliore inserimento. Al momento non mi vengono in mente cose concrete, ma sempre quello che ho detto prima: cercare il giudizio della donna consacrata, perché la donna vede le cose con una originalità diversa da quella degli uomini, e questo arricchisce: sia nella consultazione, sia nella decisione, sia nella concretezza. Questi lavori che voi fate con i poveri, gli emarginati, insegnare la catechesi, accompagnare i malati e i moribondi, sono lavori molti “materni”, dove la maternità della Chiesa si può esprimere di più. Ma ci sono uomini che fanno lo stesso, e bene: consacrati, ordini ospedalieri… E questo è importante. Dunque, sul diaconato, sì, accetto e mi sembra utile una commissione che chiarisca bene questo, soprattutto riguardo ai primi tempi della Chiesa. Riguardo a un migliore inserimento, ripeto quello che ho detto prima

 

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS AU PARLEMENT EUROPÉEN

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Vice-présidents,
Honorables Députés Européens,
Personnes qui travaillent à des titres divers dans cet hémicycle,
Chers amis,

Le Pape au Parlement Europeen (Photo AFP)

Le Pape au Parlement Europeen (Photo AFP)

Je vous remercie pour l’invitation à prendre la parole devant cette institution fondamentale de la vie de l’Union Européenne, et pour l’opportunité qui m’est offerte de m’adresser, à travers vous, à plus de cinq cents millions de citoyens des 28 pays membres que vous représentez. Je désire exprimer une gratitude particulière à vous, Monsieur le Président du Parlement, pour les paroles cordiales de bienvenue que vous m’avez adressées, au nom de tous les membres de l’Assemblée.

Ma visite a lieu plus d’un quart de siècle après celle accomplie par le Pape Jean Paul II. Beaucoup de choses ont changé depuis lors, en Europe et dans le monde entier. Les blocs opposés qui divisaient alors le continent en deux n’existent plus, et le désir que « l’Europe, se donnant souverainement des institutions libres, puisse un jour se déployer aux dimensions que lui ont données la géographie et plus encore l’histoire »[1], se réalise lentement.

À côté d’une Union Européenne plus grande, il y a aussi un monde plus complexe, et en fort mouvement. Un monde toujours plus interconnecté et globalisé, et donc de moins en moins « eurocentrique ». À une Union plus étendue, plus influente, semble cependant s’adjoindre l’image d’une Europe un peu vieillie et comprimée, qui tend à se sentir moins protagoniste dans un contexte qui la regarde souvent avec distance, méfiance, et parfois avec suspicion.

En m’adressant à vous aujourd’hui, à partir de ma vocation de pasteur, je désire adresser à tous les citoyens européens un message d’espérance et d’encouragement.

Un message d’espérance fondé sur la confiance que les difficultés peuvent devenir des promotrices puissantes d’unité, pour vaincre toutes les peurs que l’Europe – avec le monde entier – est en train de traverser. L’espérance dans le Seigneur qui transforme le mal en bien, et la mort en vie.

Encouragement pour revenir à la ferme conviction des Pères fondateurs de l’Union Européenne, qui ont souhaité un avenir fondé sur la capacité de travailler ensemble afin de dépasser les divisions, et favoriser la paix et la communion entre tous les peuples du continent. Au centre de cet ambitieux projet politique il y avait la confiance en l’homme, non pas tant comme citoyen, ni comme sujet économique, mais en l’homme comme personne dotée d’une dignité transcendante.

Je tiens avant tout à souligner le lien étroit qui existe entre ces deux paroles : « dignité » et « transcendante ».

La « dignité » est une parole-clé qui a caractérisé la reprise du second après guerre. Notre histoire récente se caractérise par l’indubitable centralité de la promotion de la dignité humaine contre les violences multiples et les discriminations qui, même en Europe, n’ont pas manqué dans le cours des siècles. La perception de l’importance des droits humains naît justement comme aboutissement d’un long chemin, fait de multiples souffrances et sacrifices, qui a contribué à former la conscience du caractère précieux, de l’unicité qu’on ne peut répéter de toute personne humaine individuelle. Cette conscience culturelle trouve son fondement, non seulement dans les évènements de l’histoire, mais surtout dans la pensée européenne, caractérisée par une riche rencontre, dont les nombreuses sources lointaines proviennent « de la Grèce et de Rome, de fonds celtes, germaniques et slaves, et du christianisme qui l’a profondément pétrie»[2], donnant lieu justement au concept de « personne ».

Aujourd’hui, la promotion des droits humains joue un rôle central dans l’engagement de l’Union Européenne, en vue de favoriser la dignité de la personne, en son sein comme dans ses rapports avec les autres pays. Il s’agit d’un engagement important et admirable, puisque trop de situations subsistent encore dans lesquelles les êtres humains sont traités comme des objets dont on peut programmer la conception, la configuration et l’utilité, et qui ensuite peuvent être jetés quand ils ne servent plus, parce qu’ils deviennent faibles, malades ou vieux.

Quelle dignité existe vraiment, quand manque la possibilité d’exprimer librement sa pensée ou de professer sans contrainte sa foi religieuse ? Quelle dignité est possible, sans un cadre juridique clair, qui limite le domaine de la force et qui fasse prévaloir la loi sur la tyrannie du pouvoir ? Quelle dignité peut jamais avoir un homme ou une femme qui fait l’objet de toute sorte de discriminations ? Quelle dignité pourra jamais avoir une personne qui n’a pas de nourriture ou le minimum nécessaire pour vivre et, pire encore, qui n’a pas le travail qui l’oint de dignité ?

Promouvoir la dignité de la personne signifie reconnaître qu’elle possède des droits inaliénables dont elle ne peut être privée au gré de certains, et encore moins au bénéfice d’intérêts économiques.

Mais il convient de faire attention pour ne pas tomber dans des équivoques qui peuvent naître d’un malentendu sur le concept de droits humains et de leur abus paradoxal. Il y a en effet aujourd’hui la tendance à une revendication toujours plus grande des droits individuels – je suis tenté de dire individualistes –, qui cache une conception de la personne humaine détachée de tout contexte social et anthropologique, presque comme une « monade » (μονάς), toujours plus insensible aux autres « monades » présentes autour de soi. Au concept de droit, celui – aussi essentiel et complémentaire – de devoir, ne semble plus associé, de sorte qu’on finit par affirmer les droits individuels sans tenir compte que tout être humain est lié à un contexte social dans lequel ses droits et devoirs sont connexes à ceux des autres et au bien commun de la société elle-même.

Par conséquent je considère qu’il est plus que jamais vital d’approfondir aujourd’hui une culture des droits humains qui puisse sagement relier la dimension individuelle, ou mieux, personnelle, à celle de bien commun, de ce « nous-tous » formé d’individus, de familles et de groupes intermédiaires qui s’unissent en communauté sociale[3]. En effet, si le droit de chacun n’est pas harmonieusement ordonné au bien plus grand, il finit par se concevoir comme sans limites et, par conséquent, devenir source de conflits et de violences.

Parler de la dignité transcendante de l’homme signifie donc faire appel à sa nature, à sa capacité innée de distinguer le bien du mal, à cette « boussole » inscrite dans nos cœurs et que Dieu a imprimée dans l’univers créé[4] ; cela signifie surtout de regarder l’homme non pas comme un absolu, mais comme un être relationnel. Une des maladies que je vois la plus répandue aujourd’hui en Europe est la solitude, précisément de celui qui est privé de liens. On la voit particulièrement chez les personnes âgées, souvent abandonnées à leur destin, comme aussi chez les jeunes privés de points de référence et d’opportunités pour l’avenir ; on la voit chez les nombreux pauvres qui peuplent nos villes ; on la voit dans le regard perdu des migrants qui sont venus ici en recherche d’un avenir meilleur.

Cette solitude a été ensuite accentuée par la crise économique, dont les effets perdurent encore, avec des conséquences dramatiques du point de vue social. On peut constater qu’au cours des dernières années, à côté du processus d’élargissement de l’Union Européenne, s’est accrue la méfiance des citoyens vis-à-vis des institutions considérées comme distantes, occupées à établir des règles perçues comme éloignées de la sensibilité des peuples particuliers, sinon complètement nuisibles. D’un peu partout on a une impression générale de fatigue, de vieillissement, d’une Europe grand-mère et non plus féconde et vivante. Par conséquent, les grands idéaux qui ont inspiré l’Europe semblent avoir perdu leur force attractive, en faveur de la technique bureaucratique de ses institutions.

À cela s’ajoutent des styles de vie un peu égoïstes, caractérisés par une opulence désormais insoutenable et souvent indifférente au monde environnant, surtout aux plus pauvres. On constate avec regret une prévalence des questions techniques et économiques au centre du débat politique, au détriment d’une authentique orientation anthropologique[5]. L’être humain risque d’être réduit à un simple engrenage d’un mécanisme qui le traite à la manière d’un bien de consommation à utiliser, de sorte que – nous le remarquons malheureusement souvent – lorsque la vie n’est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme elle est éliminée sans trop de scrupule, comme dans le cas des malades, des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées et sans soin, ou des enfants tués avant de naître.

C’est une grande méprise qui advient « quand l’absolutisation de la technique prévaut »[6], ce qui finit par produire « une confusion entre la fin et moyens »[7]. Résultat inévitable de la « culture du déchet » et de la « mentalité de consommation exagérée ». Au contraire, affirmer la dignité de la personne c’est reconnaître le caractère précieux de la vie humaine, qui nous est donnée gratuitement et qui ne peut, pour cette raison, être objet d’échange ou de commerce. Dans votre vocation de parlementaires, vous êtes aussi appelés à une grande mission, bien qu’elle puisse sembler inutile : prendre soin de la fragilité, de la fragilité des peuples et des personnes. Prendre soin de la fragilité veut dire force et tendresse, lutte et fécondité, au milieu d’un modèle fonctionnaliste et privatisé qui conduit inexorablement à la « culture du déchet ». Prendre soin de la fragilité de la personne et des peuples signifie garder la mémoire et l’espérance ; signifie prendre en charge la personne présente dans sa situation la plus marginale et angoissante et être capable de l’oindre de dignité[8].

Comment donc redonner espérance en l’avenir, de sorte que, à partir des jeunes générations, on retrouve la confiance afin de poursuivre le grand idéal d’une Europe unie et en paix, créative et entreprenante, respectueuse des droits et consciente de ses devoirs ?

Pour répondre à cette question, permettez-moi de recourir à une image. Une des fresques les plus célèbres de Raphaël qui se trouvent au Vatican représente la dite École d’Athènes. Au centre se trouvent Platon et Aristote. Le premier a le doigt qui pointe vers le haut, vers le monde des idées, nous pourrions dire vers le ciel ; le second tend la main en avant, vers celui qui regarde, vers la terre, la réalité concrète. Cela me parait être une image qui décrit bien l’Europe et son histoire, faite de la rencontre continuelle entre le ciel et la terre, où le ciel indique l’ouverture à la transcendance, à Dieu, qui a depuis toujours caractérisé l’homme européen, et la terre qui représente sa capacité pratique et concrète à affronter les situations et les problèmes.

L’avenir de l’Europe dépend de la redécouverte du lien vital et inséparable entre ces deux éléments. Une Europe qui n’a plus la capacité de s’ouvrir à la dimension transcendante de la vie est une Europe qui lentement risque de perdre son âme, ainsi que cet « esprit humaniste » qu’elle aime et défend cependant.

Précisément à partir de la nécessité d’une ouverture au transcendant, je veux affirmer la centralité de la personne humaine, qui se trouve autrement à la merci des modes et des pouvoirs du moment. En ce sens j’estime fondamental, non seulement le patrimoine que le christianisme a laissé dans le passé pour la formation socioculturelle du continent, mais surtout la contribution qu’il veut donner, aujourd’hui et dans l’avenir, à sa croissance. Cette contribution n’est pas un danger pour la laïcité des États ni pour l’indépendance des institutions de l’Union, mais au contraire un enrichissement. Les idéaux qui l’ont formée dès l’origine le montrent bien: la paix, la subsidiarité et la solidarité réciproque, un humanisme centré sur le respect de la dignité de la personne.

Je désire donc renouveler la disponibilité du Saint Siège et de l’Église catholique – à travers la Commission des Conférences Épiscopales Européennes (COMECE) – pour entretenir un dialogue profitable, ouvert et transparent avec les institutions de l’Union Européenne. De même, je suis convaincu qu’une Europe capable de mettre à profit ses propres racines religieuses, sachant en recueillir la richesse et les potentialités, peut être plus facilement immunisée contre les nombreux extrémismes qui déferlent dans le monde d’aujourd’hui, et aussi contre le grand vide d’idées auquel nous assistons en Occident, parce que « c’est l’oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence »[9].

Nous ne pouvons pas ici ne pas rappeler les nombreuses injustices et persécutions qui frappent quotidiennement les minorités religieuses, en particulier chrétiennes, en divers endroits du monde. Des communautés et des personnes sont l’objet de violences barbares : chassées de leurs maisons et de leurs patries ; vendues comme esclaves ; tuées, décapitées, crucifiées et brulées vives, sous le silence honteux et complice de beaucoup.

La devise de l’Union Européenne est Unité dans la diversité, mais l’unité ne signifie pas uniformité politique, économique, culturelle ou de pensée. En réalité, toute unité authentique vit de la richesse des diversités qui la composent : comme une famille qui est d’autant plus unie que chacun des siens peut être, sans crainte, davantage soi-même. Dans ce sens, j’estime que l’Europe est une famille des peuples, lesquels pourront sentir les institutions de l’Union proches dans la mesure où elles sauront sagement conjuguer l’idéal de l’unité à laquelle on aspire, à la diversité propre de chacun, valorisant les traditions particulières, prenant conscience de son histoire et de ses racines, se libérant de nombreuses manipulations et phobies. Mettre au centre la personne humaine signifie avant tout faire en sorte qu’elle exprime librement son visage et sa créativité, au niveau des individus comme au niveau des peuples.

D’autre part, les particularités de chacun constituent une richesse authentique dans la mesure où elles sont mises au service de tous. Il faut toujours se souvenir de l’architecture propre de l’Union Européenne, basée sur les principes de solidarité et de subsidiarité, de sorte que l’aide mutuelle prévale, et que l’on puisse marcher dans la confiance réciproque.

Dans cette dynamique d’unité-particularité, se pose à vous, Mesdames et Messieurs les Eurodéputés, l’exigence de maintenir vivante la démocratie, la démocratie des peuples d’Europe. Il est connu qu’une conception uniformisante de la mondialité touche la vitalité du système démocratique, affaiblissant le débat riche, fécond et constructif des organisations et des partis politiques entre eux.

On court ainsi le risque de vivre dans le règne de l’idée, de la seule parole, de l’image, du sophisme… et de finir par confondre la réalité de la démocratie avec un nouveau nominalisme politique. Maintenir vivante la démocratie en Europe demande d’éviter les « manières globalisantes » de diluer la réalité : les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les fondamentalismes anhistoriques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse[10].

Maintenir vivante la réalité des démocraties est un défi de ce moment historique, en évitant que leur force réelle – force politique expressive des peuples – soit écartée face à la pression d’intérêts multinationaux non universels, qui les fragilisent et les transforment en systèmes uniformisés de pouvoir financier au service d’empires inconnus. C’est un défi qu’aujourd’hui l’histoire vous lance.

Donner espérance à l’Europe ne signifie pas seulement reconnaître la centralité de la personne humaine, mais implique aussi d’en favoriser les capacités. Il s’agit donc d’y investir ainsi que dans les domaines où ses talents se forment et portent du fruit. Le premier domaine est surement celui de l’éducation, à partir de la famille, cellule fondamentale et élément précieux de toute société. La famille unie, féconde et indissoluble porte avec elle les éléments fondamentaux  pour donner espérance à l’avenir. Sans cette solidité, on finit par construire sur le sable, avec de graves conséquences sociales. D’autre part, souligner l’importance de la famille non seulement aide à donner des perspectives et l’espérance aux nouvelles générations, mais aussi aux nombreuses personnes âgées, souvent contraintes à vivre dans des conditions de solitude et d’abandon parce qu’il n’y a plus la chaleur d’un foyer familial en mesure de les accompagner et de les soutenir.

À côté de la famille, il y a les institutions éducatives : écoles et universités. L’éducation ne peut se limiter à fournir un ensemble de connaissances techniques, mais elle doit favoriser le processus plus complexe de croissance de la personne humaine dans sa totalité. Les jeunes d’aujourd’hui demandent à pouvoir avoir une formation adéquate et complète pour regarder l’avenir avec espérance, plutôt qu’avec désillusion. Ensuite, les potentialités créatives de l’Europe dans divers domaines de la recherche scientifique, dont certains ne sont pas encore complètement explorés, sont nombreuses. Il suffit de penser par exemple aux sources alternatives d’énergie, dont le développement servirait beaucoup à la protection de l’environnement.

L’Europe a toujours été en première ligne dans un louable engagement en faveur de l’écologie. Notre terre a en effet besoin de soins continus et d’attentions ; chacun a une responsabilité personnelle dans la protection de la création, don précieux que Dieu a mis entre les mains des hommes. Cela signifie, d’une part, que la nature est à notre disposition, que nous pouvons en jouir et en faire un bon usage ; mais, d’autre part, cela signifie que nous n’en sommes pas les propriétaires. Gardiens, mais non propriétaires. Par conséquent, nous devons l’aimer et la respecter, tandis qu’« au contraire, nous sommes souvent guidés par l’orgueil de dominer, de posséder, de manipuler, d’exploiter; nous ne la “gardons” pas, nous ne la respectons pas, nous ne la considérons pas comme un don gratuit dont il faut prendre soin»[11]. Respecter l’environnement signifie cependant non seulement se limiter à éviter de le défigurer, mais aussi l’utiliser pour le bien. Je pense surtout au secteur agricole, appelé à donner soutien et nourriture à l’homme. On ne peut tolérer que des millions de personnes dans le monde meurent de faim, tandis que des tonnes de denrées alimentaires sont jetées chaque jour de nos tables. En outre, respecter la nature, nous rappelle que l’homme lui-même en est une partie fondamentale. À côté d’une écologie environnementale, il faut donc une écologie humaine, faite du respect de la personne, que j’ai voulu rappeler aujourd’hui en m’adressant à vous.

Le deuxième domaine dans lequel fleurissent les talents de la personne humaine, c’est le travail. Il est temps de favoriser les politiques de l’emploi, mais il est surtout nécessaire de redonner la dignité au travail, en garantissant aussi d’adéquates conditions pour sa réalisation. Cela implique, d’une part, de repérer de nouvelles manières de conjuguer la flexibilité du marché avec les nécessités de stabilité et de certitude des perspectives d’emploi, indispensables pour le développement humain des travailleurs ; d’autre part, cela signifie favoriser un contexte social adéquat, qui ne vise pas l’exploitation des personnes, mais à garantir, à travers le travail, la possibilité de construire une famille et d’éduquer les enfants.

De même, il est nécessaire d’affronter ensemble la question migratoire. On ne peut tolérer que la Mer Méditerranéenne devienne un grand cimetière ! Dans les barques qui arrivent quotidiennement sur les côtes européennes, il y a des hommes et des femmes qui ont besoin d’accueil et d’aide. L’absence d’un soutien réciproque au sein de l’Union Européenne risque d’encourager des solutions particularistes aux problèmes, qui ne tiennent pas compte de la dignité humaine des immigrés, favorisant le travail d’esclave et des tensions sociales continuelles. L’Europe sera en mesure de faire face aux problématiques liées à l’immigration si elle sait proposer avec clarté sa propre identité culturelle et mettre en acte des législations adéquates qui sachent en même temps protéger les droits des citoyens européens et garantir l’accueil des migrants ; si elle sait adopter des politiques justes, courageuses et concrètes qui aident leurs pays d’origine dans le développement sociopolitique et dans la résolution des conflits internes – cause principale de ce phénomène – au lieu des politiques d’intérêt qui accroissent et alimentent ces conflits. Il est nécessaire d’agir sur les causes et non seulement sur les effets.

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs les Députés,

La conscience de sa propre identité est nécessaire aussi pour dialoguer de manière prospective avec les États qui ont demandé d’entrer pour faire partie de l’Union Européenne à l’avenir. Je pense surtout à ceux de l’aire balkanique pour lesquels l’entrée dans l’Union Européenne pourra répondre à l’idéal de paix dans une région qui a grandement souffert des conflits dans le passé. Enfin, la conscience de sa propre identité est indispensable dans les rapports avec les autres pays voisins, particulièrement avec ceux qui bordent la Méditerranée, dont beaucoup souffrent à cause de conflits internes et de la pression du fondamentalisme religieux ainsi que du terrorisme international.

À vous législateurs, revient le devoir de protéger et de faire grandir l’identité européenne, afin que les citoyens retrouvent confiance dans les institutions de l’Union et dans le projet de paix et d’amitié qui en est le fondement. Sachant que « plus grandit le pouvoir de l’homme plus s’élargit le champ de ses responsabilités, personnelles et communautaires »[12]. Je vous exhorte donc à travailler pour que l’Europe redécouvre sa bonne âme.

Un auteur anonyme du IIème siècle a écrit que « les chrétiens représentent dans le monde ce qu’est l’âme dans le corps » [13]. Le rôle de l’âme est de soutenir le corps, d’en être la conscience et la mémoire historique. Et une histoire bimillénaire lie l’Europe et le christianisme. Une histoire non exempte de conflits et d’erreurs, et aussi de péchés, mais toujours animée par le désir de construire pour le bien. Nous le voyons dans la beauté de nos villes, et plus encore dans celle des multiples œuvres de charité et d’édification humaine commune qui parsèment le continent. Cette histoire, en grande partie, est encore à écrire. Elle est notre présent et aussi notre avenir. Elle est notre identité. Et l’Europe a fortement besoin de redécouvrir son visage pour grandir, selon l’esprit de ses Pères fondateurs, dans la paix et dans la concorde, puisqu’elle-même n’est pas encore à l’abri de conflits.

Chers Eurodéputés, l’heure est venue de construire ensemble l’Europe qui tourne, non pas autour de l’économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables ; l’Europe qui embrasse avec courage son passé et regarde avec confiance son avenir pour vivre pleinement et avec espérance son présent. Le moment est venu d’abandonner l’idée d’une Europe effrayée et repliée sur elle-même, pour susciter et promouvoir l’Europe protagoniste, porteuse de science, d’art, de musique, de valeurs humaines et aussi de foi. L’Europe qui contemple le ciel et poursuit des idéaux ; l’Europe qui regarde, défend et protège l’homme ; l’Europe qui chemine sur la terre sûre et solide, précieux point de référence pour toute l’humanité !

Merci.

%d blogueurs aiment cette page :