Évangéliser les aréopages contemporains

Le Blog et l’Admin.

Ukugeragezwa kwa Yezu ni urupimo rw’ukwemera kwacu n’inyishu duha Imana mu gihe turi mu mageragezwa.

A LambertIjambo ry’Imana dushikirizwa mu Nkuru Nziza yo kuri uwu musi w’Imana wa mbere wo mu Karema, naho dukunda kuryitirira ukugeragezwa kwa Yezu, nkundire tubihindukize ukundi, tuvyerekeze ku kwemera kwacu, n’ingene tukugaragaza, cane cane iyo rugeranyeko. Nkako nyene, ibisomwa twasomewe, uko ari bitatu, biragaruka kuri ukwo kugaragaza ukwemera iryo Imana ituyagira ngo riduhishurire abo turi mu maso yayo. Mu gisomwa ca mbere, turabona ko aho abantu ba mbere bashaka kuba nk’Imana, ntibemere kamere yabo, bagiye ku mohe, nta kindi babonye atari uko ataco bambariye, ari ba magara make, bari gusa. Ivyo twumva rero mu gisomwa ca mbere ntibitwiganira ivyabaye, kw’igenekerezo iri canke irindi, hariya…, ariko bitwereka ingene kamere y’umuntu yamye kuva na kera na rindi. Umuzi w’igicumuro cacu ushingiye habiri nk’uko tubibona muri ico gisomwa : ukutizigira iry’Imana yavuze, tukabona ko itadushakira akanyamuneza, hamwe n’ukwibaza ko hari ico twokwishoborera, kubw’ubwenge bwacu bwo kwigenera iciza n’ikibi, ngo dushikire agahimbare kacu. Vyose bica bigwa mu mazi, tugasigara tumaramara, kuko dusanga turi gusa, ataco tumaze.

Urugendo rw’Ikarema rudukomereza ukwemera.
chemin-croixBavukanyi, twibukanye iyo tuva n’iyo tuja muri iyi Karema.
Mu kugeragezwa kwa Yezu, nk’uko tubisoma mu Nkuru Nziza, Umukama ashatse kutwereka ko tutota umutwe, ngo ijuru rirakorotse, kuko turi kumwe nawe dutsinda. Yaciye mu bugaragwa, ngo atwereke ko aho abavyeyi bacu batsindiwe, intsinzi ishoboka. Ariko kubera ukwemera kwacu kudakomeye, ku w’Imana wa 2 azoduha imponjo y’Ubuninahazwa buturindiriye, atubwire ati imbere ni heza, gumya umutima n’aho ubuzima bugoye. Ku w’Imana ugira agatatu, atwereka ko ari isoko ry’ingoga zacu, mu buzima no mu butumwa, aciye kuri wa Munyasamariyakazi yari aje kuvoma. Inyuma yaho (suite…)

« Ni mube beranda nk’uko So wanyu wo mw’ijuru ari Mweranda »

HomélieBavukanyi, turabandanya kuzirikana inyigisho nshasha ya Yezu Kristu twatanguye haraheze imisi, kuva dutanguye kuzirikana ivyerekeye ingendo y’abamenye Kristu nk’uko tubishikirizwa na Matayo, guheranmu kigabane ca gatanu. Gutyo rero tuzoshobora kumenyera ingendo nshasha iranga abari muri bwa bwami bushasha bw’abamenye Kristu. Abari muri bwo, barahiriwe (Matayo 5,1-12), maze bakagengwa n’ibwirizwa shingiro rishasha: tubandanye tuzirikana ingingo zirigize. Ico twomenya, ntirije gukura ivya kera vyose, rije kubihinyanyura n’ukubitumbereza neza ari naco gituma twumva Yezu avuga ati: « mwarumvisd iryavuzwe ngo…. Jeho ndababwiye nti…. »
Uyu musi rero atubwiye ati: « ni mube beranda nk’uko So wanyu wo mw’ijuru ari mweranda ». Twavyumvise mu bisomwa vyose, iyo ngendo irafise intimatima yayo: kugira urukundo rutagira imbibe, urukundo rwitwararika bose, na cane cane abazingamitswe n’inabi, ngo nabo nyene baronke ubuzima.

Mu gisomwa ca mbere twabwiwe ngo « urakunda uwo musangiye igihugu », ariko twomenya ko urwo rukundo rwugururiwe n’abanyamahanga kuko mu nyuma bagira bati: « Umunyamahanga ni yaza iwawe, uramukunda nk’uko wikunda wewe nyene kuko na mwebwe nyene mwabaye abanyamahanga mu gihugu ca Misiri »(Bene Levi 19,33-34).
Ni rwo rukundo Pawulo Mweranda yatwibukije atubwira ko (suite…)

Le Christ présenté au Temple est la Vraie Lumière du monde. Les Saints Syméon et Anne sont le modèle d’accueil de Dieu et de témoignage que vivent les Consacrés.

Patiri LambertoMesse aux chandelles, procession de la Chandeleur, la liturgie nous donne aujourd’hui d’acclamer, d’accueillir et d’adorer le Christ-Lumière.
A vrai dire un peu comme le phénomène d’extra-territorialité pour une ambassade en terre étrangère, nous vivons une sorte d’extra-temporalité liturgique où, en plein temps ordinaire, nous voici, pour un jour, revenu au temps de Noël – tout comme plus tard les fêtes de la Trinité, du Saint-Sacrement et du Sacré-Cœur marqueront, le temps ordinaire étant revenu, la véritable clôture du temps pascal. Accomplissement du temps de Noël qu’exprime l’évangile de la Présentation au Temple, notre fête se présente aussi comme une reprise de l’Avent avec la lecture du prophète Malachie qui nous prépare à la venue du « messager de l’Alliance » et comme une méditation du mystère pascal dans l’épître aux Hébreux (« ayant souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa passion »), ce que signifie, à sa manière, la présence de cierges dans la liturgie de ce jour comme à la vigile pascale. Bref, c’est tout le mystère du salut et du temps que ressaisit notre fête. Explorons-en quelques richesses que décline le contenu de ses trois titres.

La « fête de la Sainte Rencontre »
Il s’agit bien, dans la maison de la Rencontre qu’est le Temple, d’une rencontre : celle de l’Ancienne Alliance avec la Nouvelle, de l’arbre avec son fruit, du Peuple avec son Dieu. L’expérience de la rencontre symbolise d’ailleurs bien celle de la vie spirituelle. La prière est une rencontre du Seigneur avec ce qu’elle comporte de désir, de présence mutuelle, d’étrangeté voire d’affrontement, d’émerveillement et de gratitude. La liturgie, elle-aussi, est une rencontre de l’assemblée avec son Dieu. La pensée et l’expérience de la foi enfin nous conduisent à la rencontre que sont le témoignage ou le dialogue avec l’autre, l’autre chrétien, l’autre croyant, l’autre encore plus autre. Ainsi, (suite…)

Sinogenda ntashimye

Ndarengutse, ntuma

UMVIRIZA. RIRIMBA

Prier l’Office divin

%d blogueurs aiment cette page :