Évangéliser les aréopages contemporains

Le Blog et l’Admin.

Le moindre mouvement authentique de la foi, fût-elle même petite comme un grain de moutarde, vaut mieux qu’une vie passée à comptabiliser droits et assurances devant Dieu

HomélieLa première lecture demande au juste la constance dans la foi. La délivrance, qui est un don de Dieu, est certaine pour celui qui demeure fidèle à la Parole de Dieu. Dans notre vie quotidienne, nous rencontrons beaucoup de difficultés et beaucoup de souffrances « injustifiées », ou mieux, difficiles à comprendre. Il nous faut alors demander au Seigneur la fermeté dans notre foi, que nous avons reçue comme un don de Dieu et qui transforme notre vécu quotidien, notre vie de service à l’autre, notre vie de témoignage dans nos communautés de vie, comme l’apôtre Paul y exhorte Timothée dans la deuxième lecture.

La vie de prière: vie de confiance et intimité dans notre relation avec Dieu.

Devant tant de violences et de souffrances qui nous entourent, la vision d’un monde réconcilié tarde à se réaliser. Nous pouvons désespérer, nous arrivons même au désespoir. Selon la parole de Dieu, cela viendra certainement et ce Dieu ne décevra pas le juste qui vit par sa fidélité. C’est tout ce qui constitue la réponse de Dieu au prophète. En effet, au temps du prophète Habacuc, Babylone triomphe et, sous peu, (suite…)

L’appel universel au salut inspire confiance et l’engagement responsable et courageux pour entrer par la porte étroite est une urgence

« Dieu notre Sauveur veut que tous les hommes soient sauvés» (1 Tm 2,4).

chemin-croix« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite… Beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas » Je cite aussi ce que dit Jésus sur le même sujet, en Matthieu 7 : « Entrez par la porte étroite. Large et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il y en a beaucoup qui s’y engagent. Mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la vie, il en est peu qui le trouvent. » Nous connaissons tous ces paroles. Le Salut, serait-ce une question de chiffres ? Nous aussi, nous posons à Jésus la même question que la personne de cet Évangile. Nous voudrions savoir qui va être sauvé. Si cette préoccupation était du temps de Jésus, on ne peut pas dire que notre temps n’en soit pas concerné. La tentation de réserver des places aux paradis existe bel et bien, pour nous, pour les nôtres,… Qu’avons-nous à l’esprit chaque fois que nous divisons le monde, nos sociétés en deux: le « NOUS » identifié évidemment à ceux qui font le bien, les nôtres qui ont des qualités, et « LES AUTRES » qui ne font que se tromper,… N’est-ce pas un mode de se réserver des postes aux premiers rangs du paradis? Nous voudrions être rassurés sur nos chances à gagner la vie éternelle car la perspective d’être perdu à tout jamais est vraiment effrayante. Comme il serait affreux de vivre un bonheur, loin de nos familiers, de nos amis les plus chers mais qui (suite…)

Jésus apporte un feu qui brûle, une parole qui divise l’humanité car il faut se décider pour ou contre lui. Point de tiédeur, ni d’hypocrisie, ni de conformisme rampant.

Deux plongées étranges : elle de Jérémie, celle de Jésus.
HomélieLes deux hommes de Dieu sont destinés à vivre une plongée similaire. Jérémie est plongé dans la citerne de Melkias, sauf qu’il n’y a plus d’eau en raison du siège de Jérusalem par le roi de Babylone : il s’enfonce donc dans la boue, expérience de détresse s’il en est. Jésus évoque quant à lui, le baptême qu’il doit recevoir. Il ne s’agit évidemment pas du baptême déjà reçu de Jean mais au sens littéral de sa plongée, plongée dans les eaux de la mort. Anticipation symbolique de sa Passion. Deux hommes de Dieu plongés dans l’expérience de la souffrance et bientôt de la mort pour Jésus. Pas très enthousiasmant comme programme !

Et pourtant, Jésus attend ce moment avec ardeur, de même qu’il dira à ses disciples avant sa plongée : « J’ai ardemment désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir ! » (Lc 22, 15) Serait-ce un désir morbide ? Non, c’est un désir d’amour ! Son angoisse est que son baptême soit accompli, que sa mission soit réalisée. Il est venu pour cela, livrer sa vie pour que nous en bénéficions : plonger dans la mort pour que nous-mêmes, par l’expérience de notre baptême, (suite…)

Sinogenda ntashimye

Ndarengutse, ntuma

UMVIRIZA. RIRIMBA

Prier l’Office divin

%d blogueurs aiment cette page :