Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Posts tagged 'Elie'

Archives de Tag: Elie

Mes Photos sur Flickr

Nothingness is destructive. Emptiness is favorable to a spirit of openness and creativity.

Detachment for a “heart that sees” the neediest.

HomélieToday, the Gospel presents Jesus Christ as the Master, who speaks to us about the detachment which we must live by. In the first place, a detachment of our honor and recognition which, every so often, we are looking for: «Beware of (…) being greeted in the marketplace, and occupy the reserved seats in the synagogues and the first places at feasts» (cf. Mk 12:38-39). In this sense, Jesus prevents us from following the bad example of the scribes. In the second place, detachment of material things. Jesus Christ praises the widow while regretting, at the same time, the deceit of the others: «For all of them gave from their plenty, but she gave [the widow] from her poverty and put in everything she had, her very living» (Mk 12:44). He who does not live the detachment of worldly things does live full of his own ego, and is incapable of loving. In such a state of mind there is no “room” for others: neither compassion nor leniency or understanding towards our neighbor.

“I have nothing…” “The jar…shall not go empty.”

Nothingness and emptiness – is there a difference? To speak of nothing brings to mind a sense of desolation and darkness. Emptiness on the other hand, isn’t so desperate; something empty can be filled: mu tea cup is empty but may be filled. Although we may describe times of our life interchangeably using nothingness or emptiness, they have different meanings for Christians.

Today’s first reading recounts the story of Elijah and the widow of Zarephath. The context is this: the Jewish people stopped worshipping the true God to follow false gods, along with the high-ups of society exploiting the poor. So, the Prophet Elijah informs the king that there will be a drought until they repent. And Elijah flees (suite…)

« Au plein milieu de nos tempêtes, Seigneur, Tu es là ». Sauve-nous Seigneur.

IMG_8098Nous attribuons souvent à Dieu les images que nous nous sommes faites de Lui, mais la vérité est qu’il est différent de notre imaginaire et de toute représentation, fût-ce même celle théologique. Au cours de l’histoire d’Israël, le Seigneur s’est progressivement manifesté, selon une pédagogie qu’il a lui-même choisie, mais seulement en Jésus-Christ, « image du Dieu invisible », nous avons connu son visage. La Parole de Dieu, l’Eucharistie et bien d’autres sacrements nous font entrer en sa relation jusqu’au jour où nous le verrons face à face. Les trois lectures de ce 19ème dimanche nous parlent de trois hommes en prise au doute, à la peur, à la tristesse et qui vont être amenés par le Seigneur à surmonter ces états d’âme à travers une purification de leur foi. La foi est une vie de croissance. La première lecture nous situe à un moment clef de la geste d’Elie. Le coup d’éclat du Mont Carmel a plutôt un goût amer. Après que le roi Achab a relaté à Jézabel comment Elie a passé au fil de l’épée tous les prophètes de Baal, celle-ci se promet de les venger.

Elie a peur et entame un exode qui à travers le désert le va le conduire jusqu’à la montagne de Dieu, l’Horeb. Il avait jusque-là fait l’expérience d’un Dieu fort qui (suite…)

Relevez-vous, n’ayez pas peur des difficultés. Ayez confiance en Jésus et marchez.

En ce dimanche de la transfiguration du Seigneur, comme Pierre, Jacques et Jean, nous sommes nous aussi invités à gravir le Thabor avec Jésus. Il se révèle à nous comme Fils de Dieu et sa Transfiguration annonce notre appel à partager sa même condition dans la gloire. De par notre foi et notre baptême, nous sommes devenus fils dans le Fils. Les textes d’aujourd’hui (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :