Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Posts tagged 'Ninive'

Archives de Tag: Ninive

Le Christ nous appelle à la conversion et à partager avec lui la mission de sauver le monde.

Après l’arrestation de Jean-Baptiste…..

Dans le passage de l’Evangile de ce 3ème dimanche du T.O, nous apprenons comment Jésus commença son ministère après l’arrestation de Jean-Baptiste. Il prend la relève de celui dont la mission est accomplie : indiquer au monde l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (voir 2ème dimanche TO Année B). C’est lui qui va désormais être le personnage principal de tout l’Évangile. Marc ne nous dit pas pourquoi Jean-Baptiste a été arrêté par la police et mis en prison ; il nous le dira plus tard en MC 6,17-18. En effet, ceux qui prennent la parole au nom de Dieu sont souvent des gêneurs, des contestataires. Jésus prend la suite de « celui qui vient d’être arrêté ». Il peut déjà prévoir ce qui l’attend, dans quelques mois : la défiance et la persécution… puis la mort.  D’ores et déjà, posons-nous deux questions : savons-nous donner tout leur temps aux autres, ou bien nous les écartons puisque nous n’avons pas la confiance et la certitude qu’ils feront leur tâche d’une manière qui nous plaise ? Avons-nous le courage de prendre position parfois contre-courant, en risquant quelque chose ?

Capharnaüm de Galilée, dans Zabulon et Nephtali

Lorsqu’il commence son ministère, Jésus s’éloigne de 31 kilomètres de Nazareth, son village, pour aller s’installer dans une petite ville appelée Capharnaüm, au nord-ouest de Nazareth, sur le bord du lac de Galilée. Marc tient à souligner le territoire où Jésus commence le ministère de Jésus : la « Galilée ». Ce mot n’a pas seulement un sens géographique. Pour Marc, (suite…)

Le signe? Un Dieu d’amour qui veut gagner le nôtre en mourant pour nous.

« Maître, nous voudrions un signe venat de toi ». Telle est une question que nous sommes toujours tentés de nous poser, surtout dans les moments difficiles de notre vie, ou bine quand nous nous heurtons à l’incrédulité de ceux queJonas nous voudrions convaincre à tout prix. On se demande alors pourquoi Dieu n’écrit pas lisiblement son Nom dans le Ciel ou ne prouve pas sa présence, de telle manière que le doute devienne impossible. Les fidèles seraient alors rassurés, les païens et les athées seraient réduits au silence. Mais le signe qui nous est donné est celui de Jonas, qui préfigure celui du Fils de Dieu dans le mystère pascal: la mort de Jésus (séjour dans le sein de la terre pendant trois jours), la résurrection (comme celle de Jonas vomi sur les rives de Ninive), et la grâce de la la conversion des païens (comme celles des Ninivites). Ainsi Dieu veut mériter notre amour en mourant pour nous. Mais hélas, nous sommes tentés de (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :