Évangéliser les aréopages contemporains

Accueil » Posts tagged 'réconciliation'

Archives de Tag: réconciliation

En compagnie de Jésus-Christ et de nos frères et sœurs, engageons-nous pour un monde juste et réconcilié.

IMG_9034L’évangile de Marc associe à Jésus tenté dans le désert les personnages qui figurent dans les récits de la création : l’esprit, le tentateur, les bêtes sauvages, les anges. Ce sont les hommes qui ont transformé en désert ce jardin des origines. Il dépend alors de chacun de nous, mais aussi de nos entreprises collectives, que ce monde défiguré redevienne une terre habitable et fraternelle. Les 40 jours du Carême renvoient à l’épreuve du déluge qui ne fut pas la fin de tout, mais une renaissance et un nouveau départ, comme le dit la 1ère lecture, autrement dit, un baptême avant la lettre comme nous le fait méditer la 2ème lecture. En effet, comme l’arche a sauvé Noé du déluge, ainsi la croix et la résurrection de Jésus-Christ ont sauvé tous les hommes de la domination de la mort et du péché. Telles sont les mots d’encouragement de l’apôtre Pierre qui s’adresse à une communauté meurtrie par la souffrance, et qu’il veut reporter aux origines de sa force et son espérance : Dieu n’oublie jamais celui qui se confie à lui, même dans les dures épreuves.
Emprisonnée dans le cercle infernal de la souffrance, de la maladie, de la mort et du péché, l’humanité n’a cessé d’espérer et de lutter pour qu’un jour vienne où le mal à l’œuvre dans le monde soit vaincu. Nul homme pourtant n’y est parvenu. Le peuple de Dieu maintenait vivante cette espérance

(suite…)

« Si quelqu’un n’a pas de pitié pour son semblable, comment peut-il supplier Dieu pour ses propres fautes ? » (Ben Sirac le Sage).

IMG_8098Aux yeux du sage qui s’exprime dans la première lecture, il existe un lien étroit entre le pardon humain et le pardon divin : «Si un homme nourrit de la colère contre un autre homme, comment peut-il demander à Dieu la guérison ? » Cette logique, Jésus la prend pleinement à son compte dans l’évangile de Matthieu. Alors que Pierre pensait faire preuve d’une grande magnanimité en évoquant un pardon renouvelé sept fois, Jésus demande à ses disciples la démesure et l’excès. Pourquoi ? Parce que telle est l’attitude de Dieu envers nous. La parabole du serviteur impitoyable est un commentaire dramatique de la demande du Notre Père : «Remets-nous nos dettes comme nous-mêmes avons remis à son débiteurs. » Je ne puis invoquer le pardon de Dieu si je poursuis mon frère de ma vindicte.

Dans la première lecture, Ben Sirac le Sage insiste sur le fait que la norme de la conduite humaine c’est d’abord jugement de Dieu : l’homme sera jugé avec la mesure qu’il aura utilisée pour ses frères. S’il se venge, s’il entretient sa rancune, s’il n’a pas de pitié, comment peut-il espérer le pardon et la guérison de ses fautes ? Mais la norme de la conduite du peuple élu est surtout l’Alliance du Seigneur. Parce qu’il a choisi Israël pour son peuple, qu’il lui a commandé de vivre dans l’amour fraternel, (suite…)

Une Eglise sentinelle qui avertit, dénonce le mal et annonce le salut pour gagner nos frères au Christ.

IMG_8098La communauté chrétienne est faite d’hommes et de femmes baptisés, mais toujours faibles et fragiles. Le Seigneur ne l’ignore pas et nous le savons nous aussi, qui devons l’expérimenter dans notre chair, quand nous trébuchons et tombons, quand nous devons affronter des offenses et des séparations.

« S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère ».

Dans les communautés auxquelles s’adressait l’évangile de Matthieu, il a dû exister des tensions pouvant conduire à envisager l’exclusion de tel ou tel autre membre. Chaque croyant était comme la sentinelle à laquelle, dans la première lecture, le livre d’Ézéchiel compare le prophète. La mission de celui-ci est d’exhorter le coupable à abandonner sa conduite mauvaise. Chacun se doit d’être le gardien (vigilant, mais discret) du frère ou de la sœur qui s’égare. Ne pas essayer d’empêcher le mal revient à s’en rendre complice. Faut-il donc épier et dénoncer ? Loin de nous donc l’idée moderne et absolue de vie privée selon laquelle j’ai le droit de faire tout ce que je veux pendant que personne n’a le droit d’en dire quelque chose. Combien de fois nous irritons-nous, nous fâchant contre celui qui me fait une remarque au lieu de voir l’objet de la remarque ?

Le rôle du prophète est d’être continuellement en éveil, prêt à dénoncer le mal, non pas d’abord pour confondre et humilier celui qui est faible, mais pour le provoquer à se convertir en préservant sa (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :